Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Vive le changement à condition que rien ne bouge !
Vive le changement à condition que rien ne bouge !

Le gouvernement de Hollande propose des changements susceptibles (peut-être) de diminuer le chômage et de favoriser une reprise, mais la gauche du PS et les syndicats sont unis pour que rien ne change !  Schröder, le chancelier socialiste allemand avait suscité la même opposition en 2003 quand il avait lancé la série de réformes qui ont permis de sortir son pays du marasme. Il avait appelé son plan audacieux dont on voit les effets positifs aujourd’hui : “l’agenda 2010”. Une façon de dire que les réformes n’auraient un effet que (très) progressivement.

Peut-être n’est-il pas inutile de rappeler leur contenu.

  • réduction des indemnités de chômage

  • obligation d’accepter les emplois proposés par l’agence

  • acceptation d’un plus grand nombre de temps partiels et d’intérims

  • mise en place de mini-jobs exonérés de charge et d’une sorte de statut d’auto-entrepreneur pour les chômeurs (tout en continuant de recevoir une aide sociale)

  • l’âge moyen de départ en retraite était de 62,9 ans en 2003, il est passé à 63,2 pour les femmes en 2008 et 63,9 pour les hommes. Le niveau des retraites a un peu augmenté et le taux de cotisation a été un peu diminué.

 

Il faut remarquer que ces réformes ont approximativement atteint leur objectif mais qu’elles ont coûté sa réélection au chancelier Schröder !

La mesure qui semble le plus soulever la colère de l’extrême gauche et des syndicats est celle de la dégressivité des aides. Sans leur donner complètement raison il faut tout de même remarquer que, même si l’on pousse les chômeurs au travail ils n’en trouveront pas plus s’il n’y a pas de création d'emploi !

Les principales mesures devraient donc porter me semble-t-il plus sur l’offre d’emploi que sur le traitement du chômage. Cela ne consiste pas à reprendre les vieilles recettes de relance keynésienne qui font illusion pendant quelques mois puis laissent le pays plus pauvre qu'il n'était auparavant mais de favoriser l'adaptation des entreprises françaises à la concurrence européenne et mondiale. Certaines mesures ont donné de bons résultats dans d'autres pays. par exemple :

- la flexibilité du marché du travail,

- la diminution des charges pour les entreprises,

- la diminution des frais de fonctionnement de l’état,

- une répartition différente des aides sociales,....

Facile à dire mais pas à faire. En Allemagne, le nombre des chômeurs est passé de 5,3 millions à 3 millions en une dizaine d'années et l'économie s'est redressée au point qu'elle a été capable dernièrement d'accueillir un million de migrants (ce qui ne signifie pas que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes pour nos voisins) ! 

Le gouvernement Hollande-Valls voudrait bien réussir un tel redressement mais les oppositions sont nombreuses, surtout dans son propre camp mais également pour une partie de la droite et l'extrême droite. Saura-t-il surmonter toutes ces contradictions ?

Vive le changement à condition que rien ne bouge !
Vive le changement à condition que rien ne bouge !

Commenter cet article

Alain BARRE 01/03/2016 14:18

Oui, c'est plutôt triste ! Le monde a changé depuis l'époque où nous étions jeunes et notre pays ne s'est pas adapté : conservatisme de la gauche, de la droite et des syndicats. ..souvent en France ça se termine par un clash...mais les conséquences d'un clash sont imprévisibles, le meilleur et le pire. ..

coco 01/03/2016 13:27

Bonjour Alain,
Que se passe t'il en France alors que les autres pays européens, mêmes fragilisés, redémarrent, et que nous continuons à sombrer? Il semble que le bon sens aie quitté nos politiciens dirigeants, et qu'ils soient désormais à des années lumières de notre réalité. Certaines idées/solutions semblent tellement évidentes, pour relancer la machine, qu'il est navrant de voir qu'elles ne sont pas retenues. Nos jeunes de 25 à 35 ans, diplômés à bac +4, 5 ou plus, n'arrivent même pas à entrer dans le monde du travail, depuis 2008, ils galèrent, se désespèrent, signent misérablement des CDD de 3 mois, ne peuvent se projeter, comme nous l'avons fait avec insouciance, dans les années 60 ou 70.On ne se posait pas de questions, avec ou sans diplôme, on démarrait, on nous faisait confiance..., des projets pleins la tête , maison, enfants, une vie normale quoi ! et si tous ces jeunes, tous ces gens ne travaillent pas, c'est que des milliers d'entreprises ont fermé, ou se sont exportées pour gagner plus, et qu'il n'y a pas de création d'emplois. J'enrage de voir toutes ces énergies gaspillées, quelle tristesse.

Articles récents

Hébergé par Overblog