Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur

 

C’était une idée folle que celle des Dictéefolies. Cette animation culturelle avait été créée avec la complicité d’une promotion d’élèves de ma classe (j’étais alors directeur de l’école André Rouzel dont il ne reste que les vestiges d’une fresque réalisée alors par mes élèves et aujourd’hui à l’abandon. L’école qui est devenue école communale Kerlor). Maître de CM2 je proposais tous les jours une courte dictée non préparée. Chacune était numérotée et cette année-là mes élèves m’avaient demandé : ‘’Monsieur Bordat, et si on fêtait la dictée N° 50 ?’’ Du jamais vu !Fêter une dictée, cela me semblait curieux, surprenant, inattendu et montrait que mes élèves étaient passionnés et studieux. Une très grande confiance existait entre les enfants et moi-même. J’avais relevé le défi et mis en place une stratégie assez complexe qui a débouché sur la création des Dictéefolies. (Je donnerai ultérieurement des explications très drôles mettant en valeur tout le suc qui a amené la mise en place de ce concept).

En quoi consistait cette entité ? Cela s’est passé dans les locaux de l’ancien lycée du Pays de Retz qui a été entièrement détruit !!! C’était au printemps 1997. Il s’agissait, par équipe de 2 (on ne rendait qu’une copie et le résultat était le fruit des échanges et de la réflexion des 2 partenaires), de réécrire sans faute un texte écrit phonétiquement, donc bourré de fautes (voir plus bas un extrait de l’exercice). Pour les primaires et les collégiens l’utilisation du dictionnaire était permise sinon recommandée. Texte phonétique, travail en équipe, utilisation du dictionnaire, les dictéefolies avaient tout pour plaire et apparemment elles ont beaucoup plu. La preuve, 5 300 personnes ont participé à ce curieux et pittoresque exercice.

Pour la 1re édition j’avais choisi et annoncé à l’avance comme thème : l’Égypte et chacun pouvait se replonger dans des livres d’histoire pour se préparer (on ne comptait aucune faute sur les noms propres). Mais c’était la première édition et pour moi c’était l’angoisse totale ! J’étais aidé par une merveilleuse équipe formée de parents d’élèves du lycée et de membres de l’amicale laïque de Pornic. Combien y aura-t-il de participants pour la première édition ? 20...50...100...150...plus de 200 ? C’était le brouillard total. Il nous fallait prévoir, en suffisance, un certain nombre de classes, de surveillants, de correcteurs, de lots !!! Il fallait faire aussi beaucoup de publicité et mon amie Murielle Pailloux, professeur de latin-grec du lycée, m’a beaucoup aidé et dans la finition de mes textes et dans la distribution de tracts sur la place publique.

A tout hasard j’avais photocopié 300 feuilles d’épreuve. Intuition, prémonition, j’avais eu raison de prévoir large ! En effet, pour la première de cette originale manifestation ce sont 225 personnes qui se sont présentées !!! Il a fallu, dans la précipitation, ouvrir des salles, diriger les candidats, attribuer des surveillants et mettre en place l’équipe des 30 correcteurs. Le proviseur du lycée qui nous accueillait nous apportait une aide considérable. C’était génial ! Les commerçants de Pornic ont été aussi d’une incroyable générosité et avaient offert un très grand nombre de lots et, ainsi, chaque concurrent a été gâtés ! !

La proclamation des résultats a été pour moi une très agréable surprise. Le couple gagnant adulte était formée du gendarme Jean-Paul Suteau (avec qui j’étais en relation pratiquement tous les soirs, devant assurer la couverture de tous les faits divers du Pays de Retz pour Ouest-France) et de Bernadette Breton, l’épouse d’un gendarme très apprécié de ses collègues et de la population. Tous deux ont reçu un incroyable cadeau. En effet, quand je suis passé au Casino de Pornic pour solliciter des lots j’ai été reçu par le directeur Alain Aupiais. Il m’a tout de suite demandé ‘’Quel est le thème de votre dictée ?’’ Je lui ai répondu ‘’l’Égypte !’’ Il a poursuivi du tac au tac ‘’Alors un voyage pour 2 d’une semaine en Égypte, cela vous convient-il ? ’’J’étais abasourdi et heureux ! Bien sûr que cela me convenait ! Depuis c’était devenu une tradition et Monsieur Marganat le second directeur a lui aussi, chaque année, offert un voyage d’une semaine pour 2 personnes !!

Si ce couple de Gendarmes a fait briller l’image de la gendarmerie nationale, la jeune Lauraly, fille à l’époque du major Rapaille, a remporté quelques années plus tard, le 1er prix en scolaire primaire, portant ainsi très haut le prestige de la compagnie de gendarmerie de Pornic.

D’une façon générale les gendarmes sont bien intégrés dans la vie locale à Pornic. Le capitaine Christian Rodriguez (qui est devenu le N° 2 de la gendarmerie nationale française et avec qui j’ai souvent discuté) était une excellent volleyeur, le capitaine Schweitzer (que j’appréciais beaucoup) faisait partie du club de rugby. Quant au gendarme Tessier, il était choriste dans la chorale de chants marins et pratiquait régulièrement le cyclotourisme. Jean-Paul Suteau est un homme adorable, très cultivé. S’il est surdoué en orthographe c’est aussi un artiste, choriste à La Frégate et en devint membre du conseil d’administration.

Après sa réussite, Lauraly et sa famille sont parties à Rennes. Mais le virus des Dictéefolies était pris et c’est à moto, avec son père, assise sur le siège arrière qu’elle est revenue à Pornic pour participer à une nouvelle édition. Chapeau !

Extrait, très court, du texte donné aux adultes. Pour que chacun se fasse une idée de la complexité des dictéefolies. Première édition en 1997 avec pour titre ‘’Heureuses les filles et les femmes égyptiennes’’.

‘’Prauphécion libhéral, statue de phonkciaunerrhe, lhanceynieuman deux là maide cynne étè hoci akcécyble hô gheune fylle. Cé maime leu preumié paihy ô mhondhe ky pairmysôfame d’egzercé las prauphécion deux prathycyenne daukthoraice’’

Conseil : pour réussir l’exercice se mettre à 2 : l’un lisant ce qui est écrit phonétiquement (et n’y comprenant rien !!) l’autre écoutant et comprenant le message.

Je donnerais la correction prochainement. Bon courage pour les valeureux qui se lanceront dans l’aventure !!!

Photos : Jean-Paul Suteau avec une responsable de La Frégate.

De droite à gauche :Pierrette Suteau, Bernadette Breton (toutes deux aux commandes du bateau sur le Nil, en compagnie d’une voyageuse et du « Pacha » du navire.

 

La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur
La chronique de Michel Bordat. Dictéefolies de Pornic : les gendarmes de la Compagnie à l’honneur

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog