Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

 Le "Voyage de Nantes" est une façon de faire visiter Nantes en installant dans divers lieux des objets insolites, le tout étant relié par un fil rose, tracé au sol, qui facilite le parcours. 

Les objets sont qualifiés du terme d'oeuvre d'art. Le mot est exagéré. Il s'agit seulement d'une façon, plus ou moins astucieuse ou inventive, d'attirer l'attention des "voyageurs", de les inciter à marcher à travers la ville en ayant un but, ce qui n'est déjà pas mal !

 Un bon exemple en est la fausse montagne à escalader au milieu de la place royale : le "mont Royal" qui est, tout bonnement, un mur d'escalade avec le sommet peint en blanc ! Bonne idée pour animer la ville mais ce n'est pas plus une oeuvre d'art que le mur d'escalade de Pornic qui part du sable de la plage pour arriver à la corniche !....

photo-45-4398.jpg

photo-45-4331.jpg

photo-45-4333.jpg

L'opéra de Nantes n'a pas le prestige de l'opéra Garnier à Paris et encore moins de la Fenice à Venise. Il ne peut accueillir que 400 spectateurs, un nombre sans doute suffisant pour la bourgeoisie nantaise du XIXe siècle !

La vieille place Graslin est organisée autour de lui. Elle va être rénovée en 2013.

photo-45-4405.jpg

Ses fauteuils sont d'un beau bleu pâle assez inhabituel. Son plafond est remarquable.

photo-45-4399.jpg

photo-45-4400.jpg

C'est une halte bienfaisante et fraîche pour le voyageur qui arpente les rues de la ville depuis quelques heures. Asseyez-vous confortablement dans un fauteuil au velours bleu ciel, fermez les yeux et écoutez les airs d'opéra qui sont diffusés en continu !...

photo-45-4401.jpg

photo-45-4403.jpg

photo-45-4404.jpg


 Vous êtes invités au vernissage de Monique DEHAIS-DUTEURTE et Alain BARRE, le mardi 14 août, à la BERNERIE.

affiche-expo-barre-dehais.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

 La cathédrale de Nantes a connu bien des vicissitudes depuis la pose de la première pierre en 1434, la dernière date du 28 janvier 1972 quand un plombier, travaillant dans les combles, laissa son chalumeau allumé à la pose de midi !...

photo-45-4365.jpg

Le peintre Edmond BERTREUX a immortalisé ce moment dramatique dans un tableau accroché dans une allée latérale.

photo-45-4384.jpg

Le tombeau de François II et de son épouse est l'un des éléments les plus remarquables de cette cathédrale. Il a été terminé en 1507 par le sculpteur Michel Colombe alors âgé de plus de 70 ans !

photo-45-4385.jpg

photo-45-4386.jpg

Le tombeau est entouré de 4 statues de femmes qui représentent la Force, la prudence, la tempérance et la justice.

La Force... Rien à en dire, sinon qu'elle est tranquille (comme dans les cartes du tarot des imagiers du Moyen-Age)

photo-45-4390.jpg

P4300059.jpg

Le personnage figurant la Prudence est particulièrement saisissant. Il présente deux faces : celle d'une femme jeune du côté extérieur et celle d'un vieil homme du côté intérieur !...

photo-45-4393.jpg

Le tombeau ne représente pas que des figures humaines. On trouve aussi un lion, symbole traditionnel de pouvoir...

photo-45-4388-copie-1.jpg

et un chien qui symbolise peut-être la chasse ?

photo-45-4389.jpg

photo-45-4391.jpg


 Vous êtes invités au vernissage de Monique DEHAIS-DUTEURTE et Alain BARRE, le mardi 14 août, à la BERNERIE.

affiche-expo-barre-dehais.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

 Le carrousel de l'île de Nantes a été ouvert il y a un mois à peine. Il est installé près de la Loire, à proximité de la grue jaune, l'une des deux grues Titan qui restent sur le site.

photo-45-4370.jpg

De ses 43m de haut, la grue domine le carrousel qui ne paraît pas ridicule avec ses 25m !

photo-45-4447-copie-1.jpg

Cet étrange carrousel présente un monde marin fantastique peuplé d'animaux mécaniques. Ils sont disposés sur trois niveaux : les fonds marins, les abysses, et la surface des océans.

photo-45-4448.jpg

Calamar a rétropropulsion, crabe géant, raie manta, ... Tout pour faire rêver les petits et les grands (300 visiteurs maxi à la fois) ! 

photo-45-4451.jpg

photo-45-4452.jpg

photo-45-4453.jpg

Visite indispensable pour les lecteurs de 20 000 lieues sous les mers !....

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

 Le manège est construit dans le même style que l'éléphant et les autres machines : du bois, du cuivre, du cuir, de l'acier et un air délicieusement rétro !...

photo-44-4429.jpg

Le chapiteau est orné de sérigraphie rappelant les aventures des grands explorateurs du XIXe siècle.

photo-44-4430.jpg

Pas de Michey rigolard, ni de petits chevaux blancs pour le manège de l'île mais des oeuvres d'art originales. 

Une autruche à l'oeil inquiétant !

photo-44-4437.jpg

Un homme volant inspiré par le grand Léonard !

photo-45-4438.jpg

Un cheval licorne

photo-45-4440.jpg

photo-45-4441.jpg

Un caméléon

photo-45-4442.jpg

Une machine à vapeur

photo-45-4443.jpg

Bien d'autres merveilles et objets d'étonnement dans ce manège !...

photo-45-4445.jpg

En somme, un manège qui fait le bonheur des petits (une trentaine de places) et le ravissement de leurs parents !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

photo-44-4456.jpg

 Après la fermeture, en 1987, des chantiers navals de l'île de Nantes, la zone était devenue une friche industrielle. Il a fallu attendre la fin du siècle pour que de nouveaux projets surgissent et en fasse l'un des quartiers les plus dynamiques de la ville : Rénovation du "Bâtiment des ateliers et chantiers de Nantes", restauration de deux grues géantes et du "Hangar à bananes" (l'ancien mûrissoir"), installation de nouvelles entreprises et construction d'immeubles d'habitation,...

photo-44-4457.jpg

photo-44-4369.jpg

Les "Machines de l'île" se sont installés dans les grandes nefs des chantiers, à l'initiative de la compagnie Royal Deluxe et ont commencé à fabriquer des automates inspirés de Jules Verne et de leonard de Vinci. L'une des productions les plus spectaculaires est l'éléphant articulé.

photo-44-4419.jpg

photo-44-4412.jpg

photo-44-4413.jpg

photo-44-4414.jpg

photo-44-4417.jpg

La trompe bouge et crache de l'eau, les pattes se déroulent et se posent avec délicatesse sur le sol, pour la plus grande joie et l'étonnement des passagers sur la nacelle et des spectateurs au sol !...

photo-44-4422.jpg

photo-44-4423.jpg

photo-44-4424.jpg

photo-44-4426.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC

 La plage de la Boutinardière borde la baie de Bourgneuf et précède de peu la station de la Bernerie.

DSC01667.jpg

De hautes falaises de roche schisteuse la borde jusqu'à une échancrure qui ouvre l'accès à la plage.

DSC01699

Après cette échancrure les falaises se prolongent par des roches argileuses et friables qui prennent de jolies couleurs dorées au soleil couchant. Passé la Bernerie, calme plat : le fond de la baie, constitué de dépôts alluvionnaires de la LOIRE est comme une mer verte sans ride !...

Cette zone alluvionnaire, aux eaux souvent troubles, est propice à l'ostréiculture (ils sont autour de 150 professionnels)...

DSC01674.jpg

...et aux pêcheries, ces monuments grâcieux et fragiles - construits obligatoirement en bois - élevés face aux tempêtes de l'océan !

DSC01672.jpg

DSC01676.jpg

DSC01679.jpg

A marée basse, les filets sont en bernes, mais leur trame produit de jolis effets sur le fond du ciel bleu !...

DSC01691.jpg

DSC01688b.jpg

DSC01694b.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS

 L'humidité du mois de juillet a profité aux ACANTHES dont les fleurs, maintenant se fânent et vivent leurs dernières splendeurs !

_DSC_2484.jpg

_DSC_2485.jpg

_DSC_2485c.jpg

-DSC_9896.jpg

_DSC_2488.jpg

Le nom de l'acanthe signifie "fleur piquante" en grec ancien. Il évoque également, dans la mythologie, le nom d'une nymphe rebelle que le dieu du soleil, lui-même, Apollon, essaya d'enlever. Elle lui griffa le visage !....

La mythologie a du vrai, attention à l'acanthe, qui s'y frotte s'y pique !

_DSC_2496.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

 Honfleur est un port et une station balnéaire de la côte normande dont la renommée dépasse largement les frontières de l'hexagone. Sa situation sur l'estuaire de la Seine en a fait un port important dès le XIe siècle. elle a été fréquentée par de nombreux artistes parmi lesquels on peut citer les peintres COURBET, JONGKIND, BOUDIN et MONET, les écrivains Charles BAUDELAIRE et Alphonse ALLAIS, le musicien Eric SATIE... 

honfleur.jpg

Au XVIIe siècle, Colbert donne l'ordre de construire un bassin à flôt, appelé aujourd'hui "le vieux bassin", devenu la principale attraction touristique de cette ville de 9000 habitants.

photo-44-1985.jpg

Sur le quai Sainte Catheriene s'aligne une imposante rangée de maisons étroites et toutes en hauteur. Elles doivent cette particularité à leur édifications sur la contrescarpe des anciens fossés de la ville.

photo-44-1913.jpg

photo-44-1917.jpg

photo-44-1924.jpg

photo-44-1928.jpg

On comprend que ce vieux bassin avec les reflets de ces hautes demeures qui se reflètent dans l'eau soit devenu un lieu de prédilection pour les peintres et les touristes ! Les commerçants ne s'y trompent pas et toute la partie basse du quai Sainte Catherine est occupée par des restaurants, cafés,..

photo-44-1941.jpg

A l'entrée du quai se dresse la "lieutenance", bâtiment qui servait de logement au lieutenant du roi.

photo-44-1939.jpg

A côté de la lieutenance, un vieux gréement restauré et un manège 1900, ajoutent leurs touches de couleur...

photo-44-1946.jpg

Derrière le quai se situent la place et l'église Sainte Catherine datées du XVe siècle.

photo-44-1953.jpg

photo-44-1956.jpg

Le clocher est séparé de l'église car la structure en bois de celle-ci n'aurait pû supporter le poids des cloches !

photo-44-1958.jpg

Bien d'autres sites méritent la visite à Honfleur et l'on peut y passer sa journée entre lieux pittoresques, musées et terrasses de café !

photo-44-1907.jpg

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Lectures - cinéma - citations -...

 Denise LEBRUN qui a voyagé dans la Chine des année 70 et qui a réfléchi sur les méfaits de la révolution culturelle dans ce pays mais aussi en France, me fait part d'une note de lecture sur le livre de ZHU XIAO-MEI, aujourd'hui pianiste internationale, sur son parcours "Des camps de Mao à Jean Sébastien Bach : Le destin d’une femme d’exception."


Ce livre de Zhu Xiao- Mei, La rivière et son secret, est autobiographique. L’écriture n’est pas le moyen habituel d’expression de cette artiste. Elle est pianiste et témoigne dans son ouvrage sorti en 2007 de son incroyable parcours pour sortir des camps de Mao et retrouver la musique et la liberté.

 Elle est née en 1949 dans une famille d’intellectuels cultivés. Son père était médecin. Elle est donc d’une famille de « mauvaise origine ». C’est une tare d’autant plus grande qu’elle a des dons précoces pour la musique décadente, celle de Mozart, Schumann, Bach.

Elle connaîtra, comme ses parents et ses quatre soeurs, l’exil dans les camps de rééducation aux quatre coins de la Chine.

 En 1960 elle est admise au conservatoire de Pékin. C'est l’époque du « Grand bond en avant » lancé par le Président Mao en 1957 qui tourne au désastre ; 20 millions de chinois, au moins, mourront de faim.

Au conservatoire le rythme de travail est épuisant, l’ambiance est faite de suspicions et de contrôle mutuel. Un soir, avec 3 autres camarades, à la veille d’un premier récital, pour s’amuser, elles sortent à l’extérieur, grimpent sur le toit d’un bâtiment et Xiao-Mei lance : " si je sautais ?"

L’escapade a eu un témoin, le gardien et une camarade l’a dénoncée. Elle a été accusée d’avoir voulu se suicider. Le suicide est un acte de rébellion très mal vu par le régime. Cet incident, avec d’autres a même été relaté dans un courrier d’une élève zélée au Président Mao et qui est revenue annotée de sa main.

zhu-Xiao-Mei.jpg

(Zhu Xiao-Mei aux Folles journées de Nantes en 2009)

Par la suite elle sera isolée et devra faire une autocritique publique. Nous sommes en 1963, période de mouvements et de changements qui annoncent la révolution culturelle. Les étudiants du conservatoire vont travailler à la campagne pour changer leur mentalité en profondeur, aider les paysans, pratiquer leur art à leur service.

Xiao-Mei est jeune, elle veut devenir une bonne révolutionnaire, elle adhère et participe au système et à son idéologie. Elle prend de la distance à l’égard de sa famille. Elle devient ingrate à l’égard de ses parents à qui elle reproche de ne jamais pouvoir devenir de bons révolutionnaires. Elle est convaincue que la Chine nouvelle ne peut se bâtir si les enfants de "mauvaise origine" ne renient pas leurs parents.

riviere-et-son-secret.jpg

 

 En 1964 les étudiants passent leurs vacances dans une aciérie, au milieu des ouvriers et ce séjour a renforcé chez la jeune musicienne le sentiment de servir une mauvaise cause avec sa musique : la musique occidentale est réservée à une élite, la musique classique est bourgeoise, Beethoven était un égoïste, Bach a écrit toute sa vie pour l’église, Chopin était un sentimental, Debussy un idéaliste...

Désormais il faut jouer de la musique prolétarienne et aller jouer dans les campagnes, les usines et les camps militaires. Dans ce contexte qui est aussi celui de la publication du petit livre rouge, Xia- Mei fait de la surenchère, elle veut aller encore plus loin que les autres, elle souhaite changer de vie, arrêter le piano et devenir soldat.

petit-livre-rouge.jpg

Fin 64, après la publication du petit livre rouge et le début de la Révolution culturelle, le conservatoire devient un lieu sans musique !... Xiao-Mei raconte les horreurs, la violence, les sévices exercés par les gardes rouges à l’intérieur du conservatoire à cette époque.

 

En 1969, trois membres de sa famille sont envoyés en camp de rééducation, puis vient son tour !... Sur ordre de Madame Mao toutes les écoles artistiques de Pékin doivent être « rééduquées » et Xiao- Mei part dans une région à proximité de la Mongolie. Elle est affectée dans un camp militaire et non à la campagne. Elle changera plusieurs fois de camp et y restera 5 ans au total ! Elle réussit à « fuguer » une ou deux fois pour rendre visite à sa famille à Pékin et, chose extraordinaire, avec la complicité de sa mère, elle parvient à faire venir le piano de famille dans son camp proche de la Mongolie. En captivité, c’est d’abord grâce à l'accordéon que l'intérêt pour la musique, qu’elle croyait enfouie sous sa nouvelle personnalité de bonne révolutionnaire, s'est réveillée.

 

En 1974 elle regagne Pékin, elle est affectée comme professeur de piano dans une petite ville sans intérêt à proximité de la capitale. Elle refuse cette affectation et réussira plus tard le concours d’entrée au conservatoire de Pékin, examen basé sur les compétences et les aptitudes et non plus sur les origines familiales ou des critères politiques.

Elle se retrouve libre mais pleine d’angoisse et d’amertume. Elle pense à l’affection qu’elle n’a pas donnée aux siens, à sa grand-mère qui est morte seule, à son père qu’elle a soupçonné d’être un espion. A la musique qu’elle n’a pas jouée, à la dignité dont on l’a privée, aux actes qu’elle a commis

rivière et son secret

En 1976 Mao meurt, les tensions politiques sont vives. Il y a d’un côté Hua Guofeng et de l’autre la bande des quatre et en particulier Madame Mao. Mais c’est aussi une période d’ouverture et de réformes.

Pour elle la visite en Chine d’Isaac Stern, célèbre violoniste, marque un tournant. Elle rêve d’étudier la musique occidentale et elle comprend avec cette visite que, pour peu qu’ils disposent d’un parrainage, les musiciens chinois auront la possibilité d’aller étudier à l’étranger. Elle veut donc partir aux Etats-unis. La direction du conservatoire tente de l'en dissuader. Elle s’obstine. Avec des enfants de dignitaires du régime bien placés qui préparent des projets semblables et à qui on ose rien refuser, elle obtient la possibilité de sortir du pays. Dans l’avion qui la conduit à Los-Angeles elle découvre Lao-tseu, grand philosophe chinois.

Lao_tseu.jpg

Son parcours aux Etats Unis est semé d’embûches, de petits boulots mais aussi de bonnes rencontres, d’une admission au « New England Conservatory » à Boston. Elle aurait certainement pu y faire carrière mais elle pense à Paris. Lorsqu’elle était enfant sa mère lui parlait du Louvre, le plus beau musée du monde lui disait elle. Et puis il y avait l’Art de Rodin, un livre acheté en échange de deux années de leçons, de piano, gratuites. Ses amis trouvent ce projet ridicule mais en 1984 elle arrive à Paris.

baiser-rodin.jpg

A l’âge de 40 ans elle est enfin une pianiste virtuose reconnue, elle vit à Paris, retourne en Chine de temps en temps.

Elle souhaite que la lecture de son livre donne envie d’écouter, de réécouter Bach, de lire ou de relire Lao-tseu le grand philosophe chinois. Car ces deux sages se ressemblent et les deux cultures, chinoise et occidentale se rejoignent en eux

  

En guise de conclusion, ce témoignage est très émouvant d’autant plus qu’il évoque une expérience humaine et une expérience politique, celle de la Chine communiste, la période de la révolution culturelle qui a eu un retentissement international et pour laquelle nous avions de la sympathie dans les années 1970 en France.

Xiao-Mei, personnalité sensible a elle aussi adhéré au système orchestré par un régime politique, le communisme et un homme, Mao. Elle aurait pu être broyée totalement par la révolution culturelle. Elle a subi de profonds traumatismes, elle le dit, la révolution culturelle et toute la politique du régime ont créé chez elle un handicap psychologique destructeur.

Je ne me souviens plus ce qui a déclenché une prise de conscience chez elle, peut être l’évolution générale du pays après la mort de Mao, mais l'essentiel au fond, est que dans les situations les plus tragiques, l’homme garde la possibilité de survivre aux pires horreurs, de se dépasser et de donner le meilleur de lui-même.


Peut on parler d’une situation de résilience ? Xiao- Mei a la passion de la musique, un langage universel qui permet la communication au delà des différences de cultures, de pays, de nationalités. Elle a eu aussi la chance de faire de bonnes rencontres, en Chine, en Amérique, en Europe et ailleurs.

 Un livre à lire pour ceux qui veulent mieux comprendre la Chine d'aujourd'hui à travers son passé récent et pour le destin extraordinaire et émouvant de cette grande pianiste : Zhu Xiao-Mei !

 

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC

 Grand succès, hier soir, pour le concert  de la pianiste Zhu Xiao-Mei, organisé par l'ACAP. Salle comble  saisie par l'émotion pour une pianiste qui vous entraîne dans son monde et vous fait entendre une musique "qui vient de l'intérieur".

HAYND, SCHUMANN, BEETHOVEN, MOZART, BACH, revisités par LAO-TSEU et TCHOUANG-SEU ! Xiao-Mei essaie de s'effacer devant la musique, la laisser parler à travers elle pour ne plus laisser s'exprimer que l'esprit de ces grands maîtres.

photo-44-4217.jpg

Son jeu est tout en intériorité. Elle joue souvent les yeux fermés et dans une relative pénombre (ce qui ne facilite pas le travail du photographe !). Elle fait "le vide avant de jouer" et part en "quête du tempo qui permet tout à la fois de respirer, d'entendre toutes les beautés de la partition et de laisser la pensée se développer de manière naturelle."

photo-44-0008b.jpg

photo-44-4200.jpg

Pas d'effets spectaculaires dans on jeu, seulement le mouvement juste et juste quand il le faut ! "Les meilleurs pianistes, comme les meilleurs souverains sont ceux qui n'existent pas..."

photo-44-4220.jpg

Son interprétation essaie d'atteindre la sérénité et de nous amener à un "juste milieu". Elle précise dans son autobiographie, La rivière et son secret, que pour atteindre cet état "il ne s'agit pas de prendre une voie moyenne, qui soit une sorte de compromis par refus de choisir les extêmes, mais bien plus un point d'équilibre qui permet de faire ressortir toutes les composantes de l'oeuvre."

photo-44-7610.jpg

Xiao-Mei finit son concert comme elle l'a commencé, avec une grande simplicité. Elle salut avec une attitude empreinte d'un profond respect autant pour le public que pour l'âme des grands maîtres dont elle a joué la musique !...

photo-44-4266.jpg

photo-44-4299.jpg

Oui, vraiment, un beau concert qui a coloré par un peu de philosophie de la Chine éternelle les plus belles musiques de nos compositeurs occidentaux !

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog