Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

- Pour l'entrée, préparer un peu de verdure : salade verte etc... ça sera nécessaire pour faire passer le reste !

- Dans une boutique spécialisée africaine, acheter quelques tilapias (un poisson assez trapu, style ballon de rugby applati). Les faire braiser au barbecue (au four si le barbecue n'est pas possible). Préparer une sauce avec de l'ail, de l'oignon, un cube maggi, deux tomates et du djsansan (écriture approximative). Broyer l'ensemble et badigeonner les poissons. Faire cuire

- Pour l'accompagnement, prévoir du manioc (aspect un peu fibreux, goût plutôt insipide) et de l'igname (léger goût de chataîgne) et surtout faire frire des bananes plantin. Pour cela les couper en rondelles fines et oblongues (pour qu'elles soient plus longues). Attention, choisir des bananes plantin mûres à point (pas les vertes que l'on cuit à l'eau ou à la vapeur).

- Préparer une sauce au piment (avec des piments rouges frais de préférence, ail, oignon et un cube maggi). Après avoir haché, ajouter une cuillerée à soupe d'huile.

- Terminer le repas avec un gâteau au chocolat ( chocolat par dessus, par desous, et à l'intérieur, plus des copeaux en décoration). Planter des bougies dessus ! (le gâteau n'est pas typiquement camerounais mais il plaît à tous les gourmands et les gourmandes)

Bon anniversaire Henriette !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Dans une petite ville de près de quinze mille habitants combien sommes nous à utiliser le vélo pour les petits déplacements ? Sur les parcs de stationnement des grands magasins, le mien est souvent unique, aux portes des petits commerces, itou. Au marché, je rencontre une cycliste, une paysanne qui vient vendre ce qu’elle récolte, deux trois bricoles qui tiennent sur son porte-bagages. A la médiathèque mon vélo est assez souvent entouré de VTT stylés et colorés, tout crottés ou flambant neuf, dont les propriétaires n’ont pas encore l’âge de conduire un scooter. Enfin, dans les rues de la ville il m’arrive parfois de croiser un cycliste (il n’a pas de voiture), une vielle dame (elle n’a pas de permis) et ma voisine qui, malgré des problèmes d’articulation, utilise, elle aussi son deux-roues, été comme hiver. C’est tout, je crois qu’on a fait le tour (si j’ose dire) ! L’écologie c’est beau mais pas quand il faut pédaler ! Comme je ne suis ni un écologiste forcené ni un sportif endurci j’utilise, depuis 8 ans, un vélo avec assistance électrique. Sans cela, les côtes nombreuses et assez raides m’auraient dissuadé d’utiliser un deux roues. Trois heures de recharge et vous voilà prêt pour 20 à 30 km. Je sais, je sais, il faut de l’électricité et qui dit électricité en France, dit centrale nucléaire. Et cela pour certains c’est un gros mot. Entre 2 gros maux : prendre l’auto ou consommer un peu d’électricité, je préfère le second. D’ailleurs il ne faut pas croire que l’on a rien à faire sur cet engin. Non, il faut pédaler, l’assistance électrique prend 50% des efforts à sa charge, juste ce qu’il faut pour se sentir soulager dans les montées ou par vent de face.

Enfer et damnation, je viens de voir dans un célèbre catalogue de vente par correspondance (célèbre chez les instits et les profs) une « réclame » pour un vélo tout électrique (sans pédale). En voilà qui n’ont rien compris !

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

De Villiers veut se présenter comme le croisé de la France. Il brigue de devenir notre futur St Louis président. Pour cela il lui faut un tombeau à délivrer, un ennemi à dénoncer. Coup de chance, la révolte des banlieues survient, comme il est expert en banlieues (dont tout le monde connaît l’abondance dans les villes surpeuplées de la Vendée), il a tout de suite déniché les coupables. Ce sont les musulmans, ces affreux infidèles, adeptes des mosquées où ils se font endoctriner. Coup d’épée dans l’eau de notre croisé : la révolte a été le fait des blacks, blancs, beurs (eh oui, l’intégration, ça marche depuis la coupe du monde) rassemblés, comme au bon vieux temps,  pour une jacquerie, à la française. Une différence toutefois, aujourd’hui on ne brûle plus des diligences ! (Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, lisez le livre de Alain BAUER, « Géographie de la France criminelle »)

Pour parfaire son image de croisé sans peur et sans reproche, notre Monsieur propre enfourche un autre cheval : « Les islamistes ont noyautés Roissy, j’ai les preuves ! » Re pas-de-bol, les preuves sont bidons.

De Villiers ferait peut-être mieux de continuer de s’occuper du sort des abeilles. A défaut de devenir président il serait peut-être élu reine de la ruche !

 

Un petit roitelet dans son fief vendéen

Pris son envol pour les cieux élyséens

S'agita, tripatouilla, mentit comme tout un chacun

Plus ultra que les ultras il devint, en vain !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Le mouvement écologiste a perdu son âme quand il s’est mis à faire de la politique ! Il a alors viré de l’écologie, défense des découvertes et des recherches d’une science respectable et exigeante (comme toutes les sciences), à la recherche du pouvoir personnel pour quelques uns, au tapage publicitaire autosatisfait pour d’autres, aux révélations approximatives ou pire, aux contre vérités avérées, c'est-à-dire à l’écologisme. Le plus exécrable de tous ces soi-disant sauveurs de la planète est sûrement la multinationale du business vert « greenpeace », experte en coup de pub même au prix des pires mensonges. En France nous ne sommes pas mal lotis non plus et nos verts deviennent vite « verts » de rage quand il s’agit d’être bien placé sur une liste en vue des élections. La nature humaine serait-elle plus forte que la défense de la nature ? Ces remarques désabusées sur le rôle néfaste de quelques tristes sires n’empêchent pas que l’on puisse se sentir affecté par les exactions de prédateurs sans vergogne.

 

 

 

 

 

 

 

Verdure saccagée

Paysage effondré

Rivières pleines de cambouis

IMPITOYABLE COURSE AU PROFIT !

Interminables allées de béton

Hommes humiliés transformés en automatons

Au paradis des promoteurs

Les arbres ne reverdissent que les feuilles du malheur

Et les passants remplissent leurs poumons

De la fumée des gaz de combustion !

La panse rebondie

Le visage bouffi

Léchant son assiette pleine de chimie

Ah ! Il peut être fier, l’homme

Ce génie de la création

Roi de la société de consommation

Trônant au milieu d’un monceau de pacotilles

Et de misères que l’on maquille !

. . . . . .  .

Nostalgie…

Quelle insoutenable nostalgie m’étreint le cœur

Au souvenir des herbes sauvages

Et des simples gens de mon village…

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

L’agate est une œuvre du temps dans les profondeurs de la terre. Des fluides sursaturés en silice se déposent très lentement dans une cavité. Les variations de leur composition provoquent les nuances chatoyantes que l'on voit dans les couches. Quand le remplissage n’est pas complet il reste, au milieu, une cavité tapissée de cristaux : la géode.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

   

  

Pour compléter cette journée nature, allez voir le blog de Cyril  http://14at432cyril.over-blog.org/  et, dans la fenêtre « albums photos etc. », à gauche de la page, cliquez sur « mon autre loisir la pêche ». Je n’ai jamais vu de brochets aussi gros. Attention, attention la direction tient à signaler aux taquineurs de gougeons du dimanche que ces photos risquent de leur saper gravement le moral !!

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

 Brassens chante la complainte émouvante « d’un qui a mal tourné » et qui retourne dans son quartier natal après des années de prison. Une façon de rappeler que tout espoir n’est jamais perdu.

« Au bout d'un siècle, on m'a jeté
A la porte de la Santé
Comme je suis sentimental
Je retourne au quartier natal
Baissant le nez, rasant les murs
Mal à l'aise sur mes fémurs
M'attendant à voir les humains
Se détourner de mon chemin

Y'en a un qui m'a dit: " Salut !
Te revoir, on n'y comptait plus"
Y'en a un qui m'a demandé
Des nouvelles de ma santé
Lors, j'ai vu qu'il restait encor
Du monde et du beau mond' sur terre
Et j'ai pleuré, le cul par terre
Toutes les larmes de mon corps »

 

 La totalité de cette superbe chansons et de 260 autres en suivant le lien suivant http://www.paroles.net/

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #INDE

On Dit que l’Inde est la plus grande démocratie du monde. C’est également un pays en plein développement. Cela est-il le résultat de la démocratie ? A priori, non puisque son grand voisin, la Chine se développe encore plus rapidement et l’on ne peut pas dire qu’elle soit un modèle de démocratie. A vrai dire, l’Inde non plus ! Alors d’où vient cette extraordinaire poussée d’énergie ? Pour l’Inde cela correspond à la rupture avec l’URSS et le socialisme et pour la Chine à la création du « capitalisme communiste ». Dans les deux cas c’est l’introduction du libéralisme économique et le mouvement accéléré de la mondialisation qui ont permis le développement. Sait-on, par exemple, que les ailes de l’Airbus A380 ont été dessinées par les informaticiens d’Infosys, à Bangalore, « petite ville » de 6 millions d’habitants dans le Sud de l’Inde ! Peut-on s’opposer à cette mondialisation ? C’est ce que font les altermondialistes avec beaucoup de fausses bonnes raisons qui cachent surtout l’envie de préserver des privilèges de nations riches. Ils prennent nos emplois disent d’autres ! Mais ne vaut-il pas mieux qu’ils les prennent chez eux que chez nous ? N’ont-ils pas droit au développement eux aussi ? J’entends encore d'autres critiques : mais les inégalités, mais la pollution provoquées par leur industrialisation forcenée ?...Avons-nous vraiment beaucoup de leçons à leur donner ?

Pour en savoir plus : vous pouvez lire le « spécial INDE » du nouvel observateur, numéro du 16 au 22 février et un ouvrage, écrit « de l’intérieur » par Pavan K. VARMA : le défi indien, aux éditions actes sud. Parmi les multiples liens possibles sur internet, celui vers WIKIPEDIA a le mérite d’être simple et assez complet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Inde

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Poèmes

Dans l'espace infini

Nos pensées vont et viennent sans répit

Comme des bolides dans la nuit.

Sages pensées ou pensées folles

Quand mes pensées volent vers toi

Elles obéissent à d’autres lois

Comme si elles avaient pris chair

Météores qui traversent les airs

Elles défient l’espace et le temps

Quand nous sommes deux à vouloir en même temps !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Poèmes

« Nul n’est sans défaut »

Déclare le président Mao

Sauf Moa !

Et tout en agitant

Nonchalamment

Son petit livre rouge

Il estourbit,

D’un tour de main

Vif et soudain

Les opposants qui bougent.

Vingt à quarante millions de trépassés

Fichtre, ce n’est pas rien

Pour quelqu’un qui ne prétendait agir

Que pour le bien du genre humain !

Le nombre exact des victimes du régime de Mao est difficile à cerner. On estime entre 20 et 40 millions le nombre de morts résultants directement du Grand Bond en avant. Mais les massacres de la Révolution Culturelle et l'ampleur des décès consécutifs à l'internement dans les camps, le système du laogai, sont mal connus. Sources : encyclopédie en ligne WIKIPEDIA. Lien internet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mao%C3%AFsme

On peut lire aussi le roman flamboyant de Lucien BODARD : Le chien de Mao. La Chine y est vue à travers les yeux de Mao et de sa femme, la cruella chinoise : Jiang Qing.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog