Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

On peut aimer se promener dans les cours et les temples de la Cité impériale et se laisser impressionner par leur solennelle grandeur, j’ai préféré m’attarder sur les détails  Superposition et enchevêtrement des toitures... arêtes surmontées de sculptures traditionnelles... enfilades des portes... piliers... herbes folles qui viennent déranger l’ordonnancement des tuiles vernissées

Tous ces détails redonnent vie à l'impériale et froide cité et rappellent un peu la main des artisans habiles et anonymes qui l'ont construite !...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

On peut comparer la cité interdite à notre Versailles, symbole de la puissance et de l’unité de l’empire. Sa construction débuta en 1404 et elle fut habitée par le dernier empereur, Pu Yi (immortalisé par le film de Bernardo Bertolucci, Le Dernier Empereur ) jusqu’en 1911.

L’immense palais ne comporte pas de bâtiments élevés. Il est constitué d’une succession de cours et de temples qui rassemblent, au sud, les fonctions protocolaires avec de grands espaces froids et imposants, destinés à impressionner le visiteur... et, au Nord, les quartiers d’habitation plus intimes.

Personnellement je suis assez peu ému par ces immenses architectures qui célèbrent pompeusement la puissance des princes. Les détails qui révèlent la vie réelle des gens m’intéressent plus. Justement, dans une salle, des maquettes reconstituent des scènes d’après des peintures célèbres… C’est naïf et vivant. J’apprécie surtout une scène qui met en vedette un chien, tourné, vers le spectateur et semblant l’interpeller, pendant que de nobles personnages, occupés à d’importantes affaires, nous tournent le dos ! Je me sens proche de l’artiste qui a su détourné l’ennui d’une peinture officielle pour y introduire un peu vie !....

Pendant que nous nous promenons dans cette immense cité qui me laisse un peu interdit, un vrombissement déchire le silence du palais : des avions traversent le ciel dans un alignement impeccable ! C’est l’équivalent chinois de la patrouille de France qui s’entraîne pour le premier octobre. Les vendeurs d’un magasin de souvenirs,qui semblaient somnoler dans leur boutique, sortent en trombe. Ils sont extraordinairment excités. Tout le monde se tord le cou pour voir, certains montent sur des murs, d’autres sur des poteaux en marbre... Heureusement, les avions passent plusieurs fois !... J’arrive à prendre une photo qui les montre impeccablement alignés. Je la fais voir à un vendeur, bientôt tout le magasin est là. C’est l’effervescence la plus complète et je dois rallumer mon petit écran à chaque nouvel arrivant !...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

La Chine ancienne était réputée pour ses jardins, la Chine moderne en a gardé la tradition. Ils sont très fréquentés et magnifiquement entretenus surtout en cette période de préparation des festivités du 60e anniversaire. Partout dans les rues autour de la cité interdite, on fleurit !... Des camionnettes apportent des centaines de fleurs en pot, des composées surtout, des petits chrysanthèmes jaunes et rouges, mauves,…

Le jardin de Sun Yat Sen qui borde la cité interdite est particulièrement agréable et reposant.

Comme dans tous les jardins chinois on y trouve ce mélange de terre et d’eau, de rochers judicieusement choisis et disposés. La forme des rochers, sculptée par la nature doit être belle, mais ils doivent également comporter des ouvertures vers le ciel, des trous creusés naturellement par les torrents. C’est à Suzhou que nous admirerons les plus beaux. Ils ornent tous les jardins chinois !... Ils me font penser - en mieux la plupart du temps - aux sculptures abstraites que l’on trouve dans nos parcs. Les rochers à la chinoise, sont, en quelque sorte, « une abstraction concrète », réaliste et pleine de symbolisme à la fois…

Les petits pavillons dispersés dans le parc ont, eux aussi, leur signification et leur histoire. Je me contente de les admirer sans chercher à en savoir plus…

Certains pavillons sont transformés en restaurant de luxe. Les prix restent très abordables : pour l’équivalent de 10€ on a des mets de choix !....

J’adore ces jardins à la chinoise. On peut flâner,  y faire du sport, chanter, danser, se faire prendre en photo devant l’un des superbes décors préparés pour le 60e anniversaire...

Ou deviser tranquillement avec un ami….

Après la foule, l’agitation forcenée de la rue, un havre de paix, de beauté, de méditation concrète en plein cœur de la ville…

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

Les hutongs sont des ruelles du vieux Pékin. Ils disparaissent à vitesse grand V depuis la modernisation de la ville à l’occasion des JO. Les Occidentaux - qui n'accepteraient pas d'habiter dedans - déplorent leur disparition. Certains chinois doivent également les regretter, en particulier ceux qui sont relogés loin du centre ville ou dont les moyens ne leur permettent pas de trouver un nouveau logement, mais l’inconfort, l’insalubrité, la difficulté pour les restaurer sont aussi de bons arguments pour les raser. Ce qui est critiquable c’est plutôt la méthode : « Nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous et c’est nous (le parti unique) qui décidons pour vous !» Par comparaison, en Inde qui est une démocratie, les gens protestent, manifestent et obtiennent parfois gain de cause. La méthode chinoise est plus rapide, plus efficace en apparence, mais peut-on « vouloir le bien des gens à leur place ? »

Cela peut expliquer que mon collègue photographe Jia Yong rencontré au restaurant précédemment, ait eu des difficultés à photographier la disparition du hutong de son quartier. Il faisait œuvre utile de mémoire mais les autorités ont d’abord pris cela comme un acte de rébellion.

Pour ma part, j’estime qu’il est bon de garder quelques hutongs, en les restaurant (ce qui coûtera plus cher que de construire du neuf) mais qu’il est nécessaire de construire des logements plus salubres. C’est la manière de faire qui compte le plus dans ce genre de problème et le PC chinois avec ses gros sabots n’est sûrement pas aussi infaillible qu’il le croit !

Le hutong situé près de l’hôtel est sans doute assez représentatif. Une rue étroite, encombré de vélos, de remorques, de quelques voitures, un peu crade, avec des fils électriques qui pendouillent,…pas très engageante !

On y trouve les éternels marchand de beignets variés, de grosses ravioles,…mais aussi des sex-shops (3 dans la même petite rue)

La réputation d'entraide de ces petites rues où tout le monde se connaît, semble bien être une réalité si j’en crois le nombre de personnes rassemblées pour installer un simple panneau un petit évènement dans la rue !...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

Les Chinois ne sont pas aussi spontanément souriant et ne se laissent pas photographier avec autant de grâces que les indiens du Gujarat, mais il suffit d’un rien, d’entrer en contact avec eux pour qu’ils s’ouvrent. Pour faciliter les choses, j’avais appris quelques mots et j’avais apporté des photos de France : tour Eiffel, Paris et, surtout, ce qui les intéresse encore plus, des photos de l’endroit où j’habite.

Voici quelques portraits pris au hasard des rencontres, pendant ces quelques instants où une complicité s'installe, une émotion commune survient. Le plaisir de se trouver si différent et pourtant si semblable….

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

Les relations de la CHINE avec le Tibet n’ont pas toujours été tendues, en témoigne ce « Temple des Lamas » dont la construction remonte à 1694 et qui devint une lamasserie très fréquentée en 1744. Il a été rouvert aux pratiques religieuses il y a une trentaine d’années.

On y retrouve les habituelles statues des temples bouddhistes recouvertes de couleurs vives ou dorées, Bouddhas ventrus et démons effrayants.

Les curieux sont nombreux mais les fidèles aussi et l’on fait brûler des poignées de bâtonnets d’encens que l’on achète contre quelques pièces de monnaie.

Et l’on fait tourner les moulins à prière comme dans tous les temples bouddhistes !

La ferveur est réelle malgré l’agitation produite par les visiteurs

La ville a gagné autour du temple et l’on voit, au travers des toitures sacrées s’élever les tours des immeubles d’habitation….  

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #La playmouette du dimanche


"  L'homme a beau parcourir les mers, seul le ciel change, pas son âme. "
(Horace)

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

Nous prenons le bus pour aller au temple des lamas. Dans le bus je me fais aborder par un drôle de religieux . Toque de cuistot et habit blanc, l’air débonnaire….Il me donne sa pub, en échange je lui donne une photo d'une danseuse de l'opéra et nous papotons de la pluie et du beau temps avec force sourires !... Il fait la promotion d’une religion qui me paraît un peu bizarre mais qui est tolérée par le régime, sinon il ne serait pas en liberté dans le bus.

Les religions sont aujourd’hui tolérées par le gouvernement communiste à condition qu’elles acceptent un contrôle direct par l’état. C’est le cas pour toutes les religions bouddhistes dont le renouveau est visible partout, du confucianisme qui est même encouragée par les autorités qui lui ont emprunté un slogan sur « l’harmonie ». Il n’en va pas de même pour les catholiques dont les évêques sont nommés directement par le pape. Les communistes estiment qu’il s’agit d’une ingérence étrangère de la part de ce redoutable état qu’est le Vatican. Il n’en va pas de même surtout pour la religion FALUN GONG qui revendique 80 millions de fidèles (peut-être 20 millions réellement ?), plus que le parti communiste. D’abord conciliant, le parti a interdit le mouvement fin des années 90 et emprisonné de nombreux adeptes (plus de 80 000 ces dernières années d’après le guide bleu). Les associations humanitaires dénoncent l’incarcération dans les camps, des asiles psychiatriques et la torture largement utilisée contre eux. Plusieurs centaines ont trouvé la mort en détention. Le revirement du parti contre cette religion qui s’apparente au bouddhisme et au qigong (vieilles pratiques corporelles à l’origine des arts martiaux), semble dûe à la crainte de voir se créer une opposition qui pourrait devenir politique dans un régime de parti unique. Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Falun_Gong

Au passage, nous admirons le superbe stade olympique créé à l’occasion des jeux de l’an dernier…

L'un des gardiens, profondément endormi (nous en verrons d'autres sur de nombreux autres sites touristiques. Peut-être font-ils un deuxième job en plus de celui-ci ?) veille sur l'immense coquille vide.

L’un des périphériques possède deux fois 3 voies et j'en ai vu à deux fois 4 !....L'on immatricule 1000 voitures chaque jour ! Pékin, pour le meilleur et pour le pire, devient une grande ville moderne !...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
Le palais d'été est immense, à la dimension de cette ville de 14 millions d'habitants qu'est Pékin. Il offre la possibilté au pékinois, de s'aérer en été et de patiner, parfois, sur le lac gelé en hiver.
On ne parcourt pas ces 300 hectares en une demi-journée. Il faut prendre le temps de franchir le pont aux 17 arches pour avoir des points de vue sur la colline et le pavillon des "Fragances bouddhiques"...prendre le temps d'admirer le lac sous différents angles...On peut aussi prendre le temps d'une ballade romantique sur une barque d'un grand style classique ou, mieux encore, se marier dessus !....(les jeunes mariés chinois adorent se faire photographier dans des sites de prestige).On peut aussi, plus modestement, se faire photographier par ses amis, mais sans oublier le petit plus, le geste de la main, les doigts en V ou la pose qui fixeront définitivement le souvenir de notre présence en ces lieux ! Les chinois sont des fanas de la photo souvenir et je me suis fait souvent photographier avec eux comme élément typique du paysage à un moment de leur visite !C'est à regret que je quitte ce parc dont je livre, ici en vrac, quelques vues supplémentaires...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

Quand on arrive au palais d’été par la porte Est, le regard est tout de suite attiré par un pavillon situé au bord du lac de la Tranquillité (Kunming). Un attroupement s’est créé, des chanteurs amateurs et des instrumentistes donnent des concerts improvisés. Instruments traditionnels... accordéon…

solistes ou choristes... Nous retrouverons souvent ce genre de scène dans les parcs de la ville. Ce sont des amateurs qui chantent pour leur plaisir et pour le nôtre : pas de casquette ni de cagnotte pour faire la manche à la fin du spectacle ! Je trouve cela particulièrement charmant et agréable. On a du talent, on le partage sans mercantilisme ni forfanterie.

Un peu plus loin, dans un autre pavillon situé près du "pont aux 17 arches"... des danseuses se donnent en spectacle. Elles pratiquent une danse rythmique qui pourrait très bien être adoptée en occident. Seuls certains pas et certaines attitudes marquent l'appartenance à la culture chinoise. Le rythme est gai et entraînant et, si le coeur nous en dit, on peut se joindre à elles...

Des enfants, ébahis, se sont accroupis pour ne pas perdre une miette du spectacle !...

Comme on peut le remarquer sur les photos, pour les enfants comme pour les adultes, le temps du costume "bleu de chauffe" quasi obligatoire sous Mao est bien révolu

C'est encore plus visible chez les petits dont les tenues sont d'une ravissante fantaisie


Pour info : Il neigeait sur Pékin avant-hier ! Nous y étions il y a moins d'un mois et la chaleur était élevée. Cela est caractéristique du climat de Pékin : chaud en été, froid en hiver avec une saison d'automne entre les deux, très courte !

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog