Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #TUNISIE

P1090232B.JPG

Après la première guerre mondiale les revendications nationalistes deviennent plus précises. Il faut dire que 60 000 tunisiens ont été envoyé en France pour participer à une guerre qui n’est pas la leur !

P1090291.JPG

Le Destour, un mouvement nationaliste est créé en 1920.

P1090230.JPG

En 1934, les éléments les plus radicaux, dirigés par Habib BOURGUIBA, créent le Néo-Destour. Ce parti adopte une ligne laïque et moderniste.

P1090277.JPG

Pendant la seconde guerre, la Tunisie est partiellement occupée par l’Allemagne nazie et l’Italie mussolinienne. Bourguiba refuse de collaborer avec ces occupants. La France lui en sera reconnaissante et en 1954, le gouvernement de Pierre-Mendès-France engage des pourparlers pour reconnaître l’autonomie de la Tunisie. Ce qui est fait le 20 mars 1956. La France reste tout de même présente à Bizerte et tue un millier de manifestants lors des « émeutes de Bizerte ».

P1090311.JPG

Les photos qui illustrent cette chronique ont été prises dans le grand erg oriental, dans le sud tunisien. 

(à suivre...)

Commenter cet article

sido 05/03/2011 13:23



Je n'ai compris que bien plus tard cette nécessité de l'indépendance de l'afrique du nord en particulier, à cause justement de l'imbrication des amitiés, de l'enracinement familial, du sentiment
de ne pas être étrangère au pays mais partie intégrante : grds parents, orphelins de guerre, envoyés d'office en algérie après 1870...tiens, comme les indésirables politiques, et autres
malfrats  ! une des petites  raisons de la colonisation : se débarrasser de ce qui encombrait + volonté d'expansion des puissances europeennes, recherche de nouvelles sources de
richesses et d'étendre les échanges  ; en somme début d'une forme de capitalisme économique ; Je crois qu'à l'époque c'était une option majoritaire.


Comme tu le soulignes les options des politiques entrainent des bouleversements humains et des conséquences douloureuses (sic en ce moment).



alain BARRE 04/03/2011 21:26



Passionnant témoignage, Sido !


Je cherche à comprendre le pourquoi de la colonisation. La plupart des socialistes français (avec Jules Ferry) y était favorable mettant en avant le rôle civilisateur de la république.
Clemenceau, socialiste lui aussi, y était opposé pour des raisons morales et économiques. La droite était partagée et loin d'être favorable dans son ensemble. La recherche de la puissance parmi
les grands pays européens de l'époque a joué un grand rôle. C'était sans doute l'élément principal ?....


Beaucoup de colons avaient des relations amicales et fraternelles avec les colonisés. Ce n'était pas le cas de tous ! Mais là aussi, d'autres forces bien plus puissantes étaient en cause :
celles qui poussent à l'autonomie d'un pays, à l'indépendance.... Les destins personnels des uns et des autres ont souvent été broyées par cette implacable mécanique ...


ab



sido 04/03/2011 19:13



Tunis 1956, vécu çà de près ! Liesse de mes petites voisines que je rejoignais jusqu'à ce jour sur les toits terrasses communiquant et qui me tournèrent le dos ensuite, avec des propos haineux
parfois...1957, 58 ce fut Bizerte et le retour en France. Tout un pan de ma mémoire surgit ici. J'étais trop jeune pour comprendre vraiment. Mais ce dont je suis sûre c'est qu'il n'y a pas eu de
grosses fortunes coloniales édifiées comme en Algérie. La plupart de ce que tu appelles les colons et les bourgeois était en fait une classe moyenne : fonctionnaires, commercants, chantier naval
; Vrai aussi qu'il y avait chez certains, une sorte de "condescendance" à l'égard de la population, mais pour les natifs français de Tunisie une osmose, une entente familière, avec ceux qui
seront les tunisiens.


Bon W.E alain, bises.


 


 



Articles récents

Hébergé par Overblog