Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Cinéma et violence : Tarentino, Guerre et paix , Gandhi

Dans le film de Tarentino qui vient de sortir, "les 8 salopards", Le metteur en scène qui est aussi le scénariste, se régale de violence, de sang qui éclabousse. On dirait qu’il s’y vautre. On se demande si c’est commercial ou si cela correspond à sa vision personnelle du monde ? Cherche-t-il à s’attirer un public en le scotchant sur son siège par une débauche d’agresivité ? à flatter les spectateurs qui aiment se faire peur pour quelques sous, confortablement assis dans leur fauteuil ? Veut-il les conforter dans l’idée que le monde est plein de salopards - et pas seulement 8 ?
Si le scénario est nul, les paysages et les acteurs au moins sont-ils bons ? Les acteurs ne donnent pas leur meilleur quand le sujet ne vaut rien. C’est le cas dans ce film. Ils font leur job sans génie, leur jeu est correct, sans plus, comme dans les films de série B.
Tarentino accumule les coups tordus et le sadisme avec un contenu d’histoire quasi inexistant, C’est le porno de la violence, rien de plus !....

Cinéma et violence : Tarentino, Guerre et paix , Gandhi
Cinéma et violence : Tarentino, Guerre et paix , Gandhi

Ce film m'a inspiré une réflexion sur la violence, la voici :

Ce n’est pas la violence qui est innée, c’est l’égoïsme et la recherche du pouvoir. L’égoïsme conduit à utiliser la contrainte envers les autres pour promouvoir son propre intérêt, celui de sa famille ou de ses proches. La recherche de la dominance conduit à la lutte pour soumettre les autres. La violence qui s’exprime alors est un problème biologique et psychologique mais aussi social et politique. Elle obéit à des règles que l’on retrouve dans toutes les cultures. en voici quelques unes :

  • Les hommes tuent des hommes de 20 à 40 fois plus que les femmes ne tuent des femmes

  • ce sont surtout des homme jeunes (entre 15 et 30 ans) qui tuent. Certains sont particulièrement violents : 7% des hommes jeunes commettent 80% des délits de violence avec récidive.

  • Ils ont un profil caractéristique : impulsivité, intelligence réduite, hyperactivité, tempérament d’opposition, ils sont vindicatifs, rebelles à l’autorité, refusent de reconnaître leur responsabilité

  • Parmi les meurtriers on trouve un pourcentage important de psychopathes caractérisés

Mais contrairement à ce que montre ce film  la vie n’est pas qu’un “récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.” Nous avons aussi en nous des tendances à la solidarité, à l’entraide, à la compassion. Ni ange ni bête, nous sommes la maladie et nous sommes aussi le remède et quand notre volonté est défaillante la société nous offre le secours des lois et de la justice pour les faire respecter !

 
Cinéma et violence : Tarentino, Guerre et paix , Gandhi
Cinéma et violence : Tarentino, Guerre et paix , Gandhi

 Le film de Tarentino ne fait qu'exploiter la fascination pour la violence pour attirer des spectateurs (avec seulement une maigre réflexion sur le rôle de la justice et du bourreau), mais il existe d'autres films qui suscitent une réflexion autrement profonde sur ce sujet. Je pense, entre autres, à Guerre et paix, le film de King Vidor avec Henri Fonda et  Audrey Hepburn. Il est tiré d'un livre de TolstoÏ qui est un chef d'oeuvre. 

Cinéma et violence : Tarentino, Guerre et paix , Gandhi

Un autre film apporte une réflexion sur le sujet : Gandhi de Richard Attenborough (acteur Ben Kingsley). Il est tiré de la vie de Mohandas Karamchand Gandhi, mort assassiné le 30 janvier 1948. Gandhi s'est inspiré de TolstoÏ pour opposer la "non-violence" à la violence. Dans sa conception de la non-violence, telle qu'on peut la voir dans ce film, celle-ci n'est pas passive, c'est une arme qui s'oppose à la violence. L'usage de la non-violence peut mener à la mort, non pas de l'adversaire mais de celui qui  l'utilise. C'est ce que l'on voit dans l'épisode ou le général anglais Dyer fait tirer sur la foule non-violente, tuant des centaines (plus d'un millier, je crois) d'indiens.

Commenter cet article

Anne 17/01/2016 09:47

Je confirme... "Inglourious Basterds" est le seul film de Tarantino que j'ai vu et que je n'ai d'ailleurs pas pu regarder jusqu'au bout... j'ai été écoeurée... Il fait partie de ces films idéologiques qui bidouillent l'histoire et nous offrent une cargaison de violences et de tripes...
Bon dimanche à toi Alain et à Annie.
Anne G

alain BARRE 17/01/2016 10:19

D'accord avec toi Anne ! Tarentino, c'est l'esthétisation de la violence et du sadisme !...
La violence n'a rien d'esthétique ni de beau. Le film "Gandhi" en met les mécanismes à nu et la dénonce sans l'esthétiser....
alainB

Articles récents

Hébergé par Overblog