Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #CHINE
A une soixantaine de Km de Taiyuan se trouve un hameau qui abrite la maison du clan d'un riche et célèbre commerçant qui créa, au XVIII e siècle "la société de la vaste prospérité". En 1930 la maison abritait encore plus de 300 personnes ! Quand Zhang Yimou chercha un décor pour son film "Épouses et concubines" ce fut celle du clan Qiao qu'il choisit.
La maison est entourée de ruelles commerçantes qui m'ont retenues suffisamment pour ne pas avoir le temps de faire d'autres visites.
La spécialité culinaire de Qiao est une petite galette aux allures de gauffreMais on vend de tout dans ces rues très animées !Y compris des caricatures (ce que j'ai rarement vu enChine)dans une boutique tenue par l'élégante épouse de l'artiste !La renommée apportée au village par le film de Zhang Yimou a incité également des bouquinistes à s'installer près de la maison Qiao. C'est ainsi que j'ai pu acheter des exemplaires de Tintin en format de poche, couverture couleur et dessins en noir et blanc !Je distribue quelques photos de France et je remarque une commerçante particulièrement photogénique...Une autre scène : deux enfants sur le porte-bagage du vélo de leur maman. Ils sont tournés l'un vers l'autre et le plus petit porte la traditionnelle culotte fendue qui laisse voir ses fesses ! Belle ingéniosité et sens pratique des chinois !

Commenter cet article

alainB 06/12/2009 08:12


Merci Michèle !
Depuis que les chinois ont la liberté de faire du commerce, ils font preuve d'une inventivité commerciale extraordinaire. On vend de tout, j'avais parfois l'impression d'être dans un vaste vide
grenier ! pas de forcing à la vente, une ambiance sympa la plupart du temps !
ab


michèle 05/12/2009 22:40



On y flânerait des heures dans ces ruelles!
Et c' est vrai qu' elle est bien jolie la petite commerçante.
Un beau cadeau de déambuler sur les pas du photographe: on s' y croirait.
Merci pour toutes ces pages et bon week end.
michèle
     




alainB 05/12/2009 20:48


Eh oui, Lassim, la coutume de la culotte fendue n'est pas disparue ! C'est pratique, c'est drôle et quant aux tordus qui y verraient du mal, hélas ils n'ont pas besoin de cela !
Dans les grottes des bouddhas, près de Datong, une maman me montrait fièrement son bébé et, pendant qu'elle le levait au-dessus de ses genoux (elle était assise), celui-ci s'est laché !....Un
fou-rire m'a pris et la maman aussi...un très bon moment inphotographiable !...
ab


lassim 05/12/2009 10:10


sur le vif aussi le derrière de l'enfant. Je me demandais depuis un bout de temps si cette pratique avait disparu ou si elle n'était pas de mise dans le nord, ou encore, mais je n'y croyais pas, si
elle avait pu échapper à l'oeil exercé du photographe. Je vois que vous l'avez vu. Auriez-vous quelque autre photo de ce procédé chinois qui m'avait bien intéressée. Voici d'ailleurs mes notes sur
le sujet :

-         Les vrais bébés chinois portent
des vêtements équipés d’une fenêtre postérieure qui offre à la vue fente et rotondité des derrières. La dite fantaisie vise semble-t-il à faciliter les évacuations sans déshabiller le petit mais
se trouve bien surprenante pour nous, un peu choquante aussi tant nous sommes obnubilés par la pédophilie….



Hécate 05/12/2009 09:11


Fort curieux de voir Tintin ainsi. C'est un plaisir que de découvrir un peu de la vie en Chine sur le vif.
                Bonjour d'Hécate


Articles récents

Hébergé par Overblog