Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...
Le film "Lion" pose le problème de l'adoption

Ce film, Lion, raconte une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens.
25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde.
Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
La fin est heureuse. Il retrouve sa famille

Le film "Lion" pose le problème de l'adoption
Le film "Lion" pose le problème de l'adoption

 Cet excellent film a été encensé, à juste titre, par la presse grand public qui s'y reconnaît dans ce mélodrame comme, en d'autres temps elle se reconnaissait dans le mélodrame de Victor Hugo, les misérables, paru en feuilleton dans un journal populaire !

Seuls ont boudés ce film les journaux intellos-parisiens ou soi-disant au service du peuple comme l'Humanité, le Monde, les Inrockuptibles, la Voix du nord,... C'est bon signe ! En tout cas, la foule des spectateurs était là et la salle était pleine ! 

Le film "Lion" pose le problème de l'adoption

La recherche des parents biologiques se termine-t-elle toujours de façon aussi heureuse que dans ce film ?

Je me souviens d'une amie qui avait pu obtenir l'adresse de sa mère biologique dont elle n'avait aucun souvenir. Elle m'a demandé de l'accompagner pour aller la voir. Les retrouvailles ne furent pas aussi émouvantes que dans le film "Lion". Sa mère était alcoolique et ne reconnaissait pas sa fille. Pas d'hostilité, mais pas d'aménité non plus. Mon amie est retournée voir sa mère de temps à autre qui lui réclamait de l'argent qu'elle dépensait en paris pour les courses de chevaux et en boisson. Elle est morte 2 ou 3 ans après. 

Ces retrouvailles n'ont pas été inutiles. Mon amie a réalisé alors qu'elle avait choisi un mari lui aussi alcoolique et qui ne la méritait pas. Cela lui a donné la force de le quitter !

Une autre aie avait eu, elle aussi, connaissance de l'adresse de ses parents biologiques (une disposition de la loi était parue à cette époque). Elle était bien mariée et avait deux enfants. Sa vie était équilibrée et satisfaisante. Elle a préféré ne pas chercher à en savoir plus !

Des fins heureuses, comme celle du film Lion, existent, mais ce n'est pas la règle. Certains enfants abandonnés à la naissance ou retirés à leur famille, ont tendance à imaginer une origine prestigieuse à celle-ci et courent à la déception. Cela n'empêche pas qu'il est légitime de leur donner la possibilité de la retrouver s'ils le souhaitent. 

Commenter cet article

ana 13/03/2017 21:01

J`ai tellement aimée ce film! Je pense que, on ne peut que se sentir reliés à Saroo car, nous avons tous été enfants et, (même si nous sommes encore voulnérables d´adultes) on peut bien se rappeler de la grande voulnérabilité de ce temps là.

Il me semble que "Lion", le film, il nous rapproche et nous rappelle qui nous sommes.
Le film nous parle de la peur, de l'amour, de la solidarité et de tant d`autres choses que nous tous partageons. "Lion" nous rappelle notre humanité, notre fragilité et, on a besoin de se rappeller de temps en temps.

Merci Alain de votre temoniage sur l´adoption. Mon beau frère et son femme, ils ont adopté un petit bebe, je suis la marraine. Il sait qu`il a été adopté, il a 16 ans maintenant et, depuis très petite, il joue la guitar très bien, peut-être ca "viens" dans ses gènes.

Saludos, ana

Articles récents

Hébergé par Overblog