Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #ITALIE

À en croire certains philosophes, les stoïciens en particulier et même les épicuriens, la réponse serait plutôt oui. Le plaisir, les plaisirs sont éphémères, « ne durent qu’un instant » et laissent un goût amère. C’est l’avis de ces penseurs un peu austères et rabat-joie mais également de nombreux pères de l’Eglise qui vont parfois, comme l’abbé machiavélique du monastère du « nom de la rose », jusqu’à condamner irrémédiablement, le rire et à commettre des crimes pour l’étouffer dans l’oeuf. http://www.cdiscount.com/mag/fich_prod.asp?prix=discount&navid=1040505&prodid=000000000000000000000000000000000000B01P

 DSCN3160.jpg

Ce n’est pas là mon avis et je trouve qu’il n’est rien de mieux que de pouvoir rire entre amis et l’on se souvient longtemps et avec plaisir de ceux qui nous ont fait rire ! Parfois il suffit d’un rien pour qu’une ambiance passe du gris tristounet au bleu resplendissant. L’alcool n’est pas indispensable pour cela. Il peut aider, mais au mieux, comme dit la publicité, avec modération.

DSCN3165b.jpg

En effet, le rire suppose de la détente mais aussi la pleine possession de ses moyens. Il faut que ça aille vite dans les petits neurones, que l’information circule et saute de synapse en synapse sans se mélanger les pinceaux et trébucher dans des marécages de vinasse ou de hasch !

DSCN3103.jpg

Le plaisir des sens n’est pas, non plus, quoiqu’en pensent certains, opposé au bonheur. Il lui est même souvent indispensable, mais on le trouve vite insuffisant s’il n’est accompagné de complicité, de tendresse, de sentiments partagés qui nous font sortir de nous-mêmes, alors que le seul plaisir à tendance à nous y enfermer.

DSCN3102.jpg

On sent dans les statues de Michel-Ange ce désir de partager la sensualité. Il veut nous la faire connaître, nous la faire aimer, nous faire aimer les autres et le monde comme lui-même les a aimés. Il a ce besoin de communiquer avec nous qui lui fait marteler son bloc de marbre jusqu’à en oublier de manger, peindre dans une position épuisante jusqu’à en oublier le sommeil et rester plusieurs jours sans redescendre de son échafaudage !

DSCN3101.jpg

  Même dans la pompeuse basilique St Pierre on trouve cette admirable piéta de Michel Ange, emplie de gravité, qui irradie, également, d’une étonnante sensualité.

2006-08-bestof-italie176b.jpg

Les sculptures des artistes de la Renaissance sur la place de la seigneurie à Florence affirment haut et fort ce droit à la jouissance des corps. Quel contraste avec toutes ces représentations figées, impérieuses et dominatrices que l’on trouve dans la plupart des lieux officiels, palais et autres places symbolisant le pouvoir, à Vienne, à Rome et jusque sur les petites places de nos villages !

DSCN3187.jpg

La sculpture est un art magnifique. Elle est, avec la danse, l’art le plus proche du corps. Rares sont les sculpteurs qui ont osé faire sortir de la pierre des sentiments des émotions qui fassent vibrer cette matière inerte !

DSCN9359.jpg

Oui, la Renaissance italienne est grande par ses sculptures, par ses peintures et parce qu’elle a osé affirmer que l’homme était un Tout : bonheur et plaisir, force et fécondité, émotion et raison. Elle est un vrai voyage aux sources de nous-mêmes ! 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #ITALIE

Je l’avoue humblement, quand j’étais très jeune enfant je voulais être pape ! C’est du moins ce que rapporte la tradition familiale. J’aurais donné cette réponse au curé venu à l’école faire de nouvelles recrues.

2006-08-bestof-italie259.jpg

J’ai échappé au séminaire en raison de ma réponse à la deuxième partie de sa question :

2006-08-bestof-italie261.jpg

- Pourquoi veux-tu être pape ? 

- Pour raccourcir la messe, je la trouve trop longue !

Toute velléité de m’expédier faire une carrière religieuse s’est arrêtée là !


Quelques années plus tard mes parents nous ont envoyés, mon frère et moi (c’était plus facile de faire un lot groupé), au lycée public, ce qui a été l’occasion d’un sermon, en chaire, cruellement dénonciateur et imbécile de la part du curé, ce qui a retiré à ma mère l’envie d’aller à la messe, pendant de nombreuses semaines ! (Je pense qu’un certain nombre d’imams doivent avoir cette attitude tyrannique et rétrograde aujourd’hui). Nous en reparlerons un autre jour si vous le souhaitez.

 

A l’occasion d’un voyage en Italie je ne pouvais donc pas laisser passer l’occasion d’aller visiter ce qui aurait pu être mes appartements ! La place St Pierre était encombrée de bancs, de sonos, de labyrinthes pour filtrer la foule, de flics contrôlant les sacs comme dans les aéroports, de scanners bipant pour le moindre brumisateur d’eau rafraîchissante… Enfin, un véritable cauchemar ! Rien qui vous fasse regretter de ne pas être devenu pape !

2006-08-bestof-italie269.jpg

Par contre je suis allé faire un petit tour du côté de sa résidence d’été, CASTEL GANDOLFO,alors là, chapeau (ou mitre ou tiare si vous préférez !) : Une merveille !

2006-08-bestof-italie272.jpg

Imaginez un charmant petit village à l’italienne, avec des vieilles maisons aux volets mi-clos surplombant un extraordinaire lac de cratère aux eaux vertes, fascinantes, dans lesquelles se reflètent les ombres capricieuses des nuages ! Pas de statues grandioses, une simple église de style baroque, des ruelles où pendent les lessives de la famille comme dans n’importe quel quartier populaire de Naples, des Italiens qui parlent avec leurs mains mais aussi avec leur cœur. Le bonheur !

2006-08-bestof-italie260.jpg

 2006-08-bestof-italie268.jpg

2006-08-bestof-italie267.jpg

Même si je peux le regretter je ne pourrai donc pas non plus venir en villégiature dans le castel du pape, au sommet du village !

2006 08 bestof italie273

Je me suis consolé en dégustant un énorme melon avec des tranches de jambon de Parme, sur une terrasse dominant le site. Dans le lointain, accroché sur le flanc opposé du volcan, on voyait un village (une ville m’a précisé la serveuse !). Un pic dominait à plusieurs centaines de mètres au-dessus du lac. 

2006-08-bestof-italie258-copie-1.jpg

Les parois étaient entièrement recouvertes de forêts d’un vert sombre, intense (à part les échancrures découpées par les villages). Ensuite je suis descendu jusqu’au lac par un sentier laborieux et j’ai trempé mes pieds dans l’eau du volcan. Elle était chaude, le sable, composé de cendres volcaniques et par l’usure des roches était noir. Une vraie journée bénie !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

 La Callas l'appelait "la voix incomparable". A vrai dire, on peut justement la comparer à la Callas, une Callas populaire, qui chante pour le peuple (tout en étant récupéré par les élites égyptiennes). Elle chante l'amour, la religion et la grandeur de la nation égyptienne, un cocktail qui ne peut qu'enthousiasmer le monde arabe !

Ce cocktail est exlosif, mais il ne faut pas le craindre, c'est un bienfait pour toutes les civilisations !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

Les îles coralliennes

DSCN5580.jpg


DSCN5584.jpg

Au large de Pattaya se trouvent plusieurs îles coralliennes. On y accède en 20 mn grâce à des vedettes rapides. Si vous pensez vous retrouver seul sur une île idyllique, vous avez tout faux car les îles attirent de nombreux touristes !

Malgré tout, si vous arrivez tôt le matin, vous vous prenez à rêver : l’eau est d’un bleu-vert incroyable, le sable est blanc et fin, les rochers aux couleurs rousses se mélangent harmonieusement à la végétation qui descend des montagnes, l’eau est chaude…oui, ce n’est pas un mythe… elle est claire et vous enveloppe de vagues de douceur… le paradis !

DSCN5589c.jpg

Je crois que le film « La plage »,  avec Di Caprio, se passe sur l’une de ses îles paradisiaques de Thaïlande : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=22696.html

DSCN5649.jpg

Le charme commence à être rompu vers 10 heures. Une nouvelle vedette débarque sur la plage un autre lot de touristes, puis un autre, et encore un autre… Bientôt la plage est pleine ! Alors le spectacle change de perspective. Le plus intéressant ne se passe plus vers la mer mais vers la côte. De nombreux petits commerçants, à la mode Thaï, passent vous proposer leurs services : location d’une chaise, d’une serviette, foulards, colifichets, boissons, mangeailles diverses, cocktails, et last but not least, des services plus spécialisés : coiffure à domicile sur votre chaise longue, pédicure, manucure, et les incontournables massages, etc…

DSCN5611.jpg

 

DSCN5623.jpg

L’inventivité commerciale des Thaïs est époustouflante ! En définitive le spectacle n’est pas sans intérêt. Si cela vous insupporte vous pouvez essayer de vous réfugier, à vos risques et périls, sur l’une des petites criques entourées de rochers et difficilement accessibles qui se trouve à proximité de la plage principale.

DSCN5594.jpg


 DSCN5607b.jpg 

Alors le corail me direz-vous ? On sait qu’il existe car on en trouve des petits bouts grisâtres sur la plage mais on est plus sûr d'en trouver dans les échoppes de Pattaya !

Le top du top à ne pas manquer, c’est la promenade en barque à fond de verre pour la visite des poissons du corail. On embarque dans une longue barque qui ne peut trop s’approcher de la plage alors les touristes, relevant leurs jupes ou leurs pantalons s’essaient à ce rude exercice : l’escalade d’un bateau qui roule et gîte dans les vagues. C’est un grand moment de comique loufoque et involontaire !... Une fois tout le monde installé, la barque fonce dans un grand bruit de moteur pétaradant, jusqu’au bout de la plage, à quelques centaines de mètres de là, puis elle fait du stand-by dans les vagues dans un endroit où, théoriquement, les poissons multicolores doivent abonder. Tout le monde écarquille les yeux… en vain… on a dû oublier de prévenir les poissons. On ne voit même pas une écaille !

DSCN5630.jpg

Par contre, le spectacle de ces deux rangées de gogos en train de contempler leurs pieds dans une barque brinquebalante vaut le déplacement. C’est un très grand moment de tourisme !... Le retour à la plage mérite également ses quatre étoiles : tous les passagers sont jetés en hâte sur le sable car il faut faire vite pour faire monter une deuxième fournée ! Et tout le monde se retrouve de nouveau trempé, pataugeant dans l’eau, jupes et pantalons retroussés ! Les gogos ne sont pas que dans les rues chaudes de Pattaya, on en trouve aussi dans les eaux chaudes du lagon !... 

DSCN5625.jpg

 

DSCN5621.jpg

Pour le repas du midi, je vous recommande la soupe à la casserole en aluminium cabossé : la soupière est un chef-d’œuvre, et les moules sont vertes (comme les eaux du lagon) !

DSCN5655.jpg

...Mais j’aime mes semblables et j’éprouve autant de plaisir à les contempler qu’à contempler la nature, alors je peux dire : Hmmm…ouais…oui… ok…c’est une sacrée bonne journée !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

Pattaya est une grande station balnéaire, lancée, pendant la guerre du Vietnam, par les GI’s américains dans les années 60.

DSCN5546.jpg

C’est devenu une grande ville réputée pour ses loisirs en tout genre, mais surtout tout ce qui tourne autour du commerce du sexe.

DSCN5559-copie-1.jpg

Après les campagnes d’opinion contre le tourisme pédophile, les autorités thaïlandaises semblent avoir mis un peu d’ordre. On ne remarque plus de prostitués enfants. On me dit que ce commerce se serait déplacé vers les pays voisins. Par contre, le soir venu, les rues chaudes de Pattaya sont remplies de prostitué(e)s, hommes et femmes qui vous attendent en se trémoussant vaguement dans les « gogo-bars ». Oui, c’est le terme… gogo-bars où les gogo-girls et les gogo-boys font tout pour attirer le client.

DSCN5563.jpg

Elles (ils) se contentent parfois de l’inciter à consommer le plus possible mais surtout de se diriger vers un petit hôtel « short time » pour une passe. Au passage, le gogo-bar prend sa commission, l’hôtel également et le ou la prostitué(e) empoche le reste. Tout cela semble bien roder, avec quelques arnaques et coups fourrés à la clef ! Les temps évoluent et les rues chaudes de Pattaya semblent s’assagir un peu. Certains gogo-bars se reconvertissent en lieu de spectacle sexy, genre « crazy horse », d’autres mettent en avant des spectacles de boxe thaï. Mais l’essentiel était , il y a quelques années, l’industrie du sexe.

DSCN5557.jpg

On y trouve également un peu partout des salons de massage, vrais massages « médicaux » mais surtout des massages plus ou moins spéciaux. Pour améliorer leur réputation, les thaïlandais proposent de plus en plus des massages « antistress » :  massages des pieds, du visage,… 

DSCN5560.jpg

Les prostitué(e)s viennent des régions les plus pauvres du pays (près des frontières du Laos et du Cambodge). Leurs gains permettent de faire vivre la famille restée au village. Il est fort probable que leur sort soit entre les mains de réseaux plus ou moins maffieux !

 DSCN5562b-copie-1.jpg

Il n’y a pas que le sexe à Pattaya. Pour ma part j’ai été très impressionné par les ateliers de copie d’œuvres d’art. Des peintres vous reproduisent un Goya, un Van Gogh ou tout simplement peignent votre portrait à partir d’une photo, en une nuit, pour une somme dérisoire ! 

Notre hôtel était situé à Jomtien, une des grandes plages de Pattaya. Plage étroite, adossée à la route, bruyante, une eau douteuse… tout ce que je déteste ! Elle est éclairée la nuit. Elle prend alors des couleurs irréelles.

DSCN5568.jpg 

Heureusement, on peut prendre le bateau pour une île de corail. Ce sera pour demain…

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

Sérénité et innovation à Sukhotai

DSCN4800.jpg

Jusque vers le XIII ème siècle la statuaire Thaï n’a fait que reproduire les styles des pays avoisinants. Lorsque SUKHOTAI devient la capitale du royaume un style original se développe. Bouddha est jusqu’alors exclusivement représenté couché, debout ou assis. Les artistes de Sukhotai vont oser de nouvelles représentations. C’est là que l’on trouve, en particulier, la célèbre statue du « Bouddha marchant ».

DSCN4865b.jpg

A vrai dire la marche ne semble pas très souple et élastique, mais il n’est plus figé, il marche ! En divers endroits de cet immense parc on rencontre également des statues qui « marchent », qui bougent, qui ondulent et cela ne trouble pas la sérénité des lieux, bien au contraire !...

DSCN4847.jpg

 

DSCN4838.jpg

  Le grand Bouddha debout est également caractéristique du style de cette époque.

DSCN4850-copie-1.jpg

 

DSCN4852.jpg

Le corps, les expressions sont stylisés, le sourire est paisible et accueillant, invitant à un retour sur soi. Les bras et les doigts sont curieusement allongés ainsi que les lobes des oreilles. Cela correspond à des normes esthétiques très strictes imposées aux artistes (par exemple, les lobes des oreilles allongés rappellent l'origine princière de Bouddha qui portait de lourdes boucles avant d'atteindre l'illumination)

 Un Bouddha assis, monumental, entre ses deux rangées de colonnes, attire également le regard. Il est assis en position du lotus, calme, élégant… une invitation à renoncer aux futilités du monde ou plus précisément au cycle sans fin du désir, mais aussi une invitation à contempler la beauté…

DSCN4828-copie-1.jpg

Alentour, le parc est occupé par de vastes pièces d’eau parsemées de nénuphars...

DSCN4801.jpg

De l’ensemble se dégage une grande impression de sérénité et d’harmonie (troublée de temps à autre par des marchands de colifichets qui vous harcèlent sur leurs deux roues pétaradants...).

DSCN4803.jpg


DSCN4805.jpg

Un lieu à ne pas manquer quand on va en Thaïlande. L’inverse des grandes stations touristiques comme Pattaya dont nous parlerons demain !

DSCN4867.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

Le bouddhisme à la mode thaïlandaise

DSCN5005.jpg

Autrefois, pour amadouer les dieux, il fallait des sacrifices de sang, aujourd’hui, les temps sont moins rudes et les divinités se contentent de prières et d’encens. Je sais, Je sais… Quelques islamistes assoiffés de haine et de pouvoir n’ont toujours pas compris que les temps ont changé !... Bouddha à la mode thaïlandaise est beaucoup plus pacifique et pragmatique : il aime ce que tout le monde aime dans le pays : l’argent, l'argent sous toutes ses formes ! Sous forme de bons vieux billets que l’on tient dans ses mains, que l’on déroule et que l'on entasse…

DSCN4592.jpg 

Ou l’or, sous forme de feuilles millimétriques que l’on applique d’un geste délicat directement sur la statue.

DSCN4513.jpg

Cela donne aux Bouddhas un petit air de peau qui pèle après un coup de soleil. C’est du plus bel effet ! On reconnaît les maladroits à l’or qui reste collé sur leur pouce plutôt que sur la statue. C’est, hélas, ce qui m’est arrivé malgré les leçons expertes d’une dévote Thaïlandaise.

DSCN4078.jpg

On peut tout demander à Bouddha : aussi bien de gagner au jeu que de gagner des "mérites" pour une meilleure réincarnation... On peut aussi tout lui offrir : des fleurs : c’est simple, c’est frais et ça fait toujours plaisir !

Mais on peut faire des offrandes bien plus surprenantes. Par exemple : des nounours, des petits lapins en peluche, des chats…

DSCN4566.jpg

Un petit Bouddha miniature…

DSCN4548.jpg

L’offrande que je préfère, c’est un petit cochon minuscule qui tient sur l’ongle de la statue !

DSCN4562.jpg

Si l’on n’a rien à offrir à Bouddha, on peut tout de même lui proposer un bout d’étoffe, une étoffe jaune. Il s’allonge à même le sol, s’en recouvre et s’endort paisiblement…

DSCN4570.jpg

Bouddha n’est pas difficile. Il est même plutôt bienveillant et il semble toujours vous sourire d’un petit air narquois comme s’il nous disait : « Tu sais tout ça n’est pas sérieux… la vie, les emmerdes d'ici-bas, le stress au boulot… détends-toi…cool … sois Zen ! » Brave Bouddha, qui ne se prend même pas pour un Dieu !

Les moines essaient de faire comme Bouddha : un bout d’étoffe orange et hop, les voilà partis, les mains dans les poches !

DSCN4681.jpg

Façon de parler parce qu’ils n’ont même pas de poches. Ils n’en ont pas besoin, ils ne possèdent rien ! Ils vivent de mendicité. Le matin, on les voit se précipiter vers les bonnes maisons où la mendicité est bien récompensée… Conseil : si vous êtes une femme, ne donnez pas d’offrande directement à un moine. Ils ne sont pas de bois et pour éviter de tomber dans la concupiscence ils vous demanderont de la faire transiter par les mains d’un homme !

Ceci dit et sans plaisanter, le bouddhisme en Thaïlande est très vivant et respecté. Il se réclame de la tradition Theravada (petit véhicule). Il ne reconnaît aucun dieu et n'a donc pas besoin de clergé. Il s'appuie sur la responsabilité individuelle et il encourage l'abstension et le détachement. Les moines sont nombreux (250 000 hommes) et soumis à des obligations strictes. Un tiers d'entre eux est constitué de religieux "occasionnels" qui accomplissent une sorte de retraite qui vient interrompre pour un temps plus ou moins long, leur activité professionnelle.

DSCN4900b.jpg

...Ainsi deux mondes peuvent se croiser dans la rue : le jeune moine dans le dénuement, très "zen" et la femme d’affaire thaïlandaise surbookée qui téléphone au volant de sa voiture…

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

L’écrivain français à succès, Michel Houellebecq a écrit un roman en 2001, « Plateforme », dont l’action se passe en Thaïlande, dans le milieu du tourisme. Ce roman a connu, comme le dit la critique « un immense succès : près de 300 000 exemplaire vendus » ! Il a été également l’occasion d’un « scandale » médiatique (je dirais plutôt de publicité médiatique tapageuse) lors de sa sortie. Quatorze d’heures d’avion, voilà une bonne raison de se plonger dans « cet évènement littéraire à la française ».

Houellebecq met en scène un personnage qui n’aime pas les autres, qui n’aime pas la vie et qui ne s’aime pas lui-même ! Le héros, prénommé Michel, comme l’auteur, parle à la première personne. Il me fait penser aux personnages de Céline avec moins de verve et sans l’inventivité verbale époustouflante de ce dernier. Parfois, ses réflexions méprisantes sur l’humanité évoquent celles que Frédéric DARD met dans la bouche de son personnage récurrent : San Antonio. Frédéric DARD avait un regard décapant et désabusé sur ses compatriotes, en premier lieu sur ses deux inénarrables collaborateurs : Pinaud (simple inspecteur) et Bérurier (grand gaffeur devant l’éternel). Cependant on sentait dans les réflexions désabusées de Frédéric DARD/ San ANTONIO, de la chaleur humaine, de l’affection et même de la compassion pour ses contemporains. Ce n’est pas le cas pour Houellebecq. Le rapport est froid, le constat est distant et cynique. L’ouvrage commence par des réflexions sur la mort du père du narrateur : « T’as eu des gosses, mon con…me dis-je avec entrain ; t’a fourré ta grosse bite dans la chatte de ma mère. » Le ton est donné et il en sera ainsi pendant la première moitié du livre. Houellebecq décrit des touristes abroutis qui vont visiter un pays d’abroutis avant de revenir à leur vie d’abroutis ! Il excelle à décrire l’abrouti qui est parfois en nous (et qu’il semble très bien connaître en lui). On a envie de lui dire, oui, il nous arrive d’être des abroutis, mais pas tous les jours et pas tout le temps !... Mais pour lui et la plupart de ses personnages, c’est une occupation à temps complet !

 plateforme02.jpg

 

 

Ses descriptions ont souvent le souci du détail chiffré qui ne présente aucun intérêt. Cela me fait parfois penser à la façon particulière de voir le monde de personnes atteintes du syndrome d’Asperger (une forme d'autisme avec un bon fonctionnement intellectuel mais une grande difficulté à comprendre les relations humaines). Un Asperger triste qui aurait du mal à comprendre les autres et qui se cantonnerait à ce qui ne présente pas de risque d’erreur psychologique : les chiffres et les citations plaquées d’auteurs soi-disant compétents. (par exemple sur l’analyse des processus d’achat avec explication de plusieurs modèles dont on n’a, à vrai dire, rien à faire dans un roman !)

Michel le héros de Houellebecq, parle souvent de sexe. La seule chose qui l’intéresse un peu. Il en parle d’une manière mécanique, crue, dépourvue de sentiments. En définitive on pourrait penser qu’il n’est rattaché à la vie que par un petit bout de chair : son pénis  et ce n’est que, rendu à la 140 ème page, que l’on entrevoit que cela va peut-être le sauver ? C’est en effet l’histoire d’une rédemption (ou tout du moins du retour dans le monde des vivants ayant des sentiments) par le sexe. Il est aimé, -bien malgré lui- (l’auteur ne nous explique pas par quel miracle une belle femme intelligente peut s’attacher à ce personnage sans intérêt qu’est son héros), il aime et il est comblé sexuellement. Il a alors la révélation que « le bonheur existe » et que la vie lui offre peut-être une seconde chance !  

plateforme01.jpg

 Suivent alors de longues descriptions sur le fonctionnement économique et financier de la société de tourisme où travaille sa nouvelle compagne. Ces considérations sont souvent intéressantes bien que parfois un peu ennuyeuses. Elles sont pimentées de nombreuses scènes de sexe (ou prévaut un point de vue essentiellement masculin) qui, il y a quelques dizaines d’années auraient fait classer le bouquin dans les rayons érotiques.

Quoi qu’il en soit cette relation sexuelle réussie, rapproche Michel, de la vraie vie. Il commence à se dégeler, des sentiments apparaissent, un peu de chaleur humaine,… Cela va-t-il s’étendre au reste de sa vie ? Voilà effectivement une question intéressante. Je ne vous donne pas la réponse cela désamorcerait votre envie de lire le livre… Je vous précise seulement qu’il se termine en Thaïlande sur l’une des plages paradisiaques du Sud.

Signalons toutefois que Houellebecq fait une description plutôt idyllique de la prostitution en Thaïlande qui montre une méconnaissance du sort des femmes en Thaïlande (voir ma rubrique d’hier)

Michel-Houellebecq_scalewidth_630.jpg

Houellebecq est l’un des romanciers français des plus réputés. C’est l’un des rares qui soit connu à l’étranger. « Plateforme » est-il un grand roman ? Le thème de la rédemption par l’amour est un grand thème même s’il est traité ici d’une façon réductrice, en ramenant l’amour essentiellement au sexe. L’auteur a du talent, il s’est creusé la tête pour inventer une intrigue, il a essayé de faire sentir la psychologie de son personnage par de longues (et parfois ennuyeuses) descriptions d’ambiance suivant un procédé très Balzacien. L’ensemble tient assez bien la route à part une invraissemblance du récit : la façon dont Valérie tombe amoureuse de Michel. Si vous avez quelques heures d’avion et que vous allez en Thaïlande ce n’est pas un mauvais choix de lecture.

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

Femmes de Thaïlande entre modernité et tradition 

DSCN4104.jpg

Elles ne portent pas de voile, elles ont souvent un beau sourire et des traits harmonieux… mais leur sort n'est pas toujours enviable ! 52% de la population active est féminine et la bonne marche du pays repose beaucoup sur elles ! Mieux, 48% des cadres et dirigeants d’entreprises sont des femmes.

DSCN4726b.jpg

DSCN4629.jpg

DSCN4813.jpg

DSCN4624b.jpg

      Ce statut particulier de la femme au travail est assez répandu dans les pays de riziculture dont la religion dominante est le bouddhisme. (La riziculture est, traditionnellement un travail plus féminin que l’élevage ou la culture du blé qui engendrent des sociétés patriarcales). En ville, elles font les mêmes métiers que les hommes, mais le soir elles sont seules à s’occuper du repas et des enfants. Il est vrai que beaucoup d’hommes (mais également des femmes) font un second métier pour arrondir les fins de mois ! - Dans les campagnes, le travail des champs repose beaucoup sur elles. En Thaïlande tout le monde travaille, mais surtout les femmes me dit la guide ! 

DSCN4623.jpg

 

DSCN5472b.jpg

Les mariages sont encore souvent arrangés, y compris en ville. La dot que le prétendant doit présenter pour « acquérir » sa femme est très importante ! Dans ce genre de mariage, l’épouse doit s’installer chez ses beaux-parents qui se chargent de veiller sur sa vertu. La société thaïlandaise est plutôt matriarcale, mais cela n’empêche pas un machisme très réactionnaire de régner à l’intérieur de la famille ! 

Les mariages se font tardivement (vers l’âge de 30 ans) et la surveillance __

sur les « bonnes mœurs » des filles est telle que l’homosexualité féminine est une réalité bien présente. Après le mariage (arrangé) la « respectabilité » des femmes reste un souci majeur. On tolère, par contre très facilement les aventures du mari. Les femmes de « basses conditions » sont moins surveillées. On tolère qu’elles aient ainsi une certaines liberté sexuelle et qu’elles s’adonnent également, pour 150 000 d’entre elles, à la prostitution. Des changements sont perceptibles en ville, les femmes accèdent au droit au divorce de fait, utilisent la contraception… Internet qui est un des éléments moteur de la mondialisation, leur apprend beaucoup de choses... Les hommes acceptent mal cette nouvelle répartition des pouvoirs dans le couple et dans la société et ont tendance à abandonner leur épouse à la naissance du premier enfant puis de recréer divers nouveaux foyers sans consistance. Ils ont également recours à la prostitution (qui n'a pas été inventée pour les touristes).

DSCN4619.jpg

C’est l’ancienne tradition du soutien familial matriarcal (des parents, même très éloignés, peuvent recueillir un enfant qui a besoin de soutien) qui sauve la société thaïlandaise. 

 Les changements sont chaotiques, mais c’est une société qui évolue et dont les structures ne craquent pas (comme on aurait pu s'y attendre après le krach financier catastrophique de 1997).

Quoiqu’il en soit le sort des femmes et des enfants en Thaïlande me paraît plus enviable que dans la plupart des pays arabes ou musulmans !...

 

DSCN4622.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #THAILANDE

Danses traditionnelles :

DSCN4479b.jpg

Je ne suis pas friand de ces spectacles folkloriques que les Tour operators proposent dans les divers pays que l’on visite. La nourriture y est moyenne, le temps minuté, le formatage pour le goût des touristes tellement prégnant que les vraies traditions ont tendance à s’y diluer !

DSCN4487b.jpg

Celui-ci semble de prime abord ne pas échapper à la règle, puis, surprise, les danseurs arrivent et la grâce commence alors à régner sur scène. Princes et princesses évoluent  dans des habits étincelants mêlant les tons or et rouges symboles de pouvoir, de puissance, de gloire et drame.

DSCN4489b.jpg

Par certains côtés ils me font penser à L’habit de lumière des matadors.

DSCN4487c.jpg

Les attitudes et les gestes en dissymétrie surprennent le regard, le font sortir de son cadre habituel comme dans les meilleurs ballets de Maurice Béjart. Les doigts sont tirés en arrière et maintenus en hyper extension.

DSCN4498b-copie-1.jpg

 Leur tension est source d’un contraste saisissant avec l’expression paisible, détendue,accueillante exprimée par le visage. Les yeux sont grands ouverts, comme pour la séduction ou l’hypnose et vous invitent à vous absorber en eux…

DSCN4497c.jpg

Comme d’habitude ces danses mettent en scène des dieux, déesses, amours, vengeances, réconciliation,…rien de nouveau sous le soleil ou sous les spots des projecteurs !

DSCN4500.jpg

 L’ensemble n’est pas seulement charmant, il touche quelque chose de profondément humain : fascination, guerre, amour, batailles… Ces danses traditionnelles cherchent à nous charmer et à nous leurrer. Elles nous rappellent, avec élégance que tout n’est qu’apparence, mais il est bon parfois de se laisser leurrer par les apparences !....

DSCN4477.jpg 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog