Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

On voudrait le croire dépassable, mais il est certain que ce ne sera pas par le communisme ! l’échec patent de celui-ci vient d’abord de son postulat de base : la suppression de la propriété privée au profit d’une propriété collective. Elle va à l’encontre de la nature humaine. Devant ce constat, les communistes ont alors décrété qu’il fallait changer l’homme et inventer “un homme nouveau”. ça ne marche pas et ils n’ont inventé qu’une société de fourmis et des goulags.

LE CAPITALISME EST-IL INDÉPASSABLE ?

Mais cela ne signifie pas que le capitalisme soit indépassable. Il atteint également ses limites en particulier pour ce qui est de l’inégalité et des dommages causés à l’environnement. Il va donc se transformer car, contrairement au communisme, il n’est pas fondé sur une idéologie. Il s’adaptera donc aux besoins des hommes et si certains ne veulent pas céder des avantages qui portent préjudice à la collectivité, des révoltes, des conflits, des guerres éclateront qui les forceront à évoluer !....

 

LE CAPITALISME EST-IL INDÉPASSABLE ?

Ainsi la propriété privée, base essentielle du capitalisme, évolue-t-elle. On peut posséder un bien, mais le mettre à disposition des autres par location, comme c’est déjà le cas depuis longtemps pour les biens immobiliers, mais une autre tendance se dessine, la location de biens considérés comme plus personnels, les voitures qui peuvent être mises à disposition des autres quand on ne les utilise pas, par exemple. Cela est rendu possible par la formidable révolution des nouvelles technologies qui relie, dans l’instant, celui qui a un bien et celui qui en a un besoin temporaire; et permet contrôle, assurance et paiement. Le bien ne devient pas une propriété collective mais son usage le devient.

 

LE CAPITALISME EST-IL INDÉPASSABLE ?

Pour l’environnement, le changement viendra peut-être d’un autre principe de base du capitalisme : la responsabilité individuelle. On est responsable des dommages que l’on crée. Le chemin sera long sans doute, mais il peut se résumer dans une formule courte : Pollueur, payeur !

Commenter cet article

KHAYAM 15/12/2014 10:05

BONJOUR ALAIN !

Merci d'avoir réagit aussi vite !........ Je viens juste de mettre ton adresse dans mes favoris.

Pour t'éclairer sur mon profil :
-Je suis un retraité de 65 ans et j'habite à SAINT NAZAIRE, mais je passe quelques mois par an en Vendée (près de La Tranche sur Mer)
-Si tu as lu mon profil (voir sur mon blog), je suis un réaliste cartésien et j'adore la poésie (Ymer TNEGER est dans ma rubrique "poésie"). C'est ce qui a fait que je me suis attardé sur ton blog.
-Depuis 8 ans que je "blogue", beaucoup de favoris sont partis et très peu de nouveaux sont arrivés, le BLOG a eu ses heures de gloire.

Si tu veux passer sur Khayam, tant que je suis à St Nazaire, il se passe tous les jours quelque chose en Article ou en Commentaires.

Je te souhaite une bonne semaine !

Rémy.

KHAYAM 14/12/2014 15:51

BONSOIR ALAIN !

Le communisme (ou collectivisme) c'est l' INTERVENTIONNISME (Tu fais comme je te dis)
Le capitalisme c'est le LIBERALISME. (tu fais comme tu veux)

Le gros défaut du communisme c'est d'ignorer le MERITE et c'est très difficile à admettre pour celui qui bosse et qui ne peut espérer guère plus que celui qui ne fout rien !

Le gros défaut du capitalisme c'est que les possédants n'ont pas de limite et que tous les coups sont permis !

La libre entreprise, le credo des capitalistes consiste a toujours produire plus pour toujours consommer plus, pour nourrir ses troupes tout en gagnant plus lui-même. La croissance du PIB est essentielle, mais MATHEMATIQUEMENT il n'y a pas d'INFINI en affaire et nous irons dans le MUR !

Le Bonheur Intérieur Brut (BIB) n'existe qu'au BOUTHAN (petit pays de l'Himalaya), mais aucun français ne voudrait vivre comme ses habitants.

Je suis heureux d'avoir 65 ans, parce que je serait mort avant le jour du Clash !

Bonsoir Alain!
A peut-être sur Khayam !

alain BARRE 15/12/2014 08:28

Merci Khayam. Le capitalisme est un moyen de production, un outil qui peut être manipulé par des systèmes politiques démocratiques, dictatoriaux, autoritaires, et même "communistes". Cela change beaucoup la nature du capitalisme. En France, pays où la retenue publique est de 55%, certains parlent même de socialisme (ce qui est exagéré bien sûr !...)
Il est instructif de comparer le capitalisme chinois et le capitalisme français par exemple.
Le capitalisme n'est qu'un outil de production, une machine à faire du profit efficace et immorale. C'est aux hommes d'apprendre à le manier...Dans un pays libre, c'est à cela que servent les partis politiques de droite et de gauche !
ab

alain BARRE 13/12/2014 14:45

Ces commentaires sont bien pessimistes. Ils reflètent une partie de la réalité, mais l'homme n'est pas que cela ! Il est capable d'égoïsme et aussi d'altruisme. Des systèmes comme le communisme ont espéré que l'on pouvait créer un "homme nouveau". l'expérience à montré que ce n'était pas possible. Le libéralisme politique et son expression économique le capitalisme, prennent l'homme tel qu'il est. Le libéralisme politique, après beaucoup d'étapes, a pris la forme de la démocratie que nous connaissons en Occident. La plupart des autres pays du monde n'en profitent pas ou n'en connaissent que des formes balbutiantes. Ils lui préfèrent des dictatures ou des régimes autoritaires (de gauche et de droite).
La démocratie n''est pas figée et son instrument économique non plus. Ils peuvent autant régresser que progresser.
Après 30 ans de progrès dans le monde, il est possible que nous entrions dans une phase de régression sur le plan mondial. Conflits et guerres ne sont pas abolis hélas....
Je ne suis pas déçu parce que je sais que l'homme n'est pas parfait et que la vision pessimiste n'est juste qu'à moitié... On fait de la Finance une sorte de deux ex machina, c'est une erreur et aussi une façon de nous dédouaner de nos responsabilités en tant qu'état et en tant qu'individus.....

sido 13/12/2014 09:15

Alain, qu' est-ce donc que "les sociétés" sinon les hommes qui les composent , les organisent ? Et la quête du profit, mis à part les premiers groupes humains mus par les nécessités vitales, toute l'histoire nous la montre, quels que soient les systèmes mis en place (communisme, dictature, itou...). A l'heure actuelle toutes les doctrines d'organisation ont fait la preuve de leur échec. Reste à en inventer une autre et que des hommes de bonne volonté puissent la mettre en œuvre. C'est pas gagné !!

Aredius 13/12/2014 11:10

Ce qu'on invente actuellement ce sont des produits financiers "sophistiqués", des "parachutes dorés", etc.
Il faut dire qu'on trouve peu de Marx trois points zéro. Il faut dire que les "lendemains qui chantent" en Corée du Nord ne font pas rêver. Il reste à prendre la RPChine comme modèle. Elle pourvoie à notre consommation de Noël en grande partie et à l'utilisation des primes de rentrée scolaire (allez questionner le vendeur du rayon télé etc de votre soupermarquette) et nous achète l'emprunt qui paye notre retraite.
Avez-vous constaté l'absence de programme explicite, chiffré de nos candidats à la Présidence de notre république ? Quel que soit le parti, grand ou petit, de l'extrême gauche à l'extrême droite.
Il reste les slogans : non à la finance (mais les Français ont plein de sous dans les banques !), non au profit (mais nos entreprises sont dans l'état où beaucoup sont à vendre, non à l'argent (mais combien de nos concitoyens ont peur du RSA ?), Il paraît que c'est notre côté catho qui reste.

Positivons : "trou est bien qui finit bien ! " n'est-ce pas. Et nos prières pour les petits Chinois afin qu'ils aient un bol de riz quotidien ont marché. Merci petit Jésus. D'ailleurs les Chinois nous fournissent en petits Jésus pour nos "marchés de Noël". Ils ont la reconnaissance du ventre.

salamone 12/12/2014 09:42

Du caviar pour tous...

Aredius 12/12/2014 17:11

ah ah ! Moi je suis pour "A chacun selon ses besoins", un vieux slogan qui marche coco.
Et j'ai plein plein de besoins. Et même plein de droits. La pub me le rappelle. Y a que le fric, le flouse, l'oseille, etc qui ne suivent pas. La faute à tous ces gouvernements !

Je ne sais comment on va s'en sortir. Nous les retraités, on peut espérer arriver à mourir dans le confort de notre sécu soc. Et comme le disait J.M.Keynes, 'dans le long terme, on sera tous morts'. Voila pourquoi nos gouvernements gentils continuent à emprunter pour notre bonheur. On brade nos aéroports (tiens, "on" nous avait dit que la vente des autoroutes était un scandale !). On discute de l'évaluation des élèves par "compétences" à coup de gommettes. Tout va bien. Les promos de l'ENA font le job.

Faisons confiance à l'élite. Je ne sais quelle est la mode aujourd'hui (au jour d'aujourd'hui comme on l'entend sur France Culture) à Normale Sup. On a connu le communisme, le troskisme, le maoisme, le polpotisme...

sido 12/12/2014 08:55

Je te trouve optimiste ! Evolution du capitalisme ? je n'y crois pas vraiment ; ce dont tu parles c'est plutôt une évolution des mentalités du monde occidental --quelques petites choses, quelques partages ici ou là,--de celui-ci seulement pour le moment, mais pas du fondement des sociétés basé sur le profit ; Que peut faire une responsabilité individuelle face à la puissance des groupes, des dirigeants irresponsables ! La révolution ? Elle ne mettrait en jeu qu'une ou deux sociétés ce qui dans la mondialisation ne serait qu'un " pet de moineau" Les penseurs sensés, les philosophes, certes disent qu'il faudrait de l'économie avec du social et de la redistribution Mais çà c'est un vœu pieux à l'echelle des sociétés mondiales

alain BARRE 12/12/2014 09:17

Merci Sido pour ton commentaire intéressant !
Je diverge avec toi sur un point : Nos sociétés ne sont pas basées sur le profit, c'est seulement leur moyen de produire et de commercer qui le sont. Les sociétés elle-mêmes peuvent se référer à la démocratie et une plus ou moins importante solidarité de redistribution. Elles peuvent être aussi organisées sur le thème de la dictature comme en Chine ou au Vietnam et ce n'est pas pareil
Le capitalisme est avant tout un système de production et comme tous les outils il ne se soucie pas de morale. C'est aux hommes et à leur société de s'en soucier. De ce point de vue, je pense que nos sociétés démocratiques représente un grand progrès...Le capitalisme en tant qu'outil, jusqu'à présent, à fait preuve de ses capacités d'adaptation. Espérons que si un challenger se manifeste il ne soit pas aussi inhumain que le fut le communisme !....

Articles récents

Hébergé par Overblog