Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Le « jeune » trader (pour une définition du mot « trader » : http://www.fimarkets.com/pages/metier_trader.htm ) qui a fait boire le bouillon à la Société Générale aurait fait cela pour l’argent et la gloire. En réussissant de gros coups il aurait ainsi pu toucher de grosses primes et gagner en renommée parmi ses collègues et dans le monde de la finance. Reste encore à expliquer comment sa hiérarchie l’a laissé faire et comment il est passé outre les contrôles ?

Ses avocats précisent qu’il aurait « réalisé au profit de la Société générale des bénéfices considérables, qui s'élevaient au 31 décembre 2007 à près d'1,5 milliard d'euros » et que celle-ci lui aurait octroyé une prime de 300 000 € pour le bon travail fait en 2007 ! Il est possible que la Société Générale n’ait pas tout dit de cette affaire.

Les revenus des grands patrons et des employés occupant des positions-clés sont disproportionnés par rapport à ceux du commun des travailleurs. Cet écart est scandaleux. Il est du même ordre que celui que l’on observe pour les joueurs de foot, les acteurs de cinémas, les chanteurs et vedettes de toutes sortes (pour lequel il n'est pas moins indécent).scarab--.jpg

Le talent, me semble-t-il, ne justifie pas de tels écarts.

Cela signifie-t-il qu’il faut tout niveler ? Non ! Tout travail est une contrainte et c’est cette contrainte que l’on paie. Certaines tâches sont plus difficiles que d’autres (pas seulement sur un plan physique) ou nécessitent des qualités rares. Il est normal d’en tenir compte.

Pour faire émerger les meilleurs on joue sur l’appât du gain et/ou de la gloire. D’autres solutions sont-elles possibles ? Les sociétés communistes qui ont essayé de trouver un autre modèle ont très vite fait apparaître en leur sein une classe privilégiée : la nomenklatura (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nomenklatura ). La dernière expérience égalitaire est celle des Khmers rouges. (Pour en savoir plus sur le génocide déclenché par les intellectuels communistes khmers -dont les dirigeants ont été formé en France- lisez le témoignage de François BIZOT : le portail http://www.ambafrance-th.org/article.php3?id_article=647 )

Cela ne condamne pas les sociétés basées sur le marché comme voudrait nous le faire croire le titre du journal l’humanité qui s’étale sur cinq colonnes à la une : « Les dessous d’un système voyou ». Pourtant ce journal devrait être bien placé pour savoir que le marché, comme la démocratie, est le pire des systèmes mais à l’exclusion de tous les autres. Le sport a ses (nombreuses) affaires de dopage, le monde du spectacle, ses problèmes de toxicos et cela ne condamne ni le sport ni la musique. Cela nous rappelle, une fois de plus, qu’on ne peut faire confiance seulement à la loi du profit pour régler les affaires humaines. Plus de démocratie et la participation intelligente des citoyens  à la vie publique est la première réponse.

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Ça y est, les trotskystes se sont décidés à créer un « grand partie de gauche révolutionnaire » ! Ils tentent d’occuper la place laissée vacante par le PCF moribond. Cela était prévisible après la défaite de la gauche socialiste aux élections et la victoire d’une droite de combat. J’évoquais cette possibilité dans ma chronique du 28 avril 2007   (http://www.alain-barre.com/article-6464581.html ).

La gauche avait favorisé l’éclosion et le développement de l’extrème-droite, la droite prépare le terrain pour  l’extension de l’extrème-gauche ce qui aura pour effet d'empêcher le retour au pouvoir du PS pour un bon nombre d’années !

Qu’en penser ? Les trotskystes comme les Lepénistes représentent des solutions inadaptées à nos sociétés. Ils rassemblent des mécontents qui ont besoin d’idées simplistes : chasser les immigrés pour donner du travail aux français, prendre l’argent aux patrons.

Dans le monde complexe qui est le nôtre ces solutions ne font que semer des illusions qui pourraient vite tourner au cauchemar.autruche.jpg

Interviewé à la télévision, Besancenot essayait de démontrer son respect de la démocratie en déclarant que le pouvoir serait entre les mains du peuple qui déciderait à tous les niveaux par des assemblées souveraines. Il nous refait le vieux coup des soviets (conseils d’ouvriers, de paysans et de soldats :http://fr.wikipedia.org/wiki/Soviet ). On sait qu’il fallut peu de temps à Lénine pour confisquer leur pouvoir en les encadrant par des commissaires du peuple aux ordres du parti.

On peut s’étonner que tant de gens aient fait confiance à Le Pen (jusqu’à 20%), bientôt on pourra s’étonner du nombre de naïfs qui se laisseront piéger par  la droiture et la sincérité plus ou moins feintes de Besancenot ! D’abord changer de nom, abandonner la référence au trotskisme, se parer des plumes du socialisme pour attirer les déçus de la gauche et de celle de la révolution pour flatter le romantisme de certains idéalistes… Voilà un nouveau parti lancé qui pourrait bien faire parler de lui dans les années à venir !

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Récits

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas ! Hier, soleil éclatant, aujourd’hui brouillard et gelées…Entre Pornic et Nantes, il y a une cinquantaine de Km et la différence de température est de 8 degrés ! La mer a tenu son rôle modérateur et, fonctionnant comme un immense radiateur, elle a maintenu l’air a une température raisonnable.

Sur la côte le soleil a déjà traversé le brouillard mais, à une vingtaine de Km, il est toujours aussi épais et l’on distingue à peine les clochers entre les arbres dans la lumière jaune et rose du matin.undefined

Un peu plus loin, sur le canal de l’Achenau, des fantômes de barques attendent, attachées à des fantômes d’arbres…_gel--e02.jpg

Le brouillard simplifie les formes et supprime les couleurs ce qui donne l'illusion que les boules de gui se sont multipliées sur les peupliers…_gel--e02b.jpg

Personne pour tailler les vignes ce matin, les fagots de sarments resteront au pied des ceps…_gel--e03.jpg

À Nantes, il fait moins quatre ! Damned ! Il n’y a que les statues du passage Pommeraie pour rester déshabillées !_gel--e04.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #journal des bonnes nouvelles
_pornic01.jpg
Les bonnes nouvelles sont rares en ce début d'année 2008 et les nuages s'amoncellent sur notre pays pour les jours à venir !.... Une belle journée au milieu de la grisaille de l'hiver est alors la bienvenue..._pornic05.jpgLa vielle villa à fière allure avec son collier de youyous..._pornic02.jpgLe jardin où le peintre RENOIR a peint 4 de ses superbes toiles est prêt à vous accueillir..._pornic03.jpgLes sentiers de douaniers invitent à la promenade. Cet après-midi les chemins seront envahis de visiteurs d'un jourundefined
Belle journée sur le vieux port de Pornic et belle journée sur la France !...

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Dans la chronique du 14 janvier J’évoquais les difficultés pour les jeunes de comprendre les solidarités invisibles qu’imposent nos sociétés (http://www.alain-barre.com/article-15572363.html ). L’éditorial de Jean-Michel Djian dans le journal Ouest-France du lundi 21 janvier 2008 rapporte une enquête sur « les jeunesses face à leur avenir » qui abonde dans ce sens. Dans cette enquête menée auprès de 22000 jeunes dans 17 pays différents, les jeunes français se distinguent par un manque de confiance dans leur avenir et un refus de la solidarité. Seulement 11% d’entre eux se disent d’accord pour payer pour les retraites des plus vieux (à titre de comparaison, 63% des jeunes chinois sont prêts à le faire dans leur pays).graphiquegensages.jpg

Malgré les progrès fulgurants de leur société (d’une partie seulement), les jeunes chinois ont encore présent en mémoire l’importance de la solidarité intergénérationnelle. Ce n’est plus le cas en France !

Pour en savoir plus sur cette étude, vous pouvez consulter le site de la fondation pour l’innovation politique qui a commandité l’étude : http://www.fondapol.org/v2/index.php

Vous pouvez aussi télécharger (en pdf) le dossier sur ce sujet rédigé par l’express : http://www.fondapol.org/v2/pdf/Dossier_LExpress-Etude_Jeunes.pdf

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Pour empêcher les délocalisations, j’entends, ou je lis, plusieurs idées :

De style nationalistes :

- Produisons français
- Mangeons français

- Achetons français

De style protectionnistes :
-Taxons les produits achetés à l’étranger

De style protectionnistes et écologiques :
- Instituons une taxe carbone

Ces propositions présentent un intérêt certain mais leurs limites sont vite atteintes. Un exemple permet mieux qu’un long discours de comprendre pourquoi. L’entreprise Cap Gemini est une SSII (Société de Services en Ingénierie Informatique), elle occupe le cinquième rang mondial et est dirigée par un français : Paul Hermelin. En 2000, lors de l’effondrement des valeurs technologiques à la bourse, elle a failli disparaître : 19000 de ses salariés, sur 60000, ont été licenciés ! Aujourd’hui, l’entreprise s’est agrandie et emploie 78000 salariés dont près de 15000 en Inde.

Pourquoi cette « délocalisation » ? Chaque année, l’Inde forme plus d’ingénieurs informatiques que l’Europe et les USA réunis. Les entreprises qui ont besoin de services informatiques s’adressent de plus en plus aux ingénieurs indiens, aussi compétents que les nôtres et payés 3 fois moins chers ! Pour ne pas disparaître, CapGemini s’est donc installé dans ce pays. (Remarquons, toutefois, ce qui n'est pas fréquent dans ce genre d'opération, que son effectif en Europe s’est accru également).

Contre ce type de délocalisation, les mesures nationalistes, protectionnistes ou écologiques ne peuvent rien !-vacheavion.jpg

Que faire alors ? Une chose est certaine, il n’y a pas de mesures simples ou simplistes. Une troisième révolution industrielle est en cours. Elle s’appuie sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC). Elle a débuté dans les années 80 et, en France, nous n’en avons pas encore suffisamment pris la mesure sauf pour la dénoncer (manifestations antimondialisations, déclarations hostiles,...). Lors de la deuxième révolution industrielle, certaines personnes se retranchaient déjà dans la critique. D’après elles, par exemple, l’organisme humain ne résisterait pas à la vitesse folle (40 Km/h) que les trains imposaient aux voyageurs. Alors, faut-il se contenter de s’asseoir, en ruminant, sur le bord de la voie et regarder passer les trains en poussant de grands meuglements tristes ?.... Ou vaut-il  mieux essayer de comprendre et de s’adapter ?...
Pour ceux qui veulent en savoir plus, vous pouvez consulter sur ce blog, les chroniques du 17 juillet 2007 : http://www.alain-barre.com/archive-07-17-2007.html, du 18 juillet : http://www.alain-barre.com/archive-07-18-2007.html et du 19 juillet : http://www.alain-barre.com/archive-07-19-2007.html

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Comme on le sait, les banques ne prêtent qu’aux riches ! Or la crise des subprimes aurait pour cause le contraire : les banques américaines ont trop prêté aux pauvres pour qu’ils achètent des maisons, voitures,…. Comment expliquer ce paradoxe ?

En réalité les banques ont recherché des revenus sur les marges de leur activité principales (prêt aux clients solvables) et ont pris des risques, en surfant sur la vague de l’immobilier dont les prix grimpaient aux USA comme en France, laissant augurer des profits juteux. Le capitalisme financier s’est donc ainsi intéressé au sort des plus pauvres ! Ces emprunts contractés par les plus pauvres, ont été transformé en titre, revendus dans le monde entier (les valeurs que les banques françaises nous vendent pour faire des placements, en contiennent donc). Les valeurs mobilières continuant d’augmenter, les pauvres ne peuvent plus rembourser. Les banques qui leur ont prêté se retrouvent alors à découvert, les institutions qui ont acheté les titres aussi !

Voilà l’élément déclencheur d’une crise qui secoue les bourses de la planète et qui va ralentir l’économie dans tous les pays du monde, en particulier en France, aggravant les problèmes de chacun.

La crise des subprimes n’est pas la cause de fond, elle représente plutôt un élément déclencheur. La récession vers laquelle se dirige l’économie américaine est la cause fondamentale. Sale temps pour la planète !

Quelles en seront les conséquences ?

1- La France qui n’avait pas su bénéficier de l’essor économique du monde de ces 5 dernières années va, par contre, subir la récession car rien ne la protège.

2- Les pays émergents et les pays détenteurs des revenus du pétrole (les fonds souverains) vont renflouer les caisses des banques américaines et occidentales en faillite ou quasi-faillites. Ils vont prendre ainsi pied dans le saint des saints de l’économie des pays industrialisés. Quel extraordinaire retournement de situation par rapport au colonialisme ancien !

3- Cette crise confirme que le capitalisme financier sauvage mène à des catastrophes et qu’il faut le réguler. C’est ce qui s’est passé après la crise de 29. Cela ne condamne pas le libéralisme qui est s’est développé sur 3 piliers : la laïcité,  la démocratie et le marché. Cela rappelle que l’on ne peut s’appuyer sur un seul – le marché - au détriment des deux autres. Déjà, en son temps, l’un des fondateurs du libéralisme (Adam SMITH) précisait « qu’il faut  surveiller les marchands. »

4- Enfin cela permet de mieux comprendre les différences entre une banque qui prête aux pauvres pour les aider à s’en sortir en exprimant leur créativité (ce qui crée de la richesse et profite aussi à la banque) - c’est ce qu’à fait la banque Gramen de Muhammad Yunus qui a reçu le prix Nobel pour cela en 2006 – et une banque qui ne vise que le profit maximum et qui va gratter de l’argent jusque dans les poches des plus démunis, sans se soucier des risques qu’elle leur fait encourir (elle protège ses propres risques en les diluant, pour cela elle transforme ses prêts en titre qu’elle revend : les « subprimes »).

Si vous voulez en savoir plus sur la banque Gramen de Muhammad Yunus, consultez ma chronique du 16 octobre 2006 :

http://www.alain-barre.com/article-4184501.html

Pour plus de détails sur la crise des subprimes, lisez l’article de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_des_subprimes

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

L’écologie a le vent en poupe. Grenelle de l’environnement, conférence mondiale de Bali sur le réchauffement climatique,… diverses mesures ont été proposées pour « sauver la planète ».

Les Etats-Unis y sont encore opposés et encore plus les pays émergents comme la Chine et l’Inde. Pour ces deux derniers les mesures écologiques sont tout simplement des armes économiques que les pays occidentaux utilisent pour protéger leurs industries des délocalisations.

Par ailleurs ils argumentent que les Occidentaux sont les premiers pollueurs. Ils n’ont pas tort : nous polluons depuis longtemps et en quantité encore plus importante que les pays du tiers-monde (cela ne sera peut-être plus vrai dans quelques années).-eolienne.jpg

L’une des idées les plus populaires chez les écologistes est la « taxe carbone » (taxation des combustibles fossiles, émetteurs de CO2 : hydrocarbures, charbon, gaz naturel).

Grâce à cette taxe, par exemple, des produits importés et qui ont fait un long trajet en bateau ou en camion, seraient vendus plus chers ! Bien que l’idée soit séduisante, pour l’instant, elle ne séduit pas beaucoup ! Seuls quelques pays européens l’appliquent timidement :Suède, Danemark,… http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_carbone . En France, on voudrait bien de cette taxe mais… il ne faudrait pas qu’elle fasse baisser le pouvoir d’achat ! Et souvent ceux qui réclament la taxe carbone sont les mêmes qui dénoncent l’augmentation des prix. Voilà une équation bien difficile à résoudre !...

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Tartuffe, le personnage inventé par Molière pour se moquer des bigots qui envahissaient la cour, à l’époque de Louis XIV, déclarait, d’un ton faussement outré, à une dame un peu décolletée : « Cachez ce sein que je ne saurais voir !... » Il signifiait ainsi qu’il n’existait qu’une seule façon pour empêcher les hommes de succomber à la « tentation » : supprimer la tentation.
Tartuffe n'est pas propre à une époque et à une culture, partout on cache le sein, on voile le visage, on couvre les épaules, les bras et les chevilles et, si cela ne suffit pas, on boucle les femmes, les isolant de tous regards masculins, sauf de celui des eunuques évidemment !...
Sous la pression des islamistes, les tartuffes musulmans se multiplient et l’on voit de plus en plus de femmes voilées dans les pays musulmans, y compris les plus modérés comme la Turquie.

Le voile n’a bien sûr rien à voir avec la religion. C’est un signe de domination de l’homme sur la femme. Le mâle protège ainsi sa propriété, femme, fille ou sœur, de la convoitise des autres.

Le voile a aussi une autre fonction, comme tous les autres interdits religieux ou culturels, qu’ils soient vestimentaires ou alimentaires : marquer une appartenance. Porter le voile (ou ne pas manger de viande le vendredi, ou ne pas travailler le jour du sabbat, etc…) montre ostensiblement que vous appartenez à telle ou telle communauté et, d’une façon plus éclatante encore, il montre que vous vous êtes détaché de cette communauté si vous ne respectez pas l’interdit. C’est donc un instrument de coercition pour empêcher de quitter la communauté !_brouillard.jpg

Sous la pression guerrière des islamistes le voile est ainsi devenu un signe de ralliement, un drapeau que l’on agite pour rassembler les troupes, une arme de combat. C’est ainsi que l’entendait ce jeune tunisien, formé dans une école coranique en Arabie, qui me déclarait : « Vous, les Français, vous êtes les ennemis des musulmans car vous interdisez le voile ! »

Les catholiques ont levé l’interdit de la viande le vendredi, l’islam aura fait un grand pas quand le voile ne sera plus qu’un accessoire vestimentaire !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Dans les sociétés primitives que l’on a pu étudier au siècle dernier (avant leur disparition ou leur transformation), on constate que l’allaitement provoque une inhibition de l’ovulation qui laisse aux femmes un répit de 3 ou 4 ans avant d’être de nouveau enceinte.  C’est, ou c’était le cas, par exemple, chez les Kung d’Afrique du Sud, les Aborigènes d’Australie, le Gainj de Nouvelle-Guinée, les Yanomanis d’Amazonie et les inuits Netsilik. Cette caractéristique est presque disparue dans nos sociétés modernes car, rares sont les femmes qui allaitent leur bébé toute la journée pendant 3 ans (à l’exclusion de toute autre nourriture), tout en ayant des activités physiques épuisantes et un régime alimentaire très frugal !_allaiter.jpg

Les anthropologues présument que chez nos lointains ancêtres, passée cette période de 4 années, la femme était de nouveau disponible pour un nouvel enfantement avec le même partenaire ou avec un nouveau prétendant.

Par ailleurs, d’autres études montrent que les bouleversements hormonaux qui accompagnent un amour débutant, durent environ 3 ans.

C’est comme si l’évolution n’avait qu’un seul but, privilégier l’enfant. Pour cela il faut provoquer une relation affective intense entre deux êtres (lune de miel = cocktail d’hormones dans notre cerveau) et s’assurer qu’elle durera au minimum le temps nécessaire pour que le petit commence à se débrouiller tout seul !

Qu’advient-il alors du couple ainsi formé ? Il a accompli sa tâche. Il peut perdurer encore mais d’autres formes de liens devront prendre le relais, ceux de l’attachement qui ressortent d’hormones et de relations bien différentes.

En somme, notre espèce n’a pas laissé au hasard le fait essentiel de la reproduction (sans cela nous ne serions pas là pour en parler), mais elle assure « un service minimum » ! Il faut maintenir les liens d’un couple parental au moins pendant 3 ou 4 ans, c’est fait…pour le reste débrouillez-vous !

Les diverses cultures ont alors inventé des solutions, les pires (souvent pour les femmes) et les meilleures…rien qui n’ait une valeur absolue en tout cas ! Les sociétés qui évoluent doivent remettre à jour les règles qui régissent les rapports Femmes/Hommes. Celles qui ne le font pas sont condamnées à disparaître. Nous sommes dans cette situation aujourd’hui…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog