Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
le héron

"Un jour, sur ses longs pieds, allait je ne sais où,
Le Héron au long bec emmanché d'un long cou.
Il côtoyait une rivière.
L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours..."

On se souvient peut-être de ce poème de La Fontaine que l'on apprenait, autrefois, quasi systématiquement à l'école....

le héron

Ils ne sont pas aussi fréquents que les aigrettes garzettes ou les grandes aigrettes, mais dans les marais des Moustiers on en rencontre asssez souvent sur les mêmes terrains de chasse !

 

 

le héron

Celui-ci arrive, d'un vol lent et majestueux, du fond de l'horizon et se perche au sommet d'un arbre d'où il observe la situation avant de choisir son lieu de pêche ....

le héron
le héron
le héron
le héron

Puis il descend sans hâte vers l'eau saumâtre....

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Les petites roses oubliées

Les petites roses oubliées
délaissées par le jardinier
par terre les ai ramassées
dans un petit vase les ai déposées
dans la pénombre on les voit briller
comme un peu de chair rose illuminée….

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
Le JASMIN ETOILé

Le jasmin étoilé est en pleine floraison. C'est une liane assez envahissante qui monte à 4 ou 5 mètres de hauteur. Sa principale caractéristique est de dégager une odeur puissante et délicate, une merveille qui embaume les jours et encore plus les soirées d'été !...

Le JASMIN ETOILé
Le JASMIN ETOILé
Le JASMIN ETOILé

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Pornic
méduses

Les méduses sont peu fréquentes dans les eaux de pornic. Elles sont là depuis quelques jours....

méduses
méduses

Elles sont plus fréquentes qu'autrefois disent certains, ce qui serait à mettre en rapport avec la surpêche des thons, des sardines, harengs, anchois qui en sont les prédateurs naturels et, peut-être, au déversement des phosphates et nitrates agricoles dans la mer....

méduses

S'il n'est pas prudent de les fréquenter de trop près, celles que l'on rencontre sur nos côtes ne présentent pas de danger majeur. Les "blanches" sont les moins urticantes, les rayées le sont un peu plus. Il ne faut surtout pas se laver à l'eau douce après un contact avec une méduse, mais plutôt utiliser l'eau de mer et si des filaments restent sur la peau, les retirer avec un linge (ou à la rigueur avec du sable) mais pas avec les doigts (qui seraient affectés dans ce cas). Sur la plage, certains ont utilisé les moyens du bord avec bonheur : crème solaire pour enrober les capsules urticantes puis couverture rigide d'un livre ou d'une revue pour racler ou même carte de crédit !

Cela ne doit pas nous empêcher d'admirer ces étranges animaux venus du fond des âges....

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Je vois les hommes et les femmes de ce monde

Je vois les hommes et les femmes de ce monde
Tous sont en lutte les uns contre les autres
Jusqu'au moment où sans avoir rien compris, ils meurent !...

Alors, juste un lopin de terre
Quatre pieds de large sur douze pieds de long...

Si jamais vous parvenez à en sortir
Pour reprendre la lutte à nouveau
C'est juré promis
Je vous édifierai une statue !
(HANSHAN)

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
J’AI JETÉ MA MONTRE AUX ORTIES

J’AI JETÉ MA MONTRE AUX ORTIES
car les jours ne filent pas à la même vitesse
pour les autres que pour moi
et même pour moi, quand c’est midi
ce n’est pas toujours le douzième coup qui retentit !
j’ai jeté ma montre aux orties
car elle n’indiquait plus mon temps intérieur
celui qui s’écoule avec légèreté, comme en apesanteur
Non pas le ridicule calcul
soumis aux diktat d'une formule
D’une montre ou d’une pendule
j’ai jeté ma montre aux orties
car les jours ne filent pas à la même vitesse.....

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
Han Shan, moine ZEN et poète (21)

Je vois les hommes et les femmes de ce monde

Tous sont en lutte les uns contre les autres
Jusqu'au moment où sans avoir rien compris, ils meurent !...

Alors, juste un lopin de terre
Quatre pieds de large sur douze pieds de long...

Si jamais vous parvenez à en sortir
Pour reprendre la lutte à nouveau
C'est juré promis
Je vous édifierai une statue !

 

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Cocher, emmène-moi au Casino ! J'ai envie de...

Cocher, emmène-moi au Casino ! J'ai envie de tenter ma chance aujourd’hui et de boire un verre en bonne compagnie !
Fouette, cocher !

Voir les commentaires

Publié le par alainbarresfr@sfr.fr
Publié dans : #HAN SHAN moine ZEN et poète
quand je regarde les hommes de ce monde
Paumés, complètement paumés, arpentant des chemins de poussière
Sans comprendre ce qu'ils sont en train de faire
Ni comment s'en sortir ?...

Combien ont-ils connus de jours fastes dans leur vie ?
Parents et amis ne sont près de nous qu'un court moment !

Je me dis que c'est un bonheur incomparable d'être pauvre et tout simplement assis sous un arbre !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
Vous qui ne vivez que dans l'instant présent, avides d'honneurs, de gloire ou d'argent, passez votre chemin, Han shan vous dit que les seuls biens incomparables et qui ne périssent pas, sont en vous et dans les relations que vous tissez. Pire, quand vous courrez en tout sens sous l'aiguillon de vos désirs, vous ne faites que vous éloigner du bonheur !... Posez donc un peu votre cul par terre et votre gros cerveau à côté et vous allez bientôt être illuminés !... Han Shan, reviens, ils sont devenus fous !....

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
HANSHAN, Poète CH'AN du 7e siècle en CHINE

HANSHAN, Poète CH'AN du 7e siècle en CHINE

Depuis longtemps, si longtemps j'avais envie d'aller sur les montagnes de l'Est
Depuis combien d'années ?...j'ai oublié !

Hier j'ai décidé d'y aller et je grimpe en m'agrippant aux lianes !
A mi-chemin je me trouve bloqué par la bise et le brouillard...

Le sentier est étroit, mon vêtement s'accroche
Dans la mousse spongieuse, la chaussure s'enfonce et n'avance pas
Difficile de continuer !
Je m'arrête alors sous un cannelier rouge
Je pose la tête sur un nuage blanc et je m'endors...
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
C'est notre nature d'avoir des désirs, des projets, mais est-il nécessaire de perdre sa vie pour la gagner ? Il faut savoir, parfois, poser sa tête sur un nuage blanc et se reposer. Le bien le plus précieux n'est-il pas la vie elle-même ?

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog