Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CARAVAGE - génie imparfait
Tête de méduse, 1596
Ovide raconte dans ses Métamorphoses que Persée réussit à décapiter Méduse, l’une des Gorgones, que l’on ne peut regarder sans rester pétrifier sur place ! Pendant que Méduse se reflète dans le bouclier de Persée, celui-ci « sépare sa tête de son cou… ».
Le pouvoir magique que l’on prête à la tête de méduse explique qu’elle figure souvent, au XVIe siècle sur les boucliers de parade ou de tournoi, cela justifie également le choix, fait par Caravage, d’un panneau en forme de bouclier pour la peindre. C’est également pour ce dernier l’occasion d’une démonstration de sa virtuosité. Pour cela il s’est peint lui-même dans un miroir bombé, déformant ainsi sa propre image.
Le cardinal Del Monte passe commande de ce tableau à Caravage pour en faire cadeau à son ami Ferdinand de Médicis qui a déjà dans sa collection une tête de méduse réalisée par Léonard de Vinci. Caravage doit ainsi se confronter à la peinture de ce grand maître. Sa tête de Méduse est un succès et unanimement louée par les poètes de son temps ! (Elle est également l’un des tableaux préférés de jacques Attali qui en fait une présentation dans son ouvrage « Phares ».)
1596V1-tete-de-meduse.JPG
1596-tete-meduse02.jpg

Commenter cet article

Hécate 29/08/2011 23:13



Médusant !


          Vraiment extraordinaire expression .



Articles récents

Hébergé par Overblog