Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Vive la démagogie !

Quand un pays est malade, ses dirigeants s'ils sont démocrates, lui proposent un diagnostic et des remèdes. Souvent la potion est amère et dure un certain temps après lequel, l'économie malade redémarre et le malade reprend des forces et des couleurs. Souvent le peuple qui a été sauvé est très ingrat envers son sauveur qu'il éconduit du pouvoir. C'est ce qui est arrivé à Schroeder en Allemagne.

Dans la même situation, les démagogues cherchent à flatter le malade, à exacerber ses frustrations en lui disant que ce n'est pas à lui de changer, mais aux « autres », aux riches qui l'exploitent, aux politiciens qui le trompent,.... la cause c'est « la troïka », c'est l'Europe, c'est les immigrés, les juifs,.... Pour les démagogues, il y a toujours un bouc émissaire, une responsabilité extérieure et une solution simpliste (donc facile à comprendre car les démagogues n'ont, dans le fond, que mépris pour le peuple qu'ils considèrent incapable de réfléchir)

En situation de crise, les démagogues fleurissent et leurs discours plaisent....

En Grèce, ils sont représentés par Tsipras et son parti Syriza. Il s'est associé à un parti de la droite extrême, le parti des Grecs indépendants qui soutient l'Église orthodoxe, lutte contre l’immigration, la libéralisation des mœurs, et protège l'armée. Les deux extrêmes se ressemblent et s'assemblent.

En France, la situation est inversée. Le parti de la droite extrême est en tête dans les sondages. S'il arrivait au pouvoir, il est possible qu'il fasse comme les grecs et s'associe au parti de gauche, suivant le même principe « qui se ressemble s'assemble ». Comme en Grèce, cela serait aussi un moyen d'obtenir une certaine adhésion sociale des plus remuants.

La situation n'est pas nouvelle en Europe. En 1999, l'extrême droite a accédé au pouvoir avec son leader Jörg Haider avec près de 30 % des voix. Aujourd'hui, son parti, le FPO est dirigé par Heinz-Christian Strache et fait toujours des scores élevés : 22 % aux élections législatives de 2013.

Existe-t-il d'autres solutions que celles proposées par les partisans de la démagogie ?

Avant l'Euro, les états pouvaient dévaluer et retrouver une compétitivité grâce à une monnaie plus faible. Ainsi, les grecs auraient dû dévaluer de 25 %. Ceux qui avaient de l'argent auraient vu ainsi leurs richesses fondre d'un quart et l'économie serait repartie pour un temps, jusqu'au prochain accident....

Avec l'euro, les grecs ne peuvent pas dévaluer. Ils sont obligés d'assainir leur situation avant de relancer leur économie. C'est ce qui a été fait plutôt assez bien jusqu'à la victoire du démagogue Tsipras...

En France, pour l'instant, les démagogues de la droite extrême triomphent. Est-ce définitif ? Rien d'acquis, la suite dépendra de la capacité de réponse de la gauche et de la droite traditionnelles. La gauche commence tout juste à sortir de ses rêves utopiques de "grand soir", la droite patauge toujours à la recherche d'un chef....

 

Vive la démagogie !

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog