Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.

Avec le naufrage de l’Erika, le 12 décembre 1 999, le littoral de la Côte de Jade avait été entièrement souillé et il avait fallu un travail gigantesque et beaucoup de temps pour que ce coin coquet de la côte française retrouve sa ‘’virginité’’.

Les habitants se sont grandement investis pour nettoyer rochers et plages. La ville avait proposé des pelles, brouettes et sacs pour aider au ramassage du mazout. Pour des raisons de prudence et de santé les pompiers et les services de l’état avaient pris le relais. De nombreuses personnalités nationales avaient apporté leur soutien. Ce fut le cas de Michel Field, grand journaliste à la télévision Française qui, invité par Alain Huet, l’ancien patron du Papagayo (aujourd’hui détruit), avait passé toute une soirée sur la plage du Portmain, pour apporter son soutien moral et sa gentillesse aux habitants de la Côte de Jade.

Le drame

Tout avait commencé en pleine mer, c’était le 11 décembre, face à la pointe de Penmarc’h, en dessous de la Pointe du Raz. Le vieux pétrolier, l’Erika, avait une fuite de fuel. Malgré la forte tempête (vent de force 9 à 10) le navire avait eu l’interdiction de rejoindre le port de Saint-Nazaire. Beaucoup de ‘’discussions négatives’’ au niveau des compagnies d’assurances ont entraîné malheureusement une perte de temps pour secourir le vieux pétrolier !! Tout s’aggrava et le navire, le 12 décembre, se coupa en son milieu, libérant une grande partie de son fuel. Celui-ci, peu à peu poussé par le vent, se mit à dériver vers l’est, se déposant sur le littoral. Les journaux du Finistère et du Morbihan ainsi que ceux de Loire-Atlantique avaient relaté les faits. Mais le drame s’était passé à 400 km de Saint-Nazaire et personne n’avait encore imaginé que le fuel pouvait venir souiller la côte de Loire-Atlantique et particulièrement celle du Pays de Retz !!! Personnellement j’étais très vigilant. J’avais étudié les cartes marines et avait anticipé l’avancement du fuel en observant la configuration du littoral et la direction des vents dominants (Ils soufflaient de l’ouest). Et très vite j’en ai déduit que nos rivages seraient atteints dans peu de jours. Comme j’en avais l’habitude j’avais écrit, avant le drame, un article à ma façon, avec mes propres mots comme j’aimais le faire, en annonçant ce qu’il allait arriver : ’’Inutile de lire dans le marc de café ou être un devin ! D’ici 3 à 4 jours le fuel atteindra notre côte !!!’’ L’article est paru le 22 décembre. J’étais allé dans le Nord-Loire passer Noël avec mes enfants. Pendant toute la nuit du 24 au 25 décembre la tempête a été d’une rare violence et a fait de très nombreux dégâts.

Le matin je me suis levé tôt pour rejoindre Pornic, très inquiet pour ma maison : je suis passé devant et tout avait l’air normal. Du coup j’ai poussé jusqu’à la plage de l’Étang et je suis descendu dans une crique que je connaissais bien. J’avais craint le pire et le pire est bien arrivé comme je l’avais pressenti : horrible découverte, des pastilles de mazout étaient mêlées au sable. Tout-à-coup j’ai entendu une voiture qui s’est arrêtée au-dessus de moi. Un homme est descendu et je l’ai tout de suite reconnu : ’’Bonjour Pierre ! ’’-‘’Bonjour Michel !’’ C’était Pierre Hériaud l’ancien maire adjoint de Sainte-Marie et député de notre secteur. Il est descendu dans la crique, tout comme moi, pour évaluer la situation. Il était navré et désolé ! ‘’Le fuel est bien arrivé et il y en a partout ! Nous sommes, tous les deux, les premiers à le constater !!! ‘’ s’exclama Pierre.

Ensuite ce fut un désastre écologique sans précédent dont l’aspect le plus impressionnant et significatif était situé au pied de la Thalasso, à la plage de la Source : il y avait entre 20 cm et 40 cm de mazout !!! L’horreur absolue !

La soirée Michel Field

Assis à la terrasse du Papagayo avec Michel Field, nous avons passé tous deux, dans la nuit, plus de deux heures à commenter l’événement. L’homme de télévision avait adopté le style qui marquait alors son identité, celui de l’émission :au cœur de la nuit. Plus de mille habitants, souvent en famille, étaient présents. De temps en temps ils s’adressaient au grand reporter de la télévision, celui-ci répondant avec beaucoup de gentillesse à chacun. C’était un véritable moment de ‘’veillée nocturne’’ où régnait une grande émotion et beaucoup de respect. J’ai vécu intensément cette soirée avec Michel Field et en garde un profond souvenir. J’avais aussi beaucoup admiré le comportement exemplaire et plein de retenue des habitants au cours de cette soirée de recueillement.

La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog