Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Montagnes bleues

Montagnes bleues dans le lointain
le soleil a luit toute la journée
et maintenant il commence
à plonger derrière les sommets

 

Montagnes bleues dans le lointain
et dans le creux des vallées
des bois, des fermes, des troupeaux
des vies qui chuchotent
et des maisons avec des lumières qui clignotent

 

Montagnes bleues dans le lointain
Un moment de paix suspendu, incertain
un espace légèrement entrouvert
entre le jour et la nuit
dans le mystère de l’univers...

(texte et dessins numériques d'après photos, Alain Barré)

Montagnes bleues

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Biarritz Bayonne Bordeaux Toulouse Luchon
Saint-Jean-Pied-de-Port

Saint-Jean-Pied-de-Port est bien connu des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle car c’est une étape au pied du port de Roncevaux, passage vers l’Espagne. L’appellation de « port » qui nous paraît curieuse aujourd’hui signifie tout simplement « col ».

La ville haute située sur la rive droite de la Nive est protégée par des remparts du XVe siècle. C’est en elle que réside le charme de la petite cité.

Depuis son époque glorieuse, Saint-Jean-Pied-de-Port a connu bien des déboires. C’est aujourd’hui une petite cité de 1500 habitants traversée par une route encombrée de camions et de voitures....Heureusement, derrière les remparts, la vie reste calme et agréable....

Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port
Saint-Jean-Pied-de-Port

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
​​​​​​​Psychothérapie et politique : les conditions du changement

Quand un patient vient vous voir parce qu’il souffre d’une phobie par exemple, après avoir fait un bilan on prend le temps de lui expliquer les solutions possibles. Pour les phobies deux d’entre elles ont fait leur preuve : l’immersion dans le problème et la désensibilisation progressive. Pour la désensibilisation on apprend au patient une technique de relaxation et sous relaxation on lui demande d’affronter en imagination puis dans le monde réel une échelle graduée des peurs propres à sa phobie. Les progrès sont assez rapides et demandent quelques mois, 6 mois souvent, parfois un an ou plus en fonction de la gravité du problème.

L’immersion consiste à se plonger dans la situation qui pose problème à plusieurs reprises et y rester suffisamment longtemps à chaque fois pour que la peur qui monte et devient rapidement intense, se stabilise à un plateau puis, au bout d’une demi-heure et parfois plus, chute presque complètement ! Dans ce genre de thérapie, la confiance tissée entre le patient et son thérapeute dans les quelques séances qui précèdent est fondamentale !

 

La comparaison avec les traitements politiques que l’on peut appliquer à un pays malade est instructive.

- On peut proposer un traitement de cheval au pays, ce qui correspond à la thérapie par immersion, à condition que la relation de confiance entre le président et le pays soit particulièrement solide ! Ce qui, en terme politique, signifie que le président doit être porté par un élan populaire et soutenu par une majorité indéfectiblement unie (ce qui a manqué cruellement à Hollande). Pour l’instant c’est le cas de Fillon dans le cadre limité de la campagne des primaires de la droite, mais qu’en sera-t-il lors de la présidentielle ?.

 

- La thérapie par désensibilisation trouve son incarnation en politique dans les changements par étape ménageant une progressivité mesurée, en rapport avec ce que l’on pense que le pays peut supporter. Cette dernière façon présente moins de dangers, elle est plus facile à appliquer, mais elle a aussi moins de chance de réussir et risque d’être interrompue en cours de route !

 

En politique comme en thérapie le point incontournable est le choix de la méthode par le patient lui-même en toute connaissance de cause et la qualité de la relation de confiance qu’il a établi avec son thérapeute !

​​​​​​​Psychothérapie et politique : les conditions du changement

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Biarritz Bayonne Bordeaux Toulouse Luchon
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil

Saint-Jean-de-Luz n’a pas toujours été cette belle station balnéaire, perle de la côte basque que l’on connaît aujourd’hui. Son essor a véritablement commencé au XVe siècle avec les pêcheurs de morue et les chasseurs de baleines. Les corsaires ont pris le relais au XVIe et XVIIe et Ciboure, sur la rive gauche de la Nivelle se développa alors. Henri IV renforça la défense de la magnifique baie de la Socoa en y faisant construire un fort.

Le XVIIIe siècle fut celui de la décadence pour la ville qui passa de 13000 habitants à 2000 !

Il fallut attendre le XIXe siècle, Napoléon III et la construction de digues efficaces pour que la cité renaisse et se développe autour de l’activité touristique et ouvrière que l’on connaît aujourd’hui.

Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil
Saint-Jean-de-Luz : coucher de soleil

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Elections présidentielles

Des temps difficiles s’annoncent si Fillon est élu et des temps encore plus difficiles s’il ne l’est pas ! Après avoir reculé devant l’obstacle depuis 30 ans et dépensé l’argent qu’ils n’avaient pas, les gouvernements successifs ont fini par creuser une dette monumentale qui faisait déjà dire, à juste titre, à Fillon tout juste nommé premier ministre qu’il était « à la tête d’un état en faillitte ! » Les choses se sont aggravées depuis...

Pour faire face au chômage, on a d’abord voulu faire croire une gentille fable aux français. On a dit à ceux qui avaient la chance d’avoir un travail : « montrez vous généreux, travaillez moins, vous gagnerez autant et cela libérera des postes et permettra d’embaucher ». Un vrai conte de fées trop beau pour être vrai !

Dans les faits, ceux qui avaient un salaire ont été heureux de gagner autant tout en travaillant moins et en disposant de plus de temps pour leurs vacances, leurs loisirs et leur famille et tout en ayant le sentiment d'accomplir une bonne action. Le problème est que ça n’a pas fait reculer le chômage et plus le temps passait, plus le différentiel avec les entreprises de nos concurrents s’est aggravé provoquant fermeture et licenciements, c’est-à-dire l’inverse de ce qui était souhaité !

Mais me dira-t-on, il y a des pays où l’on ne travaille pas plus et qui se portent bien. On oublie de comparer les durées annuelles du travail et de préciser qu’il ne s’agit que d’accords ponctuels en fonction de la santé économique des secteurs ou entreprises et qu’aucun autre n’a pris une mesure générale comme nous l’avons fait.

Il va maintenant se confronter aux projets de ses concurrents. Que disent-ils ?

- Pour l’instant le site de Mélenchon annonce à propos de la durée du temps de travail : « la diminution du temps de travail légal hebdomadaire (35h/32h/30h) et l'augmentation de la durée minimale des congés payés (passage à 6 semaines, voire 7) ». L’âge de la retraite serait ramené à 60 ans.

- Que dit le projet du FN ? « les lois sur le temps de travail hebdomadaire de 35 heures ne seront pas revues, en revanche la renégociation sera autorisée à la condition qu’elle s’accompagne d’une augmentation proportionnelle du salaire ». Le FN compte ramener, lui aussi, l’âge de la retraite à 60 ans.

-Le projet du candidat officiel du PS ? Le candidat n’est pas encore connu. On peut penser qu’il n’y aura pas beaucoup de différences avec ce qui existe aujourd’hui.

 

Alors faut-il se résigner à abandonner l’idée des 35 heures ? Les 40 heures ont été décrétées en 1936, mais je me souviens qu’au début des années 1960, je travaillais 49 heures et qu’il a fallu du temps pour que cela diminue. Sur le long terme la tendance est certainement la diminution du temps de travail qui ira de pair avec l’augmentation du temps de première formation et de formation continue. Il est probable que cela ne sera pas décrété par de grandes lois générales. Par ailleurs le travail subit, sous nos yeux, de profondes transformations avec l’arrivée d’internet. L’entreprise et le salariat seront peut-être moins le modèle unique que l’on a connu. Des individus se créent leur propre activité et, l’on peut constater dans ce cas, qu’ils ne comptent pas leur heures...

Il est évidemment essentiel que l’on mène une réflexion sérieuse et approfondie sur ce sujet qui touche des dizaines de millions de travailleurs et surtout des millions de chômeurs dans notre pays. En Allemagne, la réforme menée par le socialiste Schroeder a suscité des mouvements sociaux mais sans provoquer de paralysie du pays. Schroeder n’a pas été réélu mais l’Allemagne s’est redressée au point qu’elle a pu accueillir plus d’un million de réfugiés cette année !

Les Français vont-ils accepter de sacrifier une part de leur bien-être et une baisse temporaire de leur niveau de vie (2 ans peut-être ?) pour permettre à un nombre important de chômeurs d’accéder à un travail ? Dans un premier temps, le projet de Fillon s’est confronté à celui de Juppé. Il l’a très largement emporté mais dans un échantillon ne représentant que 1/10e du corps électoral composé à 64 % de participants de droite et du centre et de 15 % d’électeurs de gauche. Il reste 4 mois pour en discuter….

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Biarritz Bayonne Bordeaux Toulouse Luchon
Saint-Jean-de-Luz

La petite cité connut son heure de gloire le 9 juin 1660 quand Louis XIV y célébra son mariage avec Marie-Thérèse d’Autriche infante d’Espagne après avoir renoncé à son amour romantique pour la nièce de Mazarin, Marie Mancini exilée à Brouage (où Louis vint lui faire ses adieux avant son mariage de raison)... Pas toujours facile le métier de roi soleil ! La porte de l’église Saint-Jean-Baptiste par où le jeune roi est entrée a été murée après son passage.

Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz
Saint-Jean-de-Luz

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Biarritz Bayonne Bordeaux Toulouse Luchon
Playmouettes discrètes à St-Jean-de-Luz

Pas de playmouettes sur la plage de St-Jean-de-Luz, seulement quelques pigeons (je veux parler de ceux qui ont deux ailes et deux pattes !)...

Mais où sont-elles donc passées ?

Elles attendent la fin de journée et le coucher de soleil et se rassemblent au loin, autour du fort de Socoa...

Playmouettes discrètes à St-Jean-de-Luz
Playmouettes discrètes à St-Jean-de-Luz
Playmouettes discrètes à St-Jean-de-Luz

Certaines se rapprochent un peu de la plage tout en restant à distance raisonnable... sous la protection des "trois couronnes" dont on voit les dentelures dans le lointain....

Playmouettes discrètes à St-Jean-de-Luz
Playmouettes discrètes à St-Jean-de-Luz

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Biarritz Bayonne Bordeaux Toulouse Luchon
mettez du piment dans votre vie !

C’est bien connu, les Français sont souvent de fines gueules, parfois des grandes gueules, mais qui ne résistent pas au feu du piment ! Heureusement un navigateur du XVIe siècle a rapporté d’Amérique un piment qui vous échauffe la bouche sans vous mettre le feu au palais et à l’estomac, c’est ce piment que l’on cultive à Espelette et dans les villages d’alentour. Il a fait l’objet d’une appellation contrôlée et le cahier des charges pour l’obtenir est très contraignant. Il faut bien cela pour vendre ce précieux condiment à 50 € le Kg, ce qui fait vivre un peu moins de 200 exploitations. Celle de la vallée de la Nive au pied du coteau de Cambo est exemplaire : des rangs tirées au cordeau, pas une feuille qui dépasse !... la récolte se fait en automne au fur et à mesure de la maturation.

mettez du piment dans votre vie !
mettez du piment dans votre vie !
mettez du piment dans votre vie !
mettez du piment dans votre vie !
mettez du piment dans votre vie !
mettez du piment dans votre vie !
mettez du piment dans votre vie !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Biarritz Bayonne Bordeaux Toulouse Luchon

Les derniers éclats de l'automne embellissent les parcs et les forêts du pays basque pendant qu'Yves Montand nous chante le poème nostalgique de Jacques Prévert : les feuilles mortes !....

MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)
MAGIE ROUSSE (02/02)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Aussi bien Le Pen que Mélenchon et de nombreux socialistes crient à l’ultralibéralisme de Fillon. Cela prouve qu’ils ne connaissent rien au libéralisme et qu’ils ne savent pas ce qu’est la liberté. Cela montre également en creux qu’ils ont tous une vision étatiste, autoritaire et réactionnaire de l’État.

En réalité Fillon n’a qu’une seule idée en tête : la réduction du chômage. Son programme ne vise que cela ! Il n’a pas d’attirance particulière pour le libéralisme ce que montre sa filiation avec Philippe Seguin, un fervent partisan de l’État et du gaullisme social.

Sur l’autre versant du libéralisme, le social justement, Fillon peut-il être considéré comme libéral ? Il n’en est pas à l’opposé, mais il en est très éloigné ! C’est un conservateur dans la tradition catholique de la France ancestrale, un vrai gars de l’Ouest, presque un vendéen comme l’est son bras droit, Bruno Retailleau né près de Saint-Laurent-sur-Sèvre, la capitale religieuse de la Vendée.

Peut-on alors l’accuser d’être contre l’avortement ? À titre personnel de fidèle de la religion catholique, il a la même position que le pape sur le sujet, mais à titre de responsable politique il a fermement déclaré qu’il était pour la légalisation de l’avortement. Est-il homophobe ? Lors de la dernière tempête déclenchée dans un verre d’eau par la publication d’une affiche montrant un couple d’homosexuels, il a déclaré « si j’étais maire, je ne demanderais par l’interdiction de cette affiche, mais j’accepte que des maires en fasse la demande ». Il est donc conservateur du point de vue de ses opinions personnelles, mais relativement libéral en tant que responsable politique.

Ce qui me paraît beaucoup plus inquiétant pour ce bien si précieux et qui m’est cher, la liberté, ce n’est pas l’ultralibéralisme supposé de Fillon, mais les positions étatistes de Le Pen, Mélenchon et de ses épigones encore dans le PS, qui réclament plus d’état et plus de contrôle. Arrivé à un certain niveau, « plus d’État » ne protège pas les citoyens mais entrave leur créativité, leur liberté et crée du chômage.

Fillon ne se situe ni dans ce mouvement ni dans le libéralisme. Il poursuit un seul but avec obstination : faire baisser le chômage. On peut discuter de sa méthode - en démocratie c’est même un devoir de le faire – mais il ne faut pas le faire sur des bases qui sont des faux-semblants des arguments de politiciens dans le pire sens du terme, de ceux qui justement ont dégoûté un certain nombre de français de cette noble tâche qu’est la politique.

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog