Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...

 " Ça a débuté comme ça. Moi, j'avais jamais rien dit. Rien. C'est Arthur Ganate qui m'a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. 0n se rencontre donc place Clichy. C'était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l'écoute. “Restons pas dehors ! qu'il me dit. Rentrons ! ” Je rentre avec lui. Voilà. “ Cette terrasse, qu'il commence, c'est pour les oeufs à la coque ! Viens par ici ! ” Alors, on remarque encore qu'il n'y avait personne dans les rues, à cause de la chaleur ; pas de voitures, rien. Quand il fait très froid, non plus, il n'y a personne dans les rues ; c'est lui, même que je m'en souviens, qui m'avait dit à ce propos : “ Les gens de Paris ont l'air toujours d'être occupés, mais, en fait, ils se promènent du matin au soir ; la preuve, c'est que lorsqu'il ne fait pas bon à se promener, trop froid ou trop chaud, on ne les voit plus ; ils sont tous dedans à prendre des cafés-crèmes et des bocks.

(…) Après, la conversation est revenue sur le président Poincaré qui s'en allait inaugurer, justement ce matin-là , une exposition de petits chiens ; et puis, de fil en aiguille, sur Le Temps où c'était écrit. “Tiens voilà un maître journal, Le Temps !” qu'il me taquine Arthur Ganate, à ce propos. “Y'en a pas deux comme lui pour défendre la race française ! - Elle en a bien besoin la race française, vu qu'elle n'existe pas !” que j 'ai répondu moi pour montrer que j 'étais documenté, et du tac au tac.

 - Si donc ! Qu'il y en a une ! Et une belle de race ! qu'il insistait lui, et même que c'est la plus belle race du monde, et bien cocu qui s'en dédit ! Et puis le voilà parti à m'engueuler. J'ai tenu ferme bien entendu.

 - C'est pas vrai ! La race, ce que t'appelles comme ça, c'est seulement ce grand ramassis de miteux dans mon genre, chassieux, puceux, transis, qui ont échoué ici poursuivis par la faim, la peste, les tumeurs et le froid, venus vaincus des qautre coins du monde. Ils ne pouvaient pas aller plus loin à cause de la mer. C'est ça la France et puis c'est ça les français.

 - Bardamu, qu'il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n'en dis pas de mal !...

- T'as raison, Arthur, pour ça t'as raison ! (…) On est tous les mignons du roi Misère. C'est lui qui nous possède ! (…) C'est pas une vie...

Il y a l'amour, Bardamu !

Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches..."


voyage 2

Parler de Céline, l'auteur du Voyage au bout de la nuit, n'est pas simple ! Autant on peut admirer l'inventeur d'un style nouveau, truculent, populiste, imaginatif qui a bouleversé la littérature en son temps (1932), autant on peut être choqué par l'antisémitisme viscéral de l'homme.

Il tourne en dérision la guerre (il a été blessé pendant la guerre 14-18), la recherche de la gloire au combat, le colonialisme...

voyage.jpg

Il se met en scène souvent dans ses livres où il se montre souvent ridicule, couard, persécuté. En somme il pratique également la dérision envers lui-même ! Il se montre persécuté tout en étant persécuteur (des juifs en particulier). C'est une tactique habile destinée à lui attirer la sympathie des lecteurs.

voyage-bout-nuit-celine-tardi2.jpg

Il a eu de nombreux imitateurs et admirateurs. Des écrivains américains célèbres : BUKOVSKI et MILLER... Des écrivains français Frédéric DARD (auteur de romans policiers, San Antonio,...) et AUDIARD, le scénariste de nombreux grands (et petits ) films populaires (Les tontons flingueurs). Ces derniers ont gardé ce qu'il y avait de meilleur dans Céline, le style.

La dérision populiste est devenue également très à la mode sur les ondes avec toute une lignée de comiques, COLUCHE en tête. Celui-ci a su pratiquer la dérision mais aussi l'autodérision, ce qui n'a pas été le cas de soi-disant humoristes qui savaient se moquer des autres (leurs ennemis de préférence ou les handicapés...), mais pas d'eux-mêmes !

L'héritage de Céline ainsi que son oeuvre sont donc très ambigüs ! Le meilleur et le pire s'y cotoient... Le voyage au bout de la nuit est peut-être l'ouvrage qui se lit le mieux aujourd'hui ?...On peut le commencer par n'importe quel bout et n'en lire que des passages. C'est le style qui marque plus que l'intrigue... A signaler une édition de luxe illustrée par le dessinateur TARDY (dont j'ai utilisé deux croquis, ci-dessus, dans cette chronique).

Commenter cet article

Hécate 25/08/2010 12:05



Effectivement...la saveur des mots lus.  Je l'ai écouté je crois dans divers extraits autour de Céline . Merci de ce rappel .


                                    
votre Hécate



alain BARRE 25/08/2010 11:29



A signaler également, une lecture du voyage par Luccini ! Intéressant


ab



Hécate 24/08/2010 09:23



On ne peut avoir mieux que Tardi illustrant Céline ! J'ai plus d'une fois été frappé par cet accord qui se dégage de cette alliance du dessin et des mots .


"Le voyage au bout de la nuit " est d'une puissance inoubliable . Je l'avais lu il y a bon nombres d'années ,un peu sur mes gardes quand à ce qu'on en disait alors .


Je crois qu'il l'aborder en oubliant tout et plonger corps et âme dans cette oeuvre  totalement prenante .


 La rentrée littéraire est imminente .Voilà une façon de la saluer.


                                    
Bien amicalement .


                                                       
votre Hécate



Articles récents

Hébergé par Overblog