Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #La Presqu'île de GIENS
Aujourd'hui, départ pour Hyères ! Après avoir examiné la météo pour la semaine à venir, Hyères et la presqu'île de Giens semblent être l'un des rares lieux, en France où l'on est quasi certain de trouver du soleil et de la chaleur... Donc si tout va bien  : demain  je serai à Hyères ! Pas  d'internet,  pas de mails, pas de blog...  Tout à côté, les îles de port Cros et Porquerolles sont des sites préservés , sans voiture, presque coupées de la civilisation.... Donc en avant vers les passé, et à bientôt !....

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Les personnalités schizoïdes ne sont pas rares. Les psychologues évolutionnistes pensent que ce type de personnalité est une adaptation à la vie dans des habitats isolés et dispersés qu’ont connus certains de nos ancêtres.

Leur schéma cognitif principal semble être : « Les relations avec les autres sont trop compliquées. Restez à distance, je préfère être seul ! »

 

Ce schéma de pensée –largement inconscient- est renforcé par de nombreux postulats secondaires :


1- "Si on peut remplacer les gens par des objets ou des robots, mieux vaut le faire !"

2- "Les relations avec les autres sont toujours sources de problèmes."

3- "Les sentiments sont sources de perturbations, ignorons-les !"

4- "La vie est bien plus simple sans les autres" (« l’enfer c’est les autres »)

5- Les relations humaines sont le pire inconvénient de la vie.

Gardons nos distances !

6- « J’ai l’impression d’un grand vide intérieur » (cela correspond à l’interdiction qu’ils s’imposent d’éprouver des sentiments)

7- « Je ne suis pas à l’aise en société ! »

 

Cette description rassemble les caractéristiques les plus extrêmes, mais on trouve souvent des traits de personnalité schizoïde mélangés à d’autres types de personnalité. Dans ce cas le « cocktail » devient moins amer et les schizoïdes ainsi « dilués » peuvent alors faire de bons amis sur la fidélité, et la loyauté desquels on peut toujours compter.

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

On trouve souvent ce type de personnages froids et solitaires dans les films de cowboys. Clint Eastwood et Charles Bronson ont  joués maintes fois ces héros venus de nulle part, justiciers froids et consciencieux, repartant solitaires, une fois leur tâche terminée…

Jean Reno a interprété un tel personnage dans plusieurs films, en particulier dans « les rivières pourpre »

Le héros du roman de Patrick Modiano « villa triste » fait partie de la même famille (tout en étant plutôt résigné alors que Eastwood, Bronson et Reno sont des actifs).


Pour ceux qui ont lu « l’étranger » de Camus, on peut penser que le héros (le narrateur) est une personnalité schizoïde qui a poussé cette coupure d’avec les autres tellement loin qu’il se sent « étranger » parmi eux !...


Pour continuer dans les classiques, le « Misanthrope » de notre grand MOLIERE est à classer également parmi les schizoïdes.

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

« Rien de tel qu’un être humain pour ressembler à un autre être humain. Ce que l’un a ressenti, un autre peut le ressentir… » Cette conviction nous incite à nous « mettre à la place des autres » pour essayer de les comprendre et de comprendre leurs émotions (= empathie). C’est aussi grâce à cela que les journaux intimes ou les textes  écrits à la première personne ne nous parlent pas que de leurs auteurs mais aussi de nous. Les « Essais » de MONTAIGNE et les « confessions » de ROUSSEAU en sont des exemples éloquents. Mais ce n’est pas toujours le cas. L’un des contre exemples des plus frappants nous est donné par un type de personnalité : la personnalité « SHIZOIDE ».

Les schizoïdes (ne pas confondre avec la maladie psychiatrique appelée « schizophrénie qui touche 1% de la population)  semblent fuir les relations sociales qui plaisent tant à la plupart des gens. Il ne s’agit pas de timidité. Ils n’ont pas peur des autres. Ils trouveraient plutôt que les autres sont sources de complications. Ils ont besoin que tout soit clair et précis or les relations jouent beaucoup sur des sentiments qui ne sont pas forcément clairs pour la personne qui les ressent !... Les schizoïdes fuient ces ambigüités comme la peste et, si vous recherchez leur amitié, très vite ils vous font comprendre qu’il vaut mieux que vous restiez à distance. Ce n’est pas spécialement contre vous qu’ils en ont, c’est contre toute présence humaine trop intime.

Demain : des exemples de personnalités schizoïdes.

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

L'art échappe-t-il à la loi du marché, à l'argent ? Il y a plusieurs formes d'arts et le poids de l'argent pèse surtout sur la forme "divertissement". Il n'y a pas main mise absolue du marché mais croire a une véritable liberté serait bien naïf. Plus les sommes en jeu sont importantes et plus les contraintes augmentent, ce que  les artistes savent bien ! Cela n'empêche pas certains, parmi les plus grands, de leur échapper parfois et de créer une œuvre personnelle. C'est le cas, de temps à autre, au cinéma qui est sûrement l'art le plus contraint qui soit.

On peut créer librement dans son coin (les blogs le permettent par exemple), mais ce qui fait un artiste ce  n'est pas seulement sa création, c'est aussi la confrontation avec le public. En psychologie cognitives on dit qu'il faut dix ans pour faire un expert. Pour l'art, il en faut encore plus ! Cette confrontation, avec ses succès et ses échecs, est un facteur aussi essentiel au talent de l'artiste que son propre "génie". Tout le monde ne peut pas accéder à ce niveau où la confrontation est possible. Il faut avoir été "sélectionné", par les "experts", les galeries, les majors, etc...qui retiennent ou écartent en fonction de critères marqués par une époque, un milieu, un public et, in fine, essentiellement par des critères de rentabilité (un metteur en scène qui a subi un échec, par exemple, a bien du mal a trouver un financement par la suite). Les critères retenus ne sont pas seulement financiers mais le fric joue évidemment un très grand rôle ! La création est donc orientée par le marché, mais il y a du "jeu" et c'est dans ces marges de jeu que les grands artistes arrivent à glisser leurs plus belles œuvres.C'est ainsi qu'ont agi les peintres, les architectes et les musiciens de la renaissance qui ne travaillaient que sur commande. Le cas le plus extraordinaire est celui de Leonard DE VINCI qui ne finissait pratiquement jamais les commandes que ses riches commanditaires lui avaient passées mais pour lesquelles il empochait tout de même l'argent ! Ils sont peu nombreux les artistes de cette envergure. Cela ne les empêche pas d'avoir une très grande influence. Ils ne jouent pas sur le pret-à-jeter, ils ont la durée pour eux...

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Souvent il arrive que l’on ne trouve les choses belles que lorsqu’on nous les a dites telles ! Ainsi, dans les années 60, on a trouvé merveilleux les tables et les meubles en formica. Ils représentaient le symbole de la modernité. Pour être dans le coup il fallait remiser les vieilles armoires au grenier, les transformer en poulailler, les vendre aux brocanteurs qui se frottaient les mains ou, pire, les brûler !... Pour s’équiper de ces merveilleuses pièces de mobilier moderne, aux surfaces bien brillantes, aux couleurs gaies, que l’on pouvait laver d’un coup de torchon, on était prêt à tous les sacrifices. C’était cher mais c’était beau !...

Puis 68 survient, changement de cap ! Il n’est plus alors question que de retour à la nature…gentilles biquettes…brebis qui donnent du bon fromage artisanal sur les Causses grillés du Larzac. L’on redécouvre avec délectation, les vertus de « l’authentique », du vrai, du pur de la nature… Hélas, le formica se revend mal et le vieux mobilier sacrifié ne renaît pas de ses cendres ! Alors on rachète à prix d’or les buffets aux couleurs de miel blond, les bonnetières et les solides tables d’ormeaux…


Faut-il s’en moquer ? Nous sommes ainsi faits que nous trouvons souvent beau ce qui plaît….aux autres, c'est-à-dire ce qui est à la mode ! Et quelques années plus tard cette même mode nous paraît tellement moche que nous n’oserions même pas sortir avec les fripes qui nous ont « emballés » (dans les deux sens du terme) quelques années auparavant !


L’art échappe-t-il à ces effets éminemment superficiels ? Bien sûr que non ! Il participe également des mouvements de mode. Comme la mode vestimentaire il connaît de nombreuses petites vagues qui s’entrechoquent à la surface en se faisant mousser et de rares lames de fond qui lui donnent sa consistance sur plusieurs générations et parfois même qui marquent toute une époque. Il n'est pas toujours facile de distinguer les deux !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

On ne peut pas se passer des "ouvrages d’art" mais on peut se passer des œuvres d’art. Les ponts, les avions, les voitures, les ordinateurs sont indispensables à notre vie moderne mais pas la musique, les feuilletons, les films, sans parler des arts anciens : peinture, littérature, sculpture et poésie…

Certes, on peut se passer des oeuvres d'art, mais que serait la vie sans elles ? Si l’on supprime la poésie, on verra peut-être dix pékins rassemblés dans les rues et scandant « ren-dez-nous-nos-a-lex-an-drins, et nous-vou-lons-des-haï-kus... ». Si l’on supprime la sculpture, beaucoup de gens ne se rendront même pas compte de son absence. Si l’on supprime la littérature, les associations « lire en rond », les éditeurs et les auteurs de leurs écuries, les larmes aux yeux et la gorge nouée, distribueront dans les rues des tracts gros comme des pavés, écrits en taille 9 ½ , que personne ne lira… Si l’on supprime la peinture, les peintres amateurs, ceux qui y croient vraiment et chez qui l’on trouve souvent de la peinture inventive, attacheront un bout de tissu noir au bout de leurs brosses et de leurs pinceaux… Par contre si l’on supprime la Zicmu, les feuilletons à la téloche et le cinoche sur petit et grand écran…. Là, à n’en pas douter la réaction ne se fera pas attendre ! On touche à quelque chose de plus chaud et de plus complexe et les majors companies qui, détiennent les ensembles de salles appelés justement « complexes », iront sans complexe crier sur tous les toits, surtout celui de la bourse, qu’on étrangle la culture ! (lire : la pub car sans support de zicmu, de ciné et autres divertissements comment pourra-t-on ramollir suffisamment les cerveaux pour y faire entre de la pub ! Non, mais alors ! Non, mais des fois !...)

Alors ?.... Oui, on peut se passer des œuvres d’art, mais vivre sans elles (ailes) la vie serait beaucoup moins belles, elle volerait beaucoup moins haut !...ou seulement juste à la hauteur du toit des palais de la Bourse...

Je n'ai pas de pétition à faire signer, mais si vous êtes d'accord vous pouvez toujours le signaler dans les commentaires. Cliquez sur le mot "commentaires" ( juste au-dessous), c'est un "lien" informatique qui ouvre un petit traitement de texte dans lequel on peut taper quelques mots.... A vous lire !...

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Le hangar à bananes, c’est 15 lieux de loisir sur 8000 m2 et d’effervescence pour le jour et pour la nuit ! Le top du top, bien sûr, c’est le bar à musique LE FERRAILLEUR !

Créé par une équipe de 3 jeunes, il prend la suite, en l’améliorant, du Floride bien connu des Nantais. Pour ceux qui ne connaissent pas,on y fait de la musique qui décoiffe et qui décolle les oreilles (hardcore, hard rock metal :      
http://fr.wikipedia.org/wiki/Techno_hardcore ). Un conseil, si vous avez un sonotone, fermez-le et si vous n’en avez pas apportez des boules quiés, cela pourra vous être utile à certains moments !... Ceci dit on y écoute la meilleure musique du genre de toute la région. En particulier, vous y entendrez  le best des groupes du Hellfest  (qui se tiendra cette année à Clisson du 22 au 24 juin :      http://www.hellfest.fr/ )!...

Le décor est génial et fait honneur au site : façon plaques de métal boulonnées les unes sur les autres d’un joli ton rouille, ocre et marron.

Il est ouvert  jusqu’à 4 heures du matin mais fonctionne en journée également, à partir de 10 heures le matin. Pour les amateurs de musique, des concerts sont donnés une ou plusieurs fois par semaine. Ce soir, par exemple, « l’Opus à l’oreille » anime un concert rock. L’entrée coûte 4 €.

En journée, bien sûr, l’ambiance est plus calme et vous pouvez y manger votre sandwiche en toute tranquillité tout en dégustant votre bière ou votre café sur la terrasse, face au superbe panorama de la Loire et de la butte Sainte-Anne…un vrai bonheur !

 

Pour en savoir plus sur le ferrailleur, écouter un peu de musique et visionner quelques vidéos, consultez le site : www.myspace.com/leferrailleur

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Récits
Le hangar à bananes est un grand bâtiment de 150 m de long sur 50 M de large. Il est situé à la pointe de l’île sous l’ombre de la grande grue grise. En face, le coteau de Chantenay (et son musée Jules VERNE).  En aval, sur la rive gauche, est situé le joli village de Trentemoult où fut tourné le film « La reine blanche » (avec Catherine Deneuve).

 

Les 8000 mètres carrés ont été divisés en une quinzaine de « lieux d’expressions » et commerces.

L’un des plus grands espaces est dédié à une salle d’expo d’art moderne où le FRAC expose ses plus belles œuvres.

J’ai l’impression qu’il y a deux sortes d’œuvres exposées : 1- soit des objets banals plus ou moins détournés de leur usage habituel ce qui, en théorie, les rendrait artistiques (depuis l’urinoir de Duchamp en 1925, on a tout de même un peu compris le messagehttp://fr.wikipedia.org/wiki/L'Urinoir_de_Marcel_Duchamp ), Comme il était interdit de photographier les sublimissimes oeuvres exposées dans cette salle, j'ai immortalisé une humble poubelle abandonnée lamentablement contre une porte extérieure... Ne trouvez vous pas que se dégage de ce modeste objet une détresse bouleversifiante sûrement due au regret de ne pas avoir été admise à figurer dans la salle d'expo parmi ses frères et soeurs ?!...

2- soit des jouets destinés à des bébés de 4 ans, mis en évidence dans un site où on ne les attend pas et dont la taille est énormément grossie. C’est cela qui est censé leur conférer, automatiquement, une vertu artistique. Dans cette catégorie on peut classer le canard géant qui flotte sur la Loire (à comparer au chien fleuri de 10 m de haut du musée de Bilbao),

les poupées gonflables, la maison en béton cellulaire qui flotte et sombre parfois….http://www.nantes.maville.com/La-maison-de-Lavau-s-amarre-et-Estuaire-demarre/re/estuaire2007_detail/actu_10569-412160---_actu.html  Pour ceux qui ne comprennent pas et n’apprécient pas cet "art moderne", rien de grave, ce n’est pas une maladie… ça ne vexera que le FRAC et les auteurs ! A vrai dire cela ne m’a pas paru convaincant, sauf le canard géant et les poupées que j’aurais beaucoup plus apprécié d’ailleurs si j’avais su qu’ils étaient le résultat d’un concours organisé dans les écoles maternelles et récompensé par des boîtes de crayons de couleur !... Hélas je crois qu’il ya une certaine fumisterie de l’art moderne (fumisterie que Duchamp revendiquait) et, pour moi, les canards flottant et les poupées gonflables ne sont que de la roupie de sansonnet face aux vrais, aux authentiques chefs-d’œuvre que sont les avions, les ponts… et toutes ces constructions résultats d’une extraordinaire intelligence collective. Ce ne sont pas que des « ouvrages » d’art, ce sont d’abord des « œuvres » d’art à part entière. Les artistes, à part quelques très rares exceptions courent loin, très loin derrière… Une petite mention, toutefois pour Buren et ses anneaux qui font le bonheur des photographes et leurs permettent de faire de jolis effets !

Demain, présentation du top du top du hangar à bananes : le café-concert  "le FERRAILLEUR". A ne louper sous aucun prétexte. Sur présentation de cette chronique vous pourrez bénéficier d'une réduction (de la mousse) sur votre chope de bière !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Récits

L’île de NANTES est en fête ! Au-delà de Nantes, la fête s’étend jusqu’à SAINT-NAZAIRE pour prendre le titre de « fête de l’estuaire 2007 ». Elle va durer tout l’été.

Comme Lisbonne l’a fait avant elle en récupérant les friches industrielles, Nantes installe son cœur festif sur le quai des Antilles et renoue ainsi avec sa vocation fluviale et maritime.

Cette pointe de l’île a été occupée pendant plus d’un siècle par des activités industrielles et commerciales. De nombreux navires ont été créés aux Ateliers et Chantiers de Nantes dont l’histoire remonte à 1914. Les ateliers et chantiers de la Loire fusionnent en 1961 avec les Ateliers et chantiers de Bretagne. La fermeture de Dubigeon et des ACB est relativement récente (respectivement 1987 et 1990). Trois cales de 190 m de long ont été conservées et entretenues jusqu’à aujourd’hui. Mais ce qui frappe le plus quand on arrive sur l’île, ce sont les grues. Ce sont les tours Eiffel de Nantes et, comme leur prestigieuse grande sœur, elles doivent être repeintes régulièrement. La grue Titan -80 tonnes svp ! -  est d’un beau jaune éclatant ! Plusieurs autres grues ornent encore les quais…

La nef abritait la grosse chaudronnerie du chantier.

Mais les transformations les plus spectaculaires concernent le hangar à bananes... A suivre demain ou après-demain…

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog