Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Articles avec #poesie et chansons d'ici et d'ailleurs... catégorie

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...
Noël, nuit la plus longue de l'année !....
Dehors il fait noir

Dans nos cœurs il fait noir

C’est la nuit la plus longue de l’année.

La campagne s'est dénudée

Les prés ont ravalé leurs fleurs, mais dans le noir, bien emmaillotés

graines et bourgeons germent en silence.

 

Dehors il fait noir

La campagne est dénudée

Mais nos cœurs sont tout illuminés

Car un espoir nouveau nous est né.

Certains l’appellent fils de Dieu

D’autres non, qu’importe !

C’est un enfant et c’est la joie qu’il apporte

Et de ses petites mains déjà il porte

Ce fardeau trop lourd, que seuls,  nous ne pouvions plus porter !
 

  
Dehors il fait noir

C’est la nuit la plus longue de l’année

Mais nos cœurs sont tout illuminés

Car un espoir nouveau nous est né.

Bientôt la terre va recracher ses fleurs

Et multiplier ses splendeurs

La joie flambe dans nos cœurs

Comme une bûche dans la cheminée. 

Noël, nuit la plus longue de l'année !....

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...
TOUSSAINT

Ceux qui restent ont des regrets
Ceux qui restent pensent qu'ils auraient dû faire mieux, être plus attentifs, plus aimants, plus présents
Ceux qui restent pensent ne pas avoir tout fait
Ceux qui restent pensent qu'ils n'y peuvent rien et cela les accable. ...
Ceux qui restent reprennent le chemin de la vie, mais le fardeau est devenu plus lourd et Ils ne sont plus deux pour le partager. ...
Ceux qui restent regardent différemment leurs parents, leurs amis, leurs enfants et les enfants de leurs enfants
ceux qui restent ne détournent plus le regard devant la souffrance et la misère
Ceux qui restent regardent différemment ce bien extraordinairement fragile, et précieux qu'est la VIE. ..

TOUSSAINT
TOUSSAINT
TOUSSAINT
TOUSSAINT

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

Un nouveau recueil de poèmes d'Alain LEBEAU est toujours un évènement.

Alain LEBEAU, la mer se noie....

Un seul jour sans la mer

et toute larme est tarie

Qu’elle se retire

ou s’étale

que le soleil pleure

ou que la lune rie

rien ne bat dans les yeux secs

Il y a toujours des marins sur le quai

les yeux comme le ciel du jour

embués de regrets

ou lumineux d’espoir

Il y a toujours des bateaux en partance

et des épaves à marée basse

 

Ce soir la mer est si grosse

qu’elle roule ses bourrelets

jusque dans mon ventre noué

Ce soir le vent est si fort

qu’il déchire le tympan du téléphone décroché

Ce soir les embruns sont si amers

que je ne reconnais plus le goût de tes lèvres

dans le baiser de l’écume...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

"J'ai Voulu des poèmes Écrits Rassembler Entre 1990 et 2015. Dan Wolant, photographe, a pris des Milliers de Photos A travers le monde. Chacun regarde et dit le monde à sa Façon. Nos concerne se Sont Parfois croisés. Il en a resulte des émotions Très fortes, des révoltes, des Echanges.

Voulons NE NOUS RIEN illustrer, rien ajouter ous Retirer.

Rien tentatives de viol.

Simplement, en compagnons d'émotions, Faire un ensemble de combat de chemin.

empruntons Nous Toutes Les Passerelles, les voyageurs Toujours étonnés.

Puissent bureaux et poèmes photos de CES en susciter vous de nouvelles

Ouvertures sur notre monde terriblement passionnant.

«Les mots qui en vont surgir savent de Nous

des Choses Que Nous ignorons d'Eux. »

René Char

Extrait du Chants de la Balandrane

Un beau livre relié aux Editions Façon chinoise du Petit Véhicule

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 

Pour se entremetteur l'ouvrage d'Alain Lebeau

Un commandant chez l'auteur

Alain Lebeau

19 avenue du Pussanné

44500 La baule- Escoublac

1 exemplaire: 20 € (port de 4 €)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

Quelle est lourde à porter l'absence d'un être cher, peut-être encore plus quand il s'agit d'un enfant à qui la vie était promise.

Pour A et sa famille...

Qu'elle est lourde à porter l'absence d'un être cher...

La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours, puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille,
Désir à combler, Faim à satisfaire,
Un cœur généreux,
Une main tendue, une main ouverte,
Des yeux attentifs,
Une vie, la vie à se partager.

(poème de Paul Eluard)

Qu'elle est lourde à porter l'absence d'un être cher...

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

(La tendresse, paroles Noël Roux, musique Hubert Giraud, interprète : BOURVIL )

Un chef-d'oeuvre de la poésie et de la chanson française : la Tendresse

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou

Des seigneurs et des princesses

Y'en a plus beaucoup

Mais vivre sans tendresse

On ne le pourrait pas

Non, non, non, non

On ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire
Et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n'en est pas question
Non, non, non, non
Il n'en est pas question

Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment

Le travail est nécessaire
Mais s'il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien... on s'y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long

Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l'amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L'amour ne serait rien
Non, non, non, non
L'amour ne serait rien

Quand la vie impitoyable
Vous tombe dessus
On n'est plus qu'un pauvre diable
Broyé et déçu
Alors sans la tendresse
D'un coeur qui nous soutient
Non, non, non, non
On n'irait pas plus loin

Un enfant vous embrasse
Parce qu'on le rend heureux
Tous nos chagrins s'effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu...
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos coeurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l'amour
Règne l'amour
Jusqu'à la fin des jours

 

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...
nuages

- Qui aimes-tu le mieux, chat enigmatique, dis? ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis?
-Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh! qu'aimes-tu donc, extraordinaire animal ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux nuages!

D'après Baudelaire: Petits poèmes en prose, I (1869) et l'aimable participation de TIGROU

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

L'araignée, sa taille fine

et sa robe de précieuses

broderies

telle une grande dame un peu vénéneuse

qui tisse sans bruit

sa toile sur le théâtre de la vie....

L'araignée

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

Merci au poète Alain LEBEAU qui m'a envoyé ce poème.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Sur ma plage

Je n’ai rien vu

Pas un mégot pas une algue verte

Pas une chaussure d’enfant

Rien que du sable proprement tamisé

 

Dans mon quartier

Je n’ai rien vu

Mais une résidente secondaire

A aperçu un homme noir tout près de sa villa

Et a crié à l’insécurité

 

Plus loin dans la ville port

J’ai croisé des gens pas de chez nous

A la recherche d’un asile

Une voiture de police veillait au carrefour

 

Mais sur mon écran de télévision

J’ai vu cet enfant échoué sur une plage

Et j’ai imaginé

La panique chez les baigneurs

Et la compassion autour du monde

 

Alain lebeau, Septembre 2015, extrait de « la mer se noie »

Alain LEBEAU : Sur ma plage...

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

 C'est avec cette chanson, réinterprétée d'une façon novatrice, que la chanteuse Natacha ATLAS a remporté une victoire de la musique en 1999.

Icône de la musique métissée, Natacha ATLAS est née à Bruxelles d'une mère anglaise et d'un père anglo-égyptien. Son dernier album : "Foretold in the language of dreams" (annoncé par les rêves) est d'une grande beauté.

 

On est bien peu de choses. Et mon amie la rose me l'a dit ce matin. A l'aurore je suis née, baptisée de rosée. Je me suis épanouie. Heureuse et amoureuse. Au rayon du soleil. 

Je me suis fermée la nuit. Me suis reveillée vieillie. Pourtant j'etais trés belle. Oui j'etais la plus belle. Des fleurs de ton jardin. 

Ou est bien peu de choses. Et mon amie la rose me l'a dit ce matin. Vois le dieu qui m'a faite. M'a fait courber la tête. 

Et je sens que je tombe. Et je sens que je tombe mon coeur est presque nu j'ai le pied dans la tombe. Déjà je ne suis plus. Tu m'admirais que hier et je serais poussière. Pour toujours demain. 

On est bien peu de choses. Et mon amie la rose morte ce matin. La lune cette nuit, a veillé mon amie. Moi en rêve j'ai vu. Eblouissant les nuits. 

Son âme qui dansait. Bien-au déjà du vu. Et qui me sourait. Croit celui qui peut croire. Moi j'ai besoin d'espoir. Sinon je ne suis rien. 

On est bien peu de choses et mon amie la rose me l'a dit ce matin. Vois de dieu qui m'a faite. M'a fait courber la tête. Et je sens que je tombe. 

Et je sens que je tombe mon coeur est presque nu. J'ai le pied dans la tombe. Déjà je ne suis plus. Tu m'admirais que hier. Et je serais poussière. Pour toujours demain.

Voir les commentaires

Publié le par Alain Barré
Publié dans : #Poèsie et chansons d'ici et d'ailleurs...

Il est libre !... Libre et joyeux comme un enfant qui joue avec la vague !....c'est toujours réconfortant de voir ainsi s'exprimer cette joie animale, c'est aussi une façon de relativiser nos petits malheurs et de les ramener à leur juste valeur...La vie est, avant tout, un cadeau et ce sont parfois les animaux qui nous rappellent cette vérité première ! ...

Il est libre !... Libre et joyeux comme un enfant...
Il est libre !... Libre et joyeux comme un enfant...
Il est libre !... Libre et joyeux comme un enfant...
Il est libre !... Libre et joyeux comme un enfant...

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog