Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

 La psychologie évolutionniste (qui pense que l'esprit humain a évolué au cours des temps comme notre espèce) est en pleine effervescence dans les pays anglo-saxons mais reste toujours largement méconnue en France. Elle apporte pourtant de nouveaux points de vue particulièrement éclairant sur les forces primitives qui s'agitent en nous : désir sexuel, peur, dégoût, amitié, morale, jalousie, haine, amour, etc... Elle ne prétend pas tout expliquer mais elle éclaire certains sujets d'une lumière si vive que les explication antérieures nous paraissent aussitôt désuètes. Il en va ainsi de la compréhension d'un sujet qui a été de nombreuses fois à la une des journaux ces dernières années : l'inceste.

En France la théorie la plus couramment admise affirme que l'interdit de l'inceste dépend de normes sociales et qu'il est donc typiquement un produit de la culture. A preuve, chez les animaux, pas de culture, donc, abondance d'incestes !

A cela, les psychologues évolutionnistes répliquent que l'observation des animaux dans leur milieu naturel montre que l'inceste est évité chez de nombreuses espèces.

Une autre observation est venue apportée un éclairage surprenant. On remarqua que les enfants élevés en communauté dans les kibboutzim israéliens des années 1970 ne se mariaient pas ensemble et qu'ils n'avaient pas, non plus, de relations sexuelles entre eux à l'adolescence ! Des recherches plus précises montrèrent que « le fait d'avoir partagé la période qui va de la naissance à six ans était rédhibitoire pour des mariages et de relations sexuelles ultérieures »

Une contre expérience naturelle compléta la théorie des psychologues évolutionnistes. Un anthropologue observa, en 1993, une forme de mariage arrangé à Taïwan : le simpua. Le mariage a lieu à la puberté mais la future épouse est adoptée, dès son plus jeune âge, par la belle famille et élevée avec son futur mari. Il en résulte un taux de divorce, d'infécondité, d'infidélité, de non-consommation bien plus élevé que pour les autres mariages arrangés ! Il existe donc bien une période critique de coexistence qui déclenche l'évitement des relations sexuelles. Les observations faites dans les kibboutz donnaient à penser qu'elle se situait entre 0 et 6 ans, l'analyse des 14 000 cas de mariages sampua incite à penser que c'est la période qui va de 0 à 3 ans qui est déterminante. Les couples simpua formés avant 3 ans sont les plus réticents à consommer leur union.

Cela montre que l'interdit de l'inceste n'est pas essentiellement un interdit social fabriqué par les sociétés humaines, mais bien plus le résultat d'un mécanisme biologique formalisé, mais non pas créé, par la culture humaine. Cela explique également pourquoi des bébés élevés ensembles alors qu'ils n'ont pas de liens familiaux, sont peu tentés, plus tard par des relations sexuelles et, inversement, pourquoi des frères et sœurs qui ne se sont pas connus après la naissance, peuvent avoir une attirance sexuelle. C'est le thème de films et romans et aussi de la malicieuse chanson originaire de Trinidad popularisée par Sacha DisteL et chantée ici par Dalida : Scandale dans la famille !

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog