Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

J’ai été tiers-mondiste pendant des années, c'est-à-dire que je souhaitais qu’un rééquilibrage s’instaure entre les pays du Nord et du Sud et j’ai milité pour cela. C’est pour cela que, contrairement aux militants de l’altermondialisme, je n’ai pas été rebuté par la mondialisation. Je l’espérais plutôt et je trouve qu’elle est la meilleure chose qui pouvait arriver aux pays en voie de développement.

L’élément déclencheur a été la chute du communisme en URSS ce qui a eu pour conséquence l’abandon du désastreux modèle soviétique dans les pays du tiers-monde, à commencer par la Chine, l’Inde et bien d’autres –le Vietnam en fait partie.

Le déploiement du libéralisme économique, (souvent sans le libéralisme politique) dans ces pays a été l’occasion d’un formidable développement en quelques décennies. Les inégalités ont crues, mais la pauvreté a reculé et la richesse pour les uns, une moins grande pauvreté pour les autres, s’est installée porté par des taux de croissance de 6, 8 et même 14%. Pendant ce temps, l’Occident, et surtout l’Europe stagnait.

Le libéralisme économique réalise ainsi le vœux que de nombreux tiers-mondistes exprimaient autrefois, mais pas de la manière romantique dont ils l’avaient rêvé, d’une manière réaliste et souvent brutale !... ainsi va notre monde qui est parfois un monde de brutes !

Quand on voyage en Asie, on se rend compte que l’espoir a changé de camp : En Chine, en Inde, en Indonésie,  à Hongkong, au Vietnam,…on travaille, on travaille beaucoup, et l’on est fier de son pays, même si l’on ressent durement le poids des inégalité. En Europe, en France en particulier, on a l’impression de travailler beaucoup, mais on ne croit plus beaucoup à l’avenir et on « lutte » surtout pour conserver ses « acquis », même s’il s’agit d’inégalités flagrantes (les discussions sur les retraites, ces derniers temps, sont l’occasion pour plusieurs responsables syndicaux et politiques d’affligeants exercices de langue de bois  !...).

__1200971b.jpg

Même sur les questions environnementales qui tiennent tant à cœur aux occidentaux, les dirigeants des pays en développement ne s’en laissent plus compter. C’est ainsi que la Chine, suivie par tous les pays du Sud et confortée par son allié/ennemi préféré, les USA, s’est assise sur les propositions des européens avec le plus parfait mépris ! Résultat, on n’entend plus parler ni des altermondialistes ni des écologistes purs et durs : au G20 comme à Copenhague, les pays du Sud leur ont répondu qu’ils ne sacrifieront pas leur sortie de la pauvreté à la « propreté » de la planète. Soucis de riches à la panse bien remplie…Quand on a des milliards de bouches à nourrir, on ne pense pas aux émission s de CO2 !...

Le monde a changé de base comme le chantait l’internationale autrefois mais ces nouvelles bases ne plaisent pas à ceux qui croyaient tenir la partition ! Pour moi, je dois dire que ces changements me paraissent plus positifs que négatifs, ils ne font que commencer à réparer une profonde injustice. Sans doute faudra-t-il composer avec l’environnement, mais cela ne se fera pas sur des règles élaborés seulement en Europe. Vue d’Asie, l’Europe est un continent de nantis où l’on ne semble penser qu’à son confort, et où le plus grand malheur qui puisse arriver semble être la « malbouffe » !...

La gestion du capitalisme - devenu universel - nous échappe….Elle reste encore entre les mains des USA et, de plus en plus, entre celles des grandes puissances montantes du Sud qui ont traversé la crise sans trop de dommage et qui ont déjà renoué avec la croissance. Elles auront sans doute à compter, elles aussi, dans un futur proche avec les bulles financières et autres crises économiques….

Pour nous consoler nous pouvons encore nous dire que nous avons inventés la démocratie, la discussion (plus ou moins) libre, et un certain art de vivre. Cela ne s’exporte peut-être pas facilement, mais nous pourrons toujours inviter les autres à venir voir sur place !...

Commenter cet article

nathalie1962 20/02/2010 11:07


Très bel article ! Effectivement, difficile de demander à un pays qui sort juste de la misère de se préoccuper de pollution, celà viendra en son temps
Bon week-end, Alain


alain BARRE 17/02/2010 15:17


Complètement d'accord Didier, mais pour ce qui est du rééquilibrage avec l'Afrique, qui est effectivement un continent d'avenir (et qui résiste plutôt bien à l'actuelle crise), il faudra attendre
encore une ou deux générations ! Pour l'Amérique du Sud, je ne sais pas, connais pas assez ce continent...Il me semble toutefois que le Brésil est bien parti ! ab


Didier 17/02/2010 14:29


L'Europe, le vieux continent...
Faut-il se consoler ?
Mieux vaut sans doute accompagner le mouvement. Etre de son temps. Ce billet y invite.
Pour ma part, je croise les doigts pour que ce nouvel ordre mondial s'appuie (aussi) sur l'Afrique et les pays d'Amérique du Sud !
Sûr qu'au final, ce ne sera peut-être pas conforme à l'équilibre nord sud vu d'en haut, mais ça devrait participer d'un réel équilibre.


Claudio 17/02/2010 07:56


Toujours rafraichissants ces billets-là Alain.Merci.
J'y colle toujours à 100% mais je ne saurais l'écrire aussi nettement.
Merci pour cet oxygène.


Articles récents

Hébergé par Overblog