Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Comme après la crise de 1929, l’Europe se referme sur elle-même et l’on assiste au triomphe des populismes. Les populistes qu’ils soient de droite ou de gauche se ressemblent. Ils haïssent l’étranger qui vient “manger leur pain” ou leur porridge ou leur goulash ou leurs spaghettis ou leurs tapas !.... Ils ont besoin d’un bouc émissaire, ce pauvre animal que l’on charge de tous les péchés et qu’on lâche dans le désert. Le bouc émissaire c’est l’autre, celui qui est différent, qui ne parle pas la même langue, qui ne pratique pas la même religion ou qui voudrait vivre ou survivre tout simplement….

Le populisme est aussi l’occasion pour les aventuriers de prendre le pouvoir, rarement pour le meilleur et souvent pour le pire. Les populismes des années 1930 se sont terminés par la guerre. Elle n’est évidemment pas éliminée pour l’avenir comme certains voudraient naïvement le croire. Nous n’en sommes pas encore là, mais les signes inquiétants s’accumulent. Le commerce entre les hommes, la mondialisation heureuse comme celle que nous avons connue ces trente dernières années, se développe en période de paix. Les échanges commerciaux diminuent quand les tensions s’accroissent et que la guerre pointe son sale museau !

Il faut bien comprendre que ce n’est pas tant la diminution du commerce qui provoque la guerre que l’inverse : le risque de guerre qui provoque la diminution du commerce.

Peut-on faire quelque chose ? La France par son incapacité à se réformer à jouer un rôle négatif dans la défiance de ses propres citoyens envers l’Europe, mais aussi des citoyens anglais.  Les mouvements profonds des sociétés nous dépassent, on ne peut que tempérer leurs effets. Je suis convaincu qu’il n’existe pas de solution miracle ni de démiurge capable de les empêcher !  Ce que l’on peut faire de mieux c’est d’éviter de tomber dans les extrêmes et réformer notre pays pendant qu’il en est encore temps… La récrée est finie. Le Brexit vient de sonner la fin d’une époque

Brexit : le chacun pour soi et le malheur pour tous !

Commenter cet article

anonyme 24/06/2016 18:50

les responsables c'est également, les corrompus qui laissent les lobbies oeuvrer à leur place. Il y a un mouvement de révolte croissant contre les dirigeants de la Commission européenne et malheureusement, ce sont les populistes qui récupèrent ce mouvement.

alain BARRE 24/06/2016 19:11

Les messages n'apparaissent qu'après validation depuis quelques mois car j'ai été l'objet d'une attaque de spameurs qui ont inondé les commentaires de leurs vomissures. Je fais donc passer les messages par une phase de validation pendant quelques mois. Je remettrai les commentaire en direct d'ici quelques temps quand ils seront passés à d'autres victimes.

alain BARRE 24/06/2016 19:04

La corruption joue un rôle mais les dirigeants européens ne sont pas plus corrompus que les autres. Sans les exempter, je pense qu'ils servent souvent de boucs émissaires eux aussi ! Le refus de l'immigration massive due à la guerre en Syrie joue un rôle bien plus grand. La presse brexit a fait étalage de son rejet dans des termes inacceptables. Les populistes de droite et de gauche ne créent pas le problème. Le problème existe, mais ils l'amplifient, l'exacerbent et orientent les peuples vers des solutions pire que le mal.

Articles récents

Hébergé par Overblog