Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE

Les hutongs sont des ruelles du vieux Pékin. Ils disparaissent à vitesse grand V depuis la modernisation de la ville à l’occasion des JO. Les Occidentaux - qui n'accepteraient pas d'habiter dedans - déplorent leur disparition. Certains chinois doivent également les regretter, en particulier ceux qui sont relogés loin du centre ville ou dont les moyens ne leur permettent pas de trouver un nouveau logement, mais l’inconfort, l’insalubrité, la difficulté pour les restaurer sont aussi de bons arguments pour les raser. Ce qui est critiquable c’est plutôt la méthode : « Nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous et c’est nous (le parti unique) qui décidons pour vous !» Par comparaison, en Inde qui est une démocratie, les gens protestent, manifestent et obtiennent parfois gain de cause. La méthode chinoise est plus rapide, plus efficace en apparence, mais peut-on « vouloir le bien des gens à leur place ? »

Cela peut expliquer que mon collègue photographe Jia Yong rencontré au restaurant précédemment, ait eu des difficultés à photographier la disparition du hutong de son quartier. Il faisait œuvre utile de mémoire mais les autorités ont d’abord pris cela comme un acte de rébellion.

Pour ma part, j’estime qu’il est bon de garder quelques hutongs, en les restaurant (ce qui coûtera plus cher que de construire du neuf) mais qu’il est nécessaire de construire des logements plus salubres. C’est la manière de faire qui compte le plus dans ce genre de problème et le PC chinois avec ses gros sabots n’est sûrement pas aussi infaillible qu’il le croit !

Le hutong situé près de l’hôtel est sans doute assez représentatif. Une rue étroite, encombré de vélos, de remorques, de quelques voitures, un peu crade, avec des fils électriques qui pendouillent,…pas très engageante !

On y trouve les éternels marchand de beignets variés, de grosses ravioles,…mais aussi des sex-shops (3 dans la même petite rue)

La réputation d'entraide de ces petites rues où tout le monde se connaît, semble bien être une réalité si j’en crois le nombre de personnes rassemblées pour installer un simple panneau un petit évènement dans la rue !...

Commenter cet article

Luc 05/05/2014 07:35

J'ai connu Jia Yong en 2007, dans son restaurant de Dazhalan... Son travail est remarquable. Je lui ai acheté deux photographies que je possède toujours! A ma petite échelle, j'ai fait beaucoup photos des hutongs, et de petites vidéos. J'ai réalisé notamment un petit film sur Dazhalan ("Dazhalan mon amour") visible sur internet. Comme Jia Yong, je suis émerveillé par le vieux Pékin, qui malheureusement disparait sous les bulldozers. Pékin était la plus belle ville du monde!

alain BARRE 05/05/2014 19:23

Pas de relation de parentée avec Claude Barré du Pays Basque à ma connaissance ! Barré est un nom aussi commun que Dupont ou Martin !
Je vais rechercher la conférence de Li Ying. Jia Yong m'avait montré des photos d'une expo qu'il avait faite en Allemagne. Il mériterait d'être plus connu en France à la fois pour le sujet de ses photos et leur qualité artistique !.
AB..

Luc 05/05/2014 10:59

Bonjour Monsieur Barré, et merci pour votre blog que j'ai découvert en faisant une recherche sur Jia Yong... Je me souviens encore de lui ainsi qu'un de mes amis qui veut retourner le voir à Pékin!
Mon père avait un grand ami qui s'appelait Claude Barré, architecte. celui-ci avait fait les premières esquisses de la maison de mon père au Pays Basque... Le connaissez-vous? Est-il de votre famille?
Avez-vous écouté Li Ying, une "enfant de Pékin", quand elle s'est exprimée sur sa ville lors d'une conférence au Pavillon de l'Arsenal? (consultable sur internet) J'étais très ému, tellement ses mots sont justes et beaux...

alain BARRE 05/05/2014 10:12

Merci ! Je signale que l'on peut voir la video de Luc en tapant dans un moteur de recherche : dazhalan mon amour.
merci à cet amoureux du vieux Pékin

alainB 30/10/2009 21:17


On est au coeur du problème que pose la dictature communiste. L'absence d'opposition empêche les personnes concernées de s'exprimer. Même s'il arrive que les décisions soient bonnes : peut-on faire
le bonheur des gens à leur insu ? L'opposition ne peut se manifester que par des révoltes sporadiques (elles sont nombreuses en Chine) ou à l'intérieur du parti sous forme de factions. Le problème
des factions est qu'elles peuvent dériver pour le plus grand malheur du pays, c'est ce qui s'est passé quand Mao a repris le pouvoir avec la révolution culturelle. La bande des 4, une faction
favorisée (en partie) par Mao, en est un autre exemple !
ab


nathalie1962 30/10/2009 19:22


On comprend pourquoi , les autorités veulent les détruire mais si les familles ne sont pas relogées ce doit être dramatique !


Articles récents

Hébergé par Overblog