Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Articles avec #pepopo (petite politique de poche) catégorie

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Vive le G20

LA MONDIALISATION EST ACCUSÉE DE TOUS LES MAUX par certains qui se disent “progressistes” et qui manifestent contre le G20.  Selon eux, elle aurait augmenté la misère, fait exploser les inégalités et accentué encore plus la domination maléfique des occidentaux ! Cette attitude n’a rien de compatissant ni de progressiste. elle est, au contraire, profondément réactionnaire et méprisante envers les centaines de millions de personnes qu’elle a sorti de la pauvreté.
 La FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) observe que le nombre de personnes souffrant de la faim est passé de 23% à 15% entre 1990 et 2015, malgré une hausse continuelle de la population. Les soi-disant “progressistes” ignorent ou font semblant d’ignorer ces incroyables victoires !
Rappel : comment la pauvreté est-elle définie ? On se réfère au revenu médian de chaque pays (médian car la moitié de la population touche plus et la moitié touche moins). Quand on touche moins de 60% de ce revenu médian on est considéré comme pauvre.
Problème : si les revenus des pauvres augmentent, ceux des riches aussi et avec un effet démultiplicateur, du coup, l’écart se creuse, ce qui donne l’occasion à certains de braquer les projecteurs sur cet aspect et de mentir par omission en cachant les immenses progrès dont elle a été à l'origine.
Un effet secondaire de la mondialisation existe pourtant et suscite la colère d’une partie importante de la population (mais ne semble pas intéresser les manifestants !) : c’est la libération des femmes ! Le modèle de vie occidental, est plébiscité par les populations en particulier les jeunes et les femmes. Cela suscite le rejet chez certains traditionalistes qui voient leur cadre de vie ancien et leur pouvoir disparaître. C’est le cas en particulier de nombreux humains mâles qui souhaitent un retour à la tradition religieuse où les femmes étaient soumises aux hommes, les hommes soumis à leurs souverains et le souverain seulement soumis aux dieux ou à dieu. Le retour au djihad pour certains musulmans, à l’hindouisme pour certains indiens en sont l’expression. 
Pour ma part, je pense que la mondialisation n’a évidemment pas que des avantages, mais qu’il vaut mieux essayer de corriger ses défauts plutôt que de brûler des voitures et de blesser plus de 200 policiers comme ces derniers jours à Hambourg. Les mauvaises raisons ne font pas de bons combats !

 

Vive le G20

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Résultats du 2e tour

Le 2ème tour a confirmé les résultats du premier en corrigeant le tir. Le parti du président obtient la majorité absolue, mais Les Républicains récupèrent nettement plus de sièges que prévu, ainsi que le PS, la France Insoumise et le Front National. En fin de compte nous aurons une assemblée plus équilibrée que ce que les sondages annonçaient.

J’ai suivi quelques débats, ceux que j’ai vu confirment que la violence, la haine, la hargne, l’envie, la calomnie, la mauvaise foi s’expriment souvent sans retenue. Malgré tout, les vertus positives de la démocratie s’y expriment également ce qui fait dire à certains "qu'elle est le pire des systèmes, à l'exclusion de tous les autres".

En réalité, la politique est le reflet de ce que nous sommes, nous les citoyens, pour le meilleur et pour le pire et accuser les politiques c'est d'abord nous accuser nous-mêmes !

A noter qu'au cours des nombreuses consultations on dirait que les français se sont ingéniés à déjouer les sondages. Cela est plutôt réconfortant pour comprendre le mystère qui se cache dans le cœur des hommes.

Les jeux sont faits, après l’échec de la gauche et de la droite pour lutter contre le chômage et relancer l’économie, l'échec de l'extrême droite et de l'extrême gauche pour prendre le pouvoir, c’est donc à cette nouvelle majorité qui rassemble des idées et des gens qui ne viennent pas que de la vieille droite et de la vieille gauche, de s’attaquer au problème.

La France est en chantier et je souhaite que cette nouvelle équipe réussisse, mais comme tous ceux qui ont fait un jour construire une maison, je sais qu’un chantier ne se déroule jamais comme prévu !...

 
 
 
Résultats du 2e tour

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Trump  et l'écologie

(Je dédie ce petit texte à un certain Donald Trump, histoire de lui rafraîchir la mémoire. Je l'ai écrit dans les années 1970, à une époque où nous étions très peu nombreux à nous soucier d’écologie. Certains voudraient se l'accaparer et d'autres voudraient l'éliminer et revenir à ces années-là…)

Verdure saccagée
Paysages effondrés
Rivières pleines de cambouis
IMPITOYABLE COURSE AU PROFIT !

Interminables allées de béton
Hommes humiliés transformés en automatons
Au paradis des promoteurs
Les arbres ne reverdissent que les feuilles du malheur
Et les passants remplissent leurs poumons
De la fumée des gaz de combustion !

La panse rebondie
Le visage bouffi
Léchant son assiette pleine de chimie
Ah ! il peut être fier, l’homme
Ce génie de la création
Roi de la société de consommation
Trônant au milieu d’un monceau de pacotilles
Et de misères que l’on maquille !
. . . . . . .
Nostalgie…
Quelle insoutenable nostalgie m’étreint le cœur
Au souvenir des herbes sauvages
Et des simples gens de mon village…

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Attention, chantier en construction !

De nombreuses peurs se sont exprimées lors de cette dernière élection : peurs tragiquement réelles du terrorisme, du chômage, du déclassement, de la dette publique. d’autres ont exprimé des peurs parfois exagérées ou fantasmées : peurs des réfugiés, des immigrés, des étrangers qui viennent prendre leur travail ou de leur travail qui se délocalise vers d’autre pays. Un nombre de plus en plus important de personnes s’est inquiété de dangers plus sournois. Elles suspectent leurs aliments de contenir des pesticides nuisibles pour leur santé, des perturbateurs endocriniens, des OGM, du mauvais gras, du sucre caché et elles redoutent la destruction de leur environnement.

Quand on a peur, notre attention ne se focalise que sur l’objet de nos craintes et l’on n’arrive plus à analyser correctement la situation. On risque alors de se réfugier derrière quelques idées simples ou simpliste, de rechercher un chef protecteur ou de succomber à la colère et de déraper dans la violence.

Pourtant la peur est loin d'être inutile, bien au contraire, elle prévient d’un danger réel, mais elle ne nous a armé que de deux possibilités pour riposter : l’attaque ou la fuite ! Ces deux façons de réagir ont été particulièrement utiles pour protéger nos ancêtres au cours des centaines de milliers d’années qui ont précédées et sans elles nous ne serions pas là pour en parler ! Dans le cas de la situation complexe que nous vivons, c’est évidemment très insuffisant !

Il est naturel que le nouvel élu applique son programme, mais on ne peut parler de vainqueur ou de vaincu. Il serait particulièrement dommageable qu’il ne tienne pas compte des nombreux avertissements que lui ont lancé les électeurs. Il lui faut devenir le président de tous les français, l’un des peuples les plus difficiles à gouverner dit-on !...

Attention, chantier en construction !
Attention, chantier en construction !
Attention, chantier en construction !
Attention, chantier en construction !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
OUVERTURE contre FERMETURE, MACRON/LE PEN,

L’élimination des Partis traditionnels montre que le vieux clivage entre gauche et droite est dépassé. Il n’est pas aboli, certes non, mais, actuellement, un autre plus important est en lice.

- Le parti du repli sur les frontières, de la préférence nationale pour les produits, les entreprises et les travailleurs, représenté par Le Pen

- Le parti de l’ouverture à l’Europe et à la mondialisation, aux accords commerciaux entre pays et aux grandes alliances, représenté par Macron

Sur les autres points, les différences sont moins fondamentales mais elles ne sont pas négligeables.

  • Macron : pour un état plus respectueux de la liberté d'entreprendre et des libertés publiques

  • Le Pen : pour un état plus interventionniste et autoritaire

  • Macron : pour un état plus ouvert aux autres culture

  • Le Pen : pour un état identitaire et nationaliste

Ces deux visions s’affrontent depuis quelques jours en cherchant leurs alliés dans les anciens blocs ou, en essayant de les neutraliser par un vote blanc ou l’abstention.

Le camp de la fermeture identitaire et nationaliste a déjà ses hérauts en Europe et dans le monde : Orban en Hongrie, Erdogan en Turquie, Poutine en Russie et le fantasque Trump aux USA, auxquels on peut ajouter l'Angleterre du Brexit !

Le camp de l’ouverture est représentée surtout par l’Allemagne de Merkel, la Suède, l’Espagne,...

Un autre clivage, se développe depuis plusieurs décennies : entre ceux qui privilégient une production de masse et à bas prix et ceux pour qui la qualité de l'environnement, la qualité des produits et la façon dont ils sont cultivés compte plus que tout. Macron me paraît plus sensible à l’environnement que Le Pen mais, pour les deux ce n’est pas la priorité.

Dans ces présidentielles 2017 le choix qui a été fait par les français est d'opposer principalement la politique de fermeture à la politique d’ouverture. Les autres visions sont reléguées au second plan et c’est évidemment cela qui plonge de nombreux électeurs dans l’embarras ou l'abstention !

Une chose est certaine : ceux qui voudraient ramener les clivages seulement à la vieille opposition droite/gauche sont dans l’erreur et ceux qui ne voudraient tenir compte que de la contradiction protection de l’environnement/production de masse, aussi ! Quant au vainqueur de cette présidentielle, il serait lui aussi dans l’erreur s’il ne tenait pas compte, dans une certaine mesure, de toutes ces forces qui travaillent la société française.

 
OUVERTURE contre FERMETURE, MACRON/LE PEN,

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
lendemain d'élection

à écouter les commentaires des élections à la radio et à la télé, on a plutôt l'impression que certains français attendent que leur futur présidente ou leur futur président soit surtout une mère généreuse ou un père généreux qui distribue de l’argent. En réalité, l’argent vient du travail de chacun, une présidente ou un président ne peut distribuer que ce que le pays a gagné. Il ne peut pas augmenter la richesse du pays par des paroles incantatoires. Il peut soit prendre des mesures qui favorisent le développement des entreprises, des mesures qui favorisent une juste répartition ou un mix des deux dans des proportions variables et c'est de trouver les justes proportions à un moment donné qui est le plus difficile ! C’est peu, mais c’est suffisant pour mener un pays vers la ruine (après une courte période d'euphorie distributive) ou vers un relatif bien-être (après une longue période d'efforts).

Il faut reconnaître que la tentation est grande pour les candidats de faire croire qu'ils sont omnipotents et que les caisses de l’état sont inépuisables plutôt que de rappeler qu’elles sont vides et qu’il faut d’abord les remplir. En publicité on appellerait cela de la pub mensongère, en politique on parle de démagogie ou de populisme et lorsque les circonstances s'y prêtent comme au cours de cette longue mutation dans laquelle nous sommes embourbés, de nombreux électeurs se laissent hypnotiser par les discours qui vont dans le sens de leurs désirs ou de leurs craintes au lieu d’écouter leur raison ! Si on vous dit : "fermons les frontières et nous serons plus riches !", “travailler moins, vous gagnerez plus”, “les robots vous prennent votre travail, on va taxer les robots”, “plus de sous dans la caisse, on va faire payer les riches”, “Chassez les étrangers, nous serons mieux entre nous”, sachez que l’on vous ment tout simplement pour gagner vos voix ! La réalité ne se laisse pas enfermer dans des slogans aussi simplistes !

Quand dans un pays, comme dans une entreprise ou comme dans une famille les dettes ont très importantes, on ne s’amuse pas à dépenser plus ! Quand un pays ou une entreprise dépend beaucoup des pays étrangers pour ses ventes et ses achats, on ne s’amuse pas à fermer les frontières !

La réalité est toute simple, nous n’avons pas à chercher continuellement des boucs émissaires, nous devons nous regarder nous-mêmes et les défauts de notre propre fonctionnement et tout faire, avec humilité et courage, dans le respect de l’équité et de la justice, pour changer.

lendemain d'élection
lendemain d'élection
lendemain d'élection

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
 Le Pen-Mélenchon : l'envers du décor

Les programmes économiques de Mélenchon et Le Pen ont beaucoup de points communs. Ils prétendent tous deux oeuvrer pour le bien “du peuple” mais s’ils sont réellement appliqués, ils aboutiront au résultat inverse.

- L’augmentation des bas salaires et la diminution du temps de travail donnent pendant quelques mois l’illusion d’une augmentation du pouvoir d’achat, mais cette augmentation est vite compensée par l’augmentation des prix. C’est ce qui s’est passé en 1981 avec l’arrivée de Mitterrand et des communistes au pouvoir. Deux ans après, l’inflation était à 14% et tous les français ont dû subir la potion amère de l’austérité. Mitterrand s’est résolu alors, avec sagesse, à faire le contraire de ce pourquoi il s’était fait élire !

- Le protectionnisme soi-disant intelligent de Le Pen ou solidaire de Mélenchon provoqueront des mesures de rétorsions de nos partenaires commerciaux et la pénurie ou le renchérissement de nombreux produits achetés à l’étranger.

- On peut surtaxer les riches ce qui rapporte de l’argent la première année, mais quand on aura tué “la poule aux oeufs d’or”, qui se risquera à investir par la suite pour créer des emplois ?

- limiter les CDD mettra en difficulté des entreprises qui seront amenées à mettre la clé sous la porte, ce qui augmentera le chômage, mais nous assure Mélenchon, on embauchera des fonctionnaires. Qui les paiera sachant qu’une grande partie de notre (énorme) dette publique est financée par des fonds extérieurs à la France ? Qui peut croire que les financiers internationaux -dont on connaît le grand coeur- continueront à nous prêter de l’argent comme aujourd’hui, à un taux actuellement très bas, pour les beaux yeux de Le Pen ou de Mélenchon ?

D’autres critiques peuvent être adressées aux programmes de ces deux candidats, mais la plus inquiétante pour moi est peut-être la menace qu’ils font peser sur les libertés. Dans plusieurs pays d’Europe, aux USA, en Turquie, la tendance est à la mise en place de régimes autoritaires. Devant l’échec de leurs programmes, il est possible que ces candidats, sous la pression des événements et ce que l'on a pu observer de leurs caractères, évoluent dans cette direction...

 Le Pen-Mélenchon : l'envers du décor

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Les désaccords dans notre pays n’opposent plus seulement droite et gauche mais ceux qui veulent fermer plus ou moins nos frontières pour empêcher les produits étrangers de nous concurrencer et ceux qui, au contraire, voient dans l'ouverture de ces mêmes frontières une formidable chance de conquérir de nouveaux marchés.

D’un côté on peut placer Le Pen (extrême droite) et Mélenchon (extrême gauche) qui sont favorables tous deux au protectionnisme, soi-disant “intelligent” pour l’une et soit-disant “solidaire” pour l’autre et ceux qui vivent la mondialisation comme une occasion de faire progresser le pays : Macron (social libéral) et Fillon (droite).

Qui a tort ? De la même façon qu’on ne parle pas des trains qui arrivent à l’heure mais seulement de ceux qui arrivent en retard, on s’insurge violemment quand une usine disparaît mais on ne remarque pas les emplois qui se créent et l’on oublie les progrès apparus depuis quelques dizaines d’années dont une part importante est due à la mondialisation. La plupart d’entre nous n’imagineraient même pas, par exemple de vivre sans télévision, sans téléphone portable et sans internet (et sans chauffage dans les chambres comme l’ont connu les plus anciens)..

En réalité personne n’a réellement envie de refuser les progrès issus de la mondialisation, mais il ne faut pas non plus sous-estimer les dégâts. C’est un devoir d’accompagner ceux qui en sont momentanément les victimes, développer de nouvelles compétences par l’éducation pour s’adapter aux changements et favoriser l’adaptation et la création de nouvelles entreprises.

La vieille distinction entre droite et gauche, après avoir opposé royalistes et républicains puis divisé ceux qui privilégiaient la liberté (plutôt à droite) a ceux qui privilégiaient l’égalité (plutôt à gauche) perd de son importance. La période actuelle oppose plutôt les protectionnistes à ceux qui ne redoutent pas la liberté de se déplacer, d’échanger et de commercer.

Il faut ajouter une troisième force aux deux premières qui tiraillent la société française, l’écologie : doit-on privilégier une production de masse au risque de sacrifier la qualité des produits et l’environnement ou est-il préférable de privilégier leur qualité et l’environnement au risque de ralentir la production et d’augmenter les prix sachant que la population mondiale augmente d’un quart de million par jour (environ 90 millions par an) ?

Ces questions n’ont rien de simple et l’on comprend la confusion dans laquelle se trouvent les vieux partis qui ne sont pas équipés intellectuellement pour y répondre. Une époque de changements intenses comme celle que nous vivons peut être vécue d’une manière exaltante ou redoutable suivant notre personnalité et la place que nous occupons dans la société. Au-delà des insultes, des injures, des anathèmes, des postures, des coups tordus, des coups fourrés et, éventuellement des coups de poing, il faut reconnaître que c’est à chacun d’examiner calmement la situation instable dans laquelle nous nous trouvons. Il n’y aura pas assez de l’intelligence de tous pour commencer à envisager une solution et progresser au milieu des écueils !..

La droite, la gauche et les autres...

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Lutter contre la pauvreté chez nous mais aussi dans le monde

Pensez-vous qu’il faut lutter contre la pauvreté chez soi et dans le monde ? Eh bien, ce n’est pas l’avis des américains qui ont élu un président protectionniste, ce n’est pas non plus l’avis des anglais qui ont préféré se refermer sur leurs frontières et, en France, cet égoïsme nationaliste s'est installé durablement à l'extrême droite et chez certains à gauche et à droite !

Que se passe-t-il donc ?

La mondialisation a rebattu les cartes. Grâce à elle, des centaines de millions de personnes sont sorties de la pauvreté et de la misère et ce mouvement continue encore. Cela ne se fait pas exactement à notre détriment, nous en bénéficions beaucoup en particulier par une baisse des prix fantastiques sur de nombreux produits, mais cela nous oblige à changer nos modes de production. Ce que faisaient nos usines, les anciens pays du tiers-monde le font aussi bien que nous et à moindre coût. Il nous faut donc nous adapter à cette nouvelle donne et cela ne se passe pas bien pour ceux qui n’ont pas une formation suffisante pour ces nouvelles tâches et pour les entreprises, trop lourdement taxées, qui ne se renouvellent pas suffisamment pour faire face à la concurrence !

Dans ces conditions la tentation est grande de trouver un bouc émissaire : fermer plus ou moins les frontières pour “fabriquer français” et empêcher la concurrence, bouter les étrangers hors du pays ou bouter les riches en les taxant tellement qu’ils franchissent les frontières. A gauche et à droite des leaders charismatiques prennent chacun des postures de “sauveur du peuple” pour s’attirer les faveurs des électeurs.

La morale de cette histoire est que nous voulons bien donner une aumône pour des associations d’entraide avec les pays pauvres, mais nous ne supportons pas que le développement de ces mêmes pays, nous oblige à nous adapter, à faire un effort collectif pour changer. Allons-nous tomber aussi bas que les américains, les anglais, les polonais, les hongrois ?....

 

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

On peut s’entraîner et apprendre le bonheur comme on apprend le malheur et la désespérance !

- Des études sur 4000 paires de jumeaux vrais et faux, élevés séparément ou ensemble montrent que :

- nous sommes bien prédisposés au bonheur ou à la déprime, mais que cela ne joue, au mieux, que pour 50%

- que le fait d’être riche ou pauvre, beau ou laid, jeune ou vieux, fort ou faible, joue très peu (10%)

- Le reste, soit 40%, doit tout à notre façon de penser et à ce que nous faisons. La marge est donc grande pour devenir plus heureux !

 

Le secret ? Le bonheur ne réside pas essentiellement dans l’AVOIR, mais dans l'ÊTRE. Car nous sommes d'éternels insatisfaits et lorsque nous avons enfin obtenu ce que nous voulions, nous nous en lassons et bientôt le désenchantement apparaît ainsi que l’envie d'autre chose. C'est ce que chante Souchon dans "Foule sentimentale".

Des psychologues positifs ont détecté que ce qui permet de développer notre bonheur consiste :

  • à développer de bonnes relations en couple, en famille, avec notre entourage proche

  • à savoir apprécier ce que l’on a, à se réjouir de ce que l’on vit, à exprimer sa gratitude, à s’émerveiller de ce qu’il y a autour de nous

  • à éviter de se comparer à autrui

  • à se montrer généreux, même par de petits actes, à apprendre à pardonner

  • à cultiver l’estime de soi

  • à cultiver et entretenir consciemment l’amitié….

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog