Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
L'exemple de Hanshan a été suivi par de nombreux autres poètes qui ont fait de Suzhou un haut lieu de la littérature chinoise. On trouve des poèmes affichés partout dans le temple et un monument a été dressé, à l'extérieur du temple, en l'honneur de ces poètes.Clipboard01P1110443Une galerie de portraits, tous plus cocasses les uns que les autres, illustre également leur présence...P1110547P1110548P1110550P1110551P1110553P1110554P1110557P1110558P1110559P1110561Le temple de Hanshan ne célèbre pas que les gloires passées, il est toujours occupé par des moines bouddhistes. Ils se faufilent dans la foule étonnée pour se rendre dans la salle de prière.P1110583 Peut-être sont-ils un peu trop sages pour qu'un nouvel Hanshan se trouve parmi eux ?...P1110614

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
Je suis venu en Chine non seulement pour visiter le pays mais aussi pour voir l'endroit où a vécu Hanshan, cet extraordinaire poète tchan (zen) du 7ème siècle qui doit son nom à la "Montagne froide" (= Han Shan) située près de Suzhou. Le temple qui porte son nom est bien là ! P1110514P1110479P1110600Il est considéré comme étant d'un intérêt négligeable par les divers livres guides que j'ai consultés qui n'ont rien compris manifestement ! Ce n'est pas le cas des touristes chinois et japonais qui viennent en masse honorer Hanshan et son ami Shide.P1110445P1110453P1110462.JPG Au Japon il est toujours vénéré sous le nom de Kanzan et considéré comme un grand maître du bouddhisme ZEN que notre culture, pour sa part, découvre surtout sous forme de bains moussants et autres colifichets !... En Occident, il doit d'être connu à Gary SNYDER, Jack KEROUAC ("Les clochards célestes") et à une chanson des Beattles....Je précise que les lettrés chinois ont longtemps boudé Hanshan dont le style leur paraissait trop trivial, populaire (quel bel hommage posthume !)P1110431P1110434P1110456P1110542P1110543La cloche à l'entrée à également toute une histoire. Elle est "l'héroïne" d'un poème que beaucoup de chinois et japonais connaissent par coeur. Elle fut volée par des japonais et une copie a été remise au temple par des japonais.P1110421

Lune basse, croassements des corbeaux, ciel givré !
Fleuve, érables, feux de pêcheurs, sommeil empli de chagrin
Hors les murs de Suzhou au temple de Hanshan
La cloche de minuit sonne alors qu’arrive un bateau !...

Dans le temple de Hanshan, comme partout à Suzhou, on trouve de merveilleux rochers sculptés par la nature. Un papa se fait photographier devant celui-ci, pendant que sa malicieuse petite fille lui fait des oreilles de lapin sur la tête !P1110632On trouve aussi, malgré la foule, des endroits calmes dans le temple de HanshanP1110502Indifférents au tohu-bohu, les "techniciens de surface" continuent leur tâcheP1110472
et les marchands du temple continuent de vendre de menus objets, y compris de superbes ombrelles de couleur...P1110409

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
La ville ancienne de SUZHOU avec ses canaux et ses petites rues est  agréable à vivre. On y rencontre des petites gens qui vivent simplement et savent se contenter de peu.P1110104P1110110P1110206P1110207P1110209P1110212P1110220P1110249P1110271P1110278P1110284P1110310 La ville ancienne continue à son rythme, loin de l'agitation de la ville nouvelle que je vais traverser en taxi pour rejoindre le temple de HANSHAN.
Brutale transition !...P1110635

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
Petit tour dans les rues de SUZHOU à 7H du matin... Des gens sont agglutinés près d'un pont. C'est un marché de rue ! Ces petits marchés sont libres depuis Deng Xiao Ping et chacun peut vendre ses produits.P1110172L'installation est des plus sommaires. On vend par terreP1110161P1110158P1110193ou au "cul du camion"...P1110130P1110194...On y trouve des poissons, vidés et écaillés sur placeP1110162des civellesP1110164Des petits crabes (comme ceux dont parle Qiu Xalong dans son polar " La danseuse de Mao")P1110187mais aussi des poulesP1110171....Quelques vêtements et jouetsP1110179Beaucoup de ménagèresP1110124... Des hommes plutôt âgés, des retraités, et parfois un enfantP1110144J'ai remarqué un vélo du troisième type et j'aurais bien voulu connaître son ingénieux propriétaire...P1110132L'employé municipal chargé du nettoyage aurait aimé me renseigner...P1110142Mais malgré sa bonne volonté et la mienne, nous navons pu échanger que des sourires...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
Nous avons connu dans les années 1970-80 la mode des objets bruts : bouts de bois flottés sculptés par le sable et les vagues, ceps de vigne grattés, et autres menus objets patinés par la nature, mais les rochers bruts ont rarement pris place dans nos salons et nos musées. Le rocher est un objet d'art en soi pour la culture chinoise classique. Savoir le choisir suppose un goût certain et un arrière plan culturel que nous ignorons habituellement. P1110335bP1110336c copieP1110342Souvent nous préfèrons demander à des artises de faire des sculptures soi-disant abstraites qui imitent gauchement la nature. Pour ma part, je prèfère de beaucoup un vrai rocher qui est une "abstraction" naturelle aux coûteuses et inutiles abstractions artificielles qui parsèment nos parcs et sites artistiques. Vive "l'abstraction réaliste" ou le "réalisme abstrait", comme on veut ! Nos artistes ne pourrront les dépasser qu'en inventant, pas en copiant bêtement !P1110343P1110351P1110353P1110379L'art du rocher est né dans les jardins de SUZHOU. Le rocher lui-même, représente le YANG, la virilité (comme nos menhirs néolithiques). Il doit se dresser à côté du YIN, principe de féminité, l'eau et présenter des cavités naturelles qui laissent voir le ciel mais qui ne retiennent pas l'eau. P1110374Ils doivent être sveltes, élancés mais aussi suggérer et laisser l'esprit vagabonder.P1110390 Leurs contours doivent être adoucit par des moyens naturels comme, par exemple, les longues caresses de l'eau et du sable dans le lit d'une rivière....P1110508bLes rochers des jardins de Suzhou, un art à la fois subtil et massif, Une leçon concrète de la façon de combiner le YIN et de YANG !..P1110386..

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
Suzhou, ville proche des montagnes où vécut le poète et moine tchan (zen) Hanshan, est situé à moins de 100 Km de Shanghai.chine-suzhou.jpg Aujourd'hui c'est une ville de 6 millions d'habitants qui a gardé le souvenir de Hanshan, sous forme d'un temple et de sa gloire passée grâce à de nombreux jardins aux noms poétiques et précieux : Jardin du maître des filets, le pavillon des vagues azurées, le jardin de la villa de la montagne étreinte de beauté, le jardin du couple de retraité, le jardin Liu,....
Les jardins chinois sont autant remplis de fleurs que de symboles et il faudrait consacrer de nombreuses chroniques pour en parler. Je renvoie les lecteurs intéressés à l'article de Wikipédia qui en fait une bonne présentation : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jardin_chinois.
Je me contenterai de présenter quelques photos qui évoqueront, pour vous je l'espère, l'ambiance du plus célèbre des jardins de Suzhou : le jardin de la politique des humbles, encore appelé jardin de la politique des simples.

P1100969b

P1100944b.jpg

P1100990bP1110045P1110050

Ce jardin doit son nom énigmatique à un administrateur impérial qui a fui les honneurs officiels pour mettre en application cette maxime "« Cultiver son jardin et vendre sa récolte de légumes est la politique de l’homme humble. » Cette phrase a-t-elle inspirée également Voltaire qui fait dire à son Candide en guise de conclusion de ses périlleuses aventures "Cela est bien dit, mais il faut cultiver son jardin !"

P1110034bP1110053bP1110063P1110065P1110075P1100920

 


Pour en savoir plus sur les jardins de Suzhou, un excellent article sur internet : http://www.cctv.com/program/carnetderoute/20081216/106489.shtml

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #alain barré

La généalogie du père Noël est assez complexe. Son ancêtre le plus direct est un turc, Nicolas, évêque de son état, qui vivait à Myre, près d’Antalya, au IVème siècle. Ce brave homme aurait ressuscité trois enfants tués par un boucher. Il n’en fallait pas plus pour qu’il devienne le saint protecteur des enfants.

 

Dans ses ancêtres on compte également un lutin nordique « Julenisse », qui apportait des cadeaux aux enfants pendant la fête du milieu de l’hiver. petit mais salutaire moyen - comme la bûche dans la cheminée - pour lutter contre la déprime des longues nuits et des jours sombres de l’hiver !

Un autre illustre ancêtre du père Noël est Gargantua (immortalisé par Rabelais), lui-même fils de Gargamelle et de Grand gousier, une sorte de gros et bon garçon bâfreur et gaffeur, comme Obélix, dont la lignée remonte au dieu celte Gargan.

A la fin du XIX e siècle, les américains habillèrent le bonhomme pour l’hiver avec son célèbre manteau rouge et sa capuche ourlée de blanc et ils nous le revendirent en bons commerçants qu’ils étaient ! Les chrétiens opposèrent une maigre résistance, et comme ils distribuaient déjà quelques cadeaux à leurs enfants à cette date en l’honneur de la naissance de jésus, ils se laissèrent gagner par la mode venue des USA via la Turquie, l’Europe du nord et les dieux celtes, puis la mode s’étendit au monde entier !

En Chine, on fête aussi le père Noël (dans les villes), mais le personnage qui pourrait se rapprocher le plus de lui dans les zones d’influence du bouddhisme, du taoïsme et du shintoïsme, est le bouddha rieur (BUDAI) ? Ventru, rigolard, portant une besace (budai) toujours garnie - comme la hotte du père noël - il apporte bonheur et prospérité. On le trouve partout, y compris, et peut-être surtout, chez les commerçants chinois aussi bien à Pékin qu’à Paris! La légende fait remonter l’existence du Budai à un moine chan (zen) dont tous les biens tenaient dans une besace et qui était loufoque comme savaient l’être les moines zen de cette époque.
Il serait mort en prononçant que le « Maitreya (équivalent bouddhiste du messie) est présent sous des milliards de formes, il se montre constamment, mais personne ne le reconnaît !... »

Bon gars ce Budai, il fait bien la paire avec notre Père noël- Santa-Klauss-Julenisse-Gargantua-Obelix, local ! Bon noël à tous !


A l'occasion de la fête de Noël, évènement typiquement occidental, le PC chinois envoie en prison LIU XIABO, un opposant qui a signé sur le web, en 2008, une pétition réclamant la démocratie et la liberté religieuse. Le message est clair. Une façon de dire aux opposants de l'intérieur : "Voyez ce qui vous attend !" et aux occidentaux : "Vos droits de l'homme, on s'asseoit dessus, contentez-vous de faire du commerce avec nous et fermez les yeux sur le reste !"

Le peuple chinois s'intéresse peu au sort des dissidents me semble-t-il, par contre les révoltes ponctuelles, contre l'injustice en particulier, sont nombreuses. Dans les deux cas ce sont les mêmes juges aux ordres du parti qui sont en cause. Les changements viendront peut-être de là ?...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
C'est le jour de la fête nationale à Xi'an. Quelques rues sont décoréesMais, seule la capitale Pékin, est vraiment à la fête. Dans les autres villes il ne se passe rien si ce n'est une retransmission des discours du président, ce qui n'attire pas les foules !
Dans le centre de Xi'an, les pom pom girls continuent de faire leur pub accrocheuse

...Les artistes de la rue de la Calligraphie continuent de calligraphier

Les copieurs de tableaux continuent de copier...

Classique ou moderne, c'est comme vous voulez !...

certains commerçants, recrus de fatigue, continuent de roupiller....

...Et les mamans continuent de pouponner, avec de touchantes attentions, leur enfant unique...

Mais l'heure tourne et il va falloir bientôt se rendre à la gare et prendre le train pour Suzhou (18h de trajet !). Ce que je n'avais pas prévu, c'est que, aujourd'hui jour de la fête nationale (1er octobre), tous les taxis sont pleins. J'attends en vain, avec tout mon barda, en compagnie de Bernadette et Fadia. Tout à coup, trois scooters en maraude s'arrêtent et nous proposent de nous emmener. Le parcours est épique dans les rues bondées. Nous ne pouvons accéder à la gare, qu'importe, un coup de fil et un pote du taxi improvisé arrive avec un diable pour emporter les bagages ! L'ingéniosité chinoise m'épatera toujours !....

A signaler un bon dossier sur la Chine,dans le numéro double de l'hebdomadaire Le Point. Parution, jeudi 24, 4,50€

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
La poste de Xi'an est à l'image de la Chine d'aujourd'hui. On y trouve un vieil annuaire, tellement manipulé par les gens qui n'ont pas les moyens de s'acheter un téléphone portable, qu'il en devient  presque une oeuvre d'art... ...et, à l'entrée de la même poste, deux rangées de jeunes gens face à face, qui font de la pub pour des marques différentes de portables !Dans les rues, le contraste est aussi violent : Dans les boutiques de luxe, des mannequins vivants incitent à acheter des vêtements...et quelques rues plus loin des ouvriers travaillent dans des conditions difficiles pour un salaire de misère !La prospérité ne touche pas tout le monde, loin de là ! La richesse du pays augmente mais les inégalités aussi!
Heureusement le petit peuple a de la ressource et les petits commerçants savent faire preuve d'inventivité face à l'adversité. Les rues du quartier musulman, près de la vieille mosquée en sont un bel exemple. Le soir, elles grouillent de vie...On peut y manger, y acheter des souvenirs de toutes sortes et s'y promener en toute sécurité dans la foule...

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
Les progressistes en Occident pensent que les chinois aspirent à la démocratie. Je n'ai pas ressenti cela. Le peu de fois où j'ai pu en parler, je n'ai reçu que des réponses évasives. par contre plusieurs personnes m'ont dit qu'elles étaient heureuses que la Chine s'ouvre sur le monde !Un écrivain comme Yu Hua, l'auteur de Brothers, pense que la vraie préoccupation des chinois, ce n'est pas la démocratie ni le sort des dissidents mais la JUSTICE ! Des millions de procès ont lieu tous les ans et ils sont largement truqués. La loi est toujours du côté des puissants, c'est à dire, en Chine des membres du parti et de ceux qui lui sont inféodés !Le parti au pouvoir revendique 70 millions de membres. Depuis quelques années il fait rentrer le patronnat dans ses rangs. C'est un parti communiste composés d'apparatchiks et de patrons, un comble !!! Avec ceux qui gravitent autour de lui ou qui sont sous sa dépendance, cela représente 300 millions de personnes, c'est à dire la quasi totalité des nouveaux riches et de la classe moyenne. Seuls une petite partie d'entrepreneurs indépendants et de professions libérales -  une dizaine de millions de personnes tout au plus- peuvent se targuer de leur indépendance réelle par rapport au parti. Ce sont ces gens-là, habituellement, qui sont porteurs du changement. On peut donc penser qu'il n'y aura pas de nouvelle révolution anticommuniste avant longtemps ! L'actuelle dictature communiste évoluera-t-elle en douceur vers plus de démocratie ou, au contraire connaîtra-t-elle des soubressauts et se durcira-t-elle ? seul l'avenir nous le dira !
Pour lire l'interview de YU HUA  dans le journal philosophie (la totalité de l'article est intéressante, mais vous trouverez l'avis de Yu Hua sur la justice et la dissidence dans le dernier chapître)

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog