Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais

J’ai toujours été admiratif en observant le vol des martinets au-dessus de la cour de mon école rue Sainte-Anne/rue du Chabut. Durant plus de 15 ans, pendant des centaines d’heures, j’ai beaucoup apprécié leurs incroyables voltiges. Ils suivaient souvent le même scénario. Venant du Quartier Arabe (situé dans la haute ville vers la Faïencerie) ils fonçaient comme des éperdus, longeant la rue de l’église, dessinant une belle courbe au-dessus de la  place du Marchix,  puis se dirigeant vers l’ancien hôpital (avant sa réfection). Ils saluaient au passage l’ancienne maternité (établissement pour lequel nous avions été très nombreux à manifester pour son maintien, mais inutilement). Ensuite ils franchissaient un ultime obstacle : les 2 classes à l’étage de l’école dont j’étais le directeur. Et c’est à ce moment que commençait l’incroyable spectacle dont je ne me lassais jamais.
Une farandole remplie  d’une incroyable fougue
Le scénario de vol était parfaitement au point. Par groupe de 3, 4 et plus, avec des crissements assourdissants, ils piquaient sur la cour, décrivaient une belle courbe et montaient en chandelles avant de poursuivre leur course effrénée et survoler d’autres quartiers. Ce spectacle aérien se déroulait souvent l’après-midi et durait jusqu’à la tombée de la nuit. Dernièrement on pouvait les observer et les admirer au-dessus du quartier arabe. Là le spectacle était féerique. Imaginons une immense sphère dans laquelle les oiseaux par groupes évoluent décrivant à toute vitesse et sans relâche, des figures circulaires, ceci dans un jacassement joyeux et ininterrompu. On se serait cru à un spectacle de ballet avec ses arabesques, enchaînements et entrechats. Ce qui était remarquable c’est qu’il n’y avait jamais de collisions entre eux. Les martinets volent jusqu’à 200 kilomètres à l’heure. Plus vite que la patrouille de France, toute proportion gardée ! En effet, ces oiseaux mesurent environ 17 centimètres de taille pour une envergure de 42 à 48 centimètres, avec un poids de 38 à 45 grammes. Leur cerveau est plus petit qu’une noisette, de la taille d’un petit pois. Mais il abrite un formidable ordinateur lui permettant de contrôler un vol d’une complexité inégalée, réagissant au centième de seconde pour réussir sans embûche leur « feuille de route ». Comparé aux Rafales, en plus petit certes, mais s’ils mesuraient 1 ,70 mètres, 10 fois plus grand au lieu de 17 centimètres, ces oiseaux voleraient à 2 000 kilomètres à l’heure au lieu de 200 kilomètres. C’est, toute proportion gardée un véritable record de vitesse !
Autres records des martinets
Ils vivent 8 mois en Afrique et 4 mois chez nous. Ils passent  presqu’entièrement leur vie dans les airs. Ils peuvent voler 10 mois sans se poser et détiennent le record absolu du plus long vol sans interruption. Leur vol est incroyablement précis comme j’ai pu l’observer dans ma cour d’école. Souvent j’étais assis sur les marches d’entrée de ma maison. Au-dessus de moi une toute petite anfractuosité à la base du toit. Par moment, sans ralentir sa vitesse spectaculaire de vol, un martinet rejoignait son nid par un orifice incroyablement petit. J’étais sidéré en constatant la performance     mais j’ai lu par la suite que ce comportement était coutumier de la part des martinets.
Ils se nourrissent de plancton aérien qu’ils récupèrent en volant en groupes de façon circulaire, à 1 500 mètres de hauteur.
Des couples fidèles
J’ai observé des heures le vol des martinets haut dans le ciel. C’est caractéristique. Si vous voyez un point noir qui se déplace à vive allure, quelques secondes plus tard vous en voyez un deuxième qui le rejoint. C’est un couple « formé pour la vie ». Les martinets atteignent leur maturité sexuelle vers 3 ans. Ils construisent leur nid dans les anfractuosités des maisons. Le nouveau né peut rester 48 heures sans manger. Les parents les abandonnent et débutent aussitôt  leur longue migration. Aux oisillons de se débrouiller tout seuls ! Ils apprennent à chasser et d’une façon innée réussissent à survivre et vivre : ils passeront deux années, sans se poser et réussiront à acquérir tous les gestes vitaux.
Grande tristesse
Les martinets c’était une de mes passions. Le soir je leur rendais souvent visite. Ils avaient fait leur nid sous le préau des 2 classes qui dominent la maternité de Pornic dans un matelas de mousse synthétique qui servait d’isolation ! La nuit ces oiseaux ronflaient en cœur et je trouvais cela pathétique. Souvent je communiais la nuit avec ce concert tout-à-fait naturel mais ô combien mystérieux. Malheureusement ce lieu de dortoir avait un inconvénient assez désagréable. Par leur rejet de crottes en grand nombre ils souillaient le dessous du préau : un lieu de vie pour les écoliers. Je ne sais pas qui en avait donné l’ordre, mais un mercredi matin des employés municipaux ont supprimé tous les nids et ainsi mis fin à toutes les couvées en cours. C’était une destruction plutôt nécessaire mais ô combien elle faisait mal au  cœur !!!
Deux des lieux de nichoir ont disparu : mon ancienne école et une grande partie de l’ancien hôpital. D’où une translation des martinets vers la vieille ville et le quartier arabe. Ici on peut encore les observer et les admirer. Mais ils sont peu nombreux.
Dernière nouvelle réconfortante toute fraîche
Aujourd’hui mercredi 2 août j’ai rencontré mon ami François Effling à la terrasse du casino et lui ai raconté le sujet de l’article que j’étais en train d’écrire. Il m’a donné une information qui m’a apporté beaucoup de baume au cœur : « Michel, sais-tu qu’une action de sauvetage de martinets est en cours à Préfailles ! Plusieurs couples de martinets ont été préservés et ont donné des petits. Certains sont revenus sur Pornic !! » Bravo et merci François pour cette heureuse nouvelle !!!

Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais
Adorables martinets : par leur vols gracieux ils embellissent le ciel pornicais

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog