Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #alain barré

Les films d’action plaisent surtout aux hommes. Au-delà du divertissement, ils ont une fonction principale : leur rappeler qu’il faut rester sur ses gardes, ne pas se laisser aller, ne pas prendre du gras….que rien n’est jamais acquis et que vivre c’est agir !  Les femmes s’y intéressent moins et seulement si une histoire d’amour occupe une certaine place dans le scénario.

L’exemple type pour moi, aussi bien en littérature qu’au cinéma  est « Les trois mousquetaires ». De l’action, de l’amour, des intrigues, des petites histoires dans la grande histoire et un « héros » qui se détache un peu des autres –le quatrième mousquetaire- mais qui ne mobilise pas toute l’attention. Le héros n’est pas seul, il fait partie d’une équipe !

Quand on dit action, on dit pièges, rebondissements, suspens…Il y a donc forcément des gens qui se font assassiner, et qui meurent de façon plus ou moins violente. Ce n’est pas leur mort qui est importante, c’est la façon dont le ou les héros vivent. Ils ne doivent pas céder aux délices de Capoue, se ramollir. Il leur faut garder leur muscle au lieu de prendre du ventre !

Or il est beaucoup plus facile d’écrire une histoire où le crime et le sang sont les seuls ressorts qu’un récit passionnant, qui vous tient en éveil, par l’habileté de son scénario. Plus les effets au cinéma se sont perfectionnés et sont devenus réalistes, plus la façon de tuer les gens, d’une manière de plus en plus « réaliste », - en réalité par une surenchère de sadisme- a pris de l'importance au détriment du contenu de l’histoire.

Au jourd'hui, les films d’action, qui sont essentiellement américains, ne vous cachent pas un seul détail et même ils en rajoutent-- sur les façons, toutes plus horribles les unes que les autres, de mourir, mais ils ne vous apprennent plus grand-chose sur la manière de vivre ! La perversion est telle que l’on assiste à une prolifération de films mettant en scène des serial killers…au point que l’on peut raisonnablement penser –et c’est heureux-  qu’ils sont nettement plus nombreux au cinéma que dans la vraie vie ! Emportés par le même mouvement, les scénarios ne se contentent plus de raconter des histoires d'hommes ou de femmes ordinaires confrontés à des évènement extraordinaires et qui deviennent des héros….trop simple, trop connu ou, surtout, trop difficile d’imaginer une histoire qui renouvelle le genre, on met la plupart du temps en scène des voyous, des « salopards » ou des policiers, ce qui revient souvent au même….

La mort, qui dans les films d’action, ne vient que souligner les dangers de la vie (et donc la nécessité de ne pas se laisser aller), est devenue le sujet principal. On ne veut plus réveiller le spectateur (ou téléspectateur), on veut seulement le scotcher sur son siège pour gagner des points au box-office ou à l’Audimat !

Cette mécanique cinématographique et télévisuelle est devenue tellement caricaturale qu’elle finira peut-être par s’auto détruire un jour et crouler sous le poids de ses propres boursouflures sadiques…En attendant, elle produit des navets dégoulinants à la chaïne !

Alexandre Dumas, réveille-toi, ils sont devenus fous !...

Commenter cet article

isabellecoco 21/02/2010 07:32


j adore le reportage sur le vietman, encor...svp


nathalie1962 14/02/2010 22:33


Espérons qu'elle s'autodétruira ! Je suis effarée de voir le nombre d'histoires de meurtres, tous plus sordides les uns que les autres, qui sont diffusées sur les chaines de télévision.
J'avoue avoir beaucoup de mal à y voir une distraction ! Je crois que ça ne peut que rendre la vie effrayante !
Bonne soirée Alain, bises


Articles récents

Hébergé par Overblog