Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Ceux qui coupent les têtes actuellement ne sont pas plus des "fous" que l'étaient les nazis ou certains communistes en leur temps. Une suite de liens psychologiques les relie aux gens "normaux".

LE BESOIN D’ETRE RECONNU est un besoin vital. Nous sommes des êtres sociaux et comme les autres animaux sociaux, nous avons besoin d’être gratifiés par les autres, nos proches, notre famille, nos voisins,…et par notre « chef de meute » ! Pour beaucoup d’entre nous, l’estime de nos proches est suffisante, mais quand elle manque ou quand une aspiration psychologique interne trop forte nous pousse, nous cherchons à nous mettre en valeur auprès de la communauté. Heureusement, dans la plupart des cas, cela nous pousse à développer un talent utile : fabriquer un nouveau produit, inventer, faciliter la vie des autres, ou l’embellir (c’est le cas des artistes, entre autres)….Quand nous n’avons pas de talent particulier, le risque est grand de se réfugier dans des talents négatifs : être le plus grand provocateur, emmerdeur, etc... la liste est longue !

LES FANS ET LE CULTE DU CHEF : Une autre solution s’offre également aux sans-talents-particuliers : se glisser dans l’ombre d’un personnage prestigieux. On peut ainsi devenir le fan d’un chanteur (une "idôle »), un écrivain, un sportif, une vedette quelconque, pourvu qu’elle ait un certain prestige et qu’un peu de son aura rejaillisse sur nous …. La politique, dans le sens où elle incarne le POUVOIR suprême, se prête à fond à ce genre de suivisme. On peut être entièrement conquis et subjugué par le chef, le duce, le führer et lui voué un culte dévorant qui a pris le nom au XXe siècle  de « culte de la personnalité. »

LES FANATIQUES et les TERRORISTES :  on peut aussi  ne pas se contenter d'être un fan et devenir fanatique de personnages prestigieux et peu recommandables. C’est ainsi que des jeunes désorientés –pas forcément de quartiers défavorisés- qui n’ont jamais eu ou qui ont perdu l’espoir d’être reconnus dans leur existence partent à la recherche d’un maître, un gourou pur et dur, une organisation, une secte qui ne fassent pas partie du « système » et qui puissent exiger tout d’eux, même leur vie ! Dans les années 1970 ce maître était souvent la révolution, aujourd’hui c’est l’islamisme radical !

Le besoin d’être reconnu est constitutif de la nature humaine et comme tout ce qui est humain il a deux versants : l’un qui est utile et qui grandit la personne elle-même, un autre qui ne vise qu’à la détruire (à la limite jusqu’à la transformer en bombe humaine, par exemple !) ainsi que la société.

 Arrêtons de nous dédouaner en proclamant que les terroristes sont des "fous" et donc qu'il n'y aurait rien à faire. Des mesures sociales, policières, politiques et parfois militaires sont à prendre et il faut avoir le courage de les prendre.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog