Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

Que reste-t-il aujourd’hui des grandes idées de Freud, le fondateur de la psychanalyse ?

1- L'inconscient. L’inconscient existe, on peut le mettre en évidence par des expériences simples mais il ne s’agit pas de l’inconscient tel que Freud l’avait conçu (avec le refoulement de ce qui nous paraît inacceptable ou invivable) mais d’un inconscient « cognitif » qui explique que la plupart de nos activités ordinaires de survie, se passent sans que nous nous en rendions compte. Ainsi nous déchiffrons les signaux de danger dans notre environnement et nous y réagissons avant que notre conscience en ait eu connaissance. Nos émotions surgissent spontanément en présence de certaines situations, nous accomplissons "machinalement" de multiples actes tout au long de la journée,... Nous partageons cette capacité avec les animaux qui nous sont proches et sans elle, notre cerveau serait saturé. Il ne pourrait se consacrer à des tâches plus complexe et notre espèce n’existerait plus !

gycine640.jpg

Un autre inconscient existe, expliquent les psychologues évolutionnistes : celui que nous a légué l’évolution. Par exemple nos conduites amoureuses, nos conduites d’entre aide, de coopération et de solidarité, d’agressivité et de violence, de recherche de pouvoir et de statut, etc.… sont le fruit d’une longue maturation dont on voit les prémisses chez les primates (chimpanzés, bonobos, gorilles, orangs-outans) et qui s’est affinée  depuis plusieurs millions d’années.  Il nous est difficile d’imaginer que l’espèce dont nous faisons partie (Homo sapiens sapiens) n’ait pas été l'unique but de la "création" et son objectif ultime ! En réalité nous sommes la seule branche existante, et donc fragile, d’un rameau florissant. Il faut s'imaginer qu'il y a seulement quelques dizaines de milliers d’années coexistaient 3 ou 4 espèces humaines aussi dignes d'intérêt que la nôtre.

-    -  L’homme de Neandertal, disparu il y a 20 ou 30 000 ans : il nous ressemblait tellement qu’il passerait inaperçu dans nos rues, s’il était habillé d’une façon moderne !

-   -  L’homme de Florès, dont les derniers spécimens sont disparus sur l’île de Florès, en Indonésie, il y a seulement  10 000 ans.

-   -  L’homme de Desinova dont on a découvert dernièrement un fragment de phalange du petit doigt (!) dans une grotte située entre la Sibérie et la Mongolie.

gycine640_2.jpg

Des psychologues émettent l’hypothèse que l’évolution nous a légué un certain nombres de conduites, sans lesquelles notre survie n’aurait pas été possible, et que ces conduites sont toujours présentes et agissantes en nous d’une façon essentiellement inconsciente. Elles correspondent, approximativement, à ce que l’on appelait autrefois les instincts. Les neurosciences, la psychologie cognitive et, particulièrement, la psychologie évolutionniste et l’éthologie humaine en redécouvrent l’importance et tentent d'en redessiner les contours. Cet inconscient "évolutionniste" n'est pas sans rapport avec l'inconscient psychanalytique, mais les psychanalystes restent dans leur tour d'ivoire et ne s'intéressent pas à ces recherches. (à suivre...)

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog