Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE

C'est aux jeunes de Pornic que l'organisation des premiers spectacles de la saison touristique a été confiée. Après les vedettes nantaises hier, c'était aux pornicais de monter sur scène pour cette deuxième journée de samedi.

Mission réussie ! bravo, un air de jeunesse souffle sur Pornic...

festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic
festival MOUV'IN dance in Pornic

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE

Pour débuter le premier festival de danse à Pornic, des danseurs de Hip-hop sont venus montrer leur talent sur l'esplanade de la Ria. 

Des compétitions à deux danseurs et des démonstrations par des vedettes confirmées....

Une énergie et une maîtrise incroyable chez certains !...

Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic

J'aime photographier la danse classique, en particulier, pendant les 12 jours du "temps d'aimer la danse" à Biarritz où se manifestent les plus grands ballets classiques et contemporains, mais je dois dire aussi mon admiration pour certains de ces danseurs de rue dont l'entraînement n'a sans doute rien à envier à celui des pros !....

Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic
Mouv'in Dance in Pornic

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

Les plantes séchées ont également leur charme dans le jardin de Marie-France. C'est le cas, en particulier, des si photogéniques capsules de pavot !...

Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)

Après la fleur de fuchsia, des "filles des airs" en suspension, un peu après : clématite, fuchsia, petit acer, ornithogale, pois de senteur blanc, hémérocalle blanc, hortensia arlequin, scolopendre, etc... 

Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)
Le jardin de Marie-France Morice (04/04)

Ainsi se termine la visite du jardin de Marie-France Morice. Merci Marie-France !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)

Qui dit jardin, dit insectes. Les insectes ne sont évidemment pas les ennemis des jardiniers, bien au contraire ! Sans les pollinisateurs que sont les abeilles, papillons et autres, pas de fécondation et, à terme, plus de plantes à fleurs élaborées mais une régression vers les algues et les mousses ! Sur les premières photos on voit une punaise dont les couleurs sont aussi vives que celles d’un écusson. Il s’agit du graphosome italien. Les anglais lui donnent le nom de graphosome puant. Cette odeur qui se dégage quand on l’écrase vise à dissuader les oiseaux prédateurs. Mais comment les oiseaux peuvent-ils savoir que cet insecte ne fera pas un bon repas ? Grâce aux couleurs voyantes de sa carapace ! Sa couleur est donc un avertissement, qui fonctionne à vrai dire pour nous aussi ! 

Ci-dessous : Coquelicots, rose, Gaura, du houblon qui s'accroche à son support... Après l'assiette en faïence et les petits poussins, du stipa, croscomia lucifer, helicrysum (à odeur de curry)...

Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)

Dans cette série, Grisou le chat est omniprésent. Dans les rêves de beaucoup de citadins privés de verdure que trouve-t-on justement ? Souvent un jardin et un chat !...

Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)

ci-dessous : croscomia lucifer, passiflore, petite chrysanthème, ...et pour terminer plusieurs photos de cardon en fleur !

Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)
Le jardin de Marie-France (03/04)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits

J’aime que dans un jardin il y ait des objets qui ont subi la patine du temps, des arrosoirs étamés, des pots de fleurs retournés et même un vieux thermomètre brûlé par le soleil !... 

Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)

On est étonné quand on parcourt le jardin de Marie-France Morice qu’une personne seule puisse entretenir un tel espace. Elle y passe beaucoup de temps évidemment, mais comme il ne s’agit pas d’un jardin trop sophistiqué, les plantes se font leur place au soleil ou à l’ombre d’une façon naturelle. pas de forçage à coups d’engrais et de pesticides, elles poussent où elles ne poussent pas. Marie-France en amoureuse raisonnée de la nature, leur facilite les choses par des soins incessants, mais il faut aussi qu’elles y mettent du leur !

Cette série commence par une plante très curieuse : "la fougère patte de lapin". Sur la partie droite de la photo on voit la "patte de lapin" et un joli rameau vert s'en détache. Le contraste est saisissant ! Un peu après, on remarque un houx à feuille de châtaigner, puis de échalotes dans la partie potagère, une fleur jaune pour bouquet sec, une marguerite semi-double, de l'ail en fleur, du chardon des Alpes (bleu), une fleur curieuse qui commence à fleurir par le sommet, le liatris. Après les piquets à tomates, l'arbre à perruque et des hémérocalles. Après l'agapanthe bleue, une plante très décorative, la sauge sclarée que l'on reverra encore, etc...

Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)
Le jardin de Marie-France (02/04)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)

Photo 1 : L'abri de jardin, il est empli d'objets utilitaires et décoratifs. Un apparent désordre plein de charme ! En 3, un cyprès chauve, puis un bassin, des haricots verts palissés en tipi, une grande euphorbe et sous les pots : melons, tomates...

Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)

 Le jardin de Marie-France Morice s’étend sur une centaine de mètres : une partie devant la maison, une partie proche de la maison séparée du reste par une grande haie et une partie arrière en limite des champs alentour, moins dense et comportant une parcelle en herbe. De l’ensemble se dégage une atmosphère paisible d’harmonie et de respect de la nature.
Je n’ai pas pu le photographier à l’époque de sa splendeur, au début du mois de juin et la sécheresse l’a fait un peu souffrir. Malgré cela, après une nuit où il est tombé 6 mm de pluie, il est encore magnifique. 
Marie-France fait partie d’un groupe de jardiniers qui recherche des plantes peu communes ou des variétés moins connues, mais elle cultive aussi des fleurs que l’on trouve chez les autres jardiniers amateurs. Ses plus belles fleurs servent à embellir l’église…. 
Nous allons faire le tour de son jardin en plusieurs étapes, au hasard des découvertes, et j’essaierai de donner le nom des principales plantes.

(ci-dessous on reconnaît : une fleur de poireau, des agapanthes mauves, des penstemon garnet en rouge, de l'ail en fleur, un phlox bleu, les petites boules rouges du vibernum, des hémérocalles rouge-orangé,.... la série se termine par une hémérocalle et une agapanthe blanche...
 

Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)
Le jardin de Marie-France (01/04)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
POURQUOI LE SOCIALISME DE TONTON EST-IL MORT ?

- Entre 1945 et 1975 la croissance annuelle moyenne était de plus de 5%
L’état pouvait alors prélever de l’argent sur les entreprises et les personnes imposables sans pénaliser l’économie.
- à partir de 1975 la croissance diminue fortement. En dépit de cela, quand la gauche arrive au pouvoir en 1981 avec Mitterrand, elle se sent obligée de tenir ses promesses, mais en l’absence des revenus de la croissance elle s’endette d’une façon aventureuse et fait machine arrière deux ans après sa prise de pouvoir.
- La dette passe de 21%, en 1981, date de l’élection de Mitterrand à 55% du PIB en 1995 et même quand la droite reprend le pouvoir elle n’ose pas aller vraiment à l’encontre des dépenses folles engagées par les socialistes et la dette continue d’augmenter.
- Sans croissance, la redistribution ne consiste plus à prendre sur la richesse supplémentaire, mais à augmenter les impôts, à mécontenter de plus en plus de monde et à pénaliser les entreprises qui deviennent moins concurrentielles, vendent moins et licencient.
- Les extrémistes de gauche flairent la bonne aubaine et  continuent à promettre des avantages irréalisables pour se faire élire. L’extrême droite comprend très bien la manoeuvre et fait la même chose en ajoutant en prime une grosse dose de nationalisme et de rejet des étrangers.
- Hollande connaît parfaitement le problème, mais pour se faire élire il tient un discours mensonger de redistribution. Quand il veut en changer une partie de ses soutiens le quitte en “frondant”.
- La droite aurait pu l’emporter, mais les révélations sur son candidat (Fillon) l’ont mise hors jeu. Les extrêmes alors tentent leur chance, mais les citoyens ne leur font pas confiance et préfèrent laisser le champ libre à un social-libéral dont le programme économique présente des points communs avec le centre et la droite.
- Le parti socialiste à la tonton (Mitterrand) est mort. L’extrême gauche va essayer de le reconstruire en revenant à des sources mythiques, mais les autres tendances ne se laisseront pas faire. En réalité la social-démocratie qui vivait sur l'idée d'un état-providence grâce à la croissance est morte. Il faut la réinventer comme ont essayé de le faire d'autres pays européens. Le mouvement “en marche” fait également partie des prétendants.
- La vie politique n’est plus seulement divisée :
         - entre vieille gauche pour l’égalité et vieille droite pour la  liberté 
         - mais aussi entre ceux qui défendent des prix bas et une production de masse contre ceux qui défendent l’environnement
         - entre ceux qui sont pour la liberté d’échanger et de se déplacer et ceux qui sont pour le repli sur soi et le nationalisme

Voilà, me semble-t-il, où nous en sommes aujourd’hui, le reste, invectives et anathèmes ainsi que les blagues de potache de Mélenchon, ne sont que des péripéties qui occupent les radios et la presse qui en avait bien besoin pour combler le vide d’information après la densité de la phase électorale !
 

POURQUOI LE SOCIALISME DE TONTON EST-IL MORT ?
POURQUOI LE SOCIALISME DE TONTON EST-IL MORT ?
POURQUOI LE SOCIALISME DE TONTON EST-IL MORT ?
POURQUOI LE SOCIALISME DE TONTON EST-IL MORT ?
POURQUOI LE SOCIALISME DE TONTON EST-IL MORT ?

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #La playmouette du dimanche
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !

Dans ces jours de grisaille et de pluie

Le ciel s'habille de gros nuages qui bourgeonnent

et de rares éclaircies...

Le gris nous envahit

La playmouette s'en fout !

Qu'il soit bleu ou gris

Toujours le ciel lui sourit !...

Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !
Playmouette grise dans un ciel gris !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Autres VOYAGES

On dit des grandes constructions comme les ponts qu'elles sont des "ouvrages d'art" ou des "oeuvres d'art". Le mot "oeuvre" vient de l'ancien français "ovre" lui-même tiré du latin "opera" qui désigne une activité, un travail. Un chef-d'oeuvre était la réalisation particulièrement réussie qu'un compagnon devait présenter pour accéder à la maîtrise dans sa corporation. Oeuvres utilitaires ou oeuvres d'artistes, on n'a pas fait de différence pendant longtemps et c'est heureux car le pont de Saint-Nazaire comme de nombreux ouvrages d'art est un chef-d'oeuvre dans les deux sens du terme !

Les artistes modernes l'ont bien compris. Ils essaient eux-mêmes de faire des "installations" qui, même si elles sont parfois intéressantes, sont encore loin d'avoir la puissance d'authentiques ouvrages d'art ! 

Voici quelques photos du pont de Saint-Nazaire, prises de points de vue inhabituels, pour surprendre un peu notre regard et l'inciter à redécouvrir l'art dans cette oeuvre....

Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=

... Et voici des interprétations "artistiques"  par déformations et symétries de cette oeuvre d'art exceptionnelle qu'est le pont de Saint-Nazaire ! 

Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=
Pont = "oeuvre d'art"= Pont=

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
Cécile, la si gentille maîtresse et la grande prêtresse des Dictéefolies, quitte Pornic.

Beaucoup de tristesse parmi les enfants et les adultes quand Cécile Capron, maîtresse à l’école Kerlor depuis deux décennies, leur a appris qu’elle quittait Pornic pour aller dans une ville du soleil où il fait si bon vivre. Elle a été nommée à l’école Mermoz à Marseille.

C’était ma collègue pendant de longues années. J’ai beaucoup apprécié sa gentillesse, son sourire continuel, ses compétences pédagogiques et sa grande disponibilité pour rendre service à tous ceux qui partageaient son engagement dans l’enseignement. C’est une personne en qui j’avais entièrement confiance et auprès de qui je me sentais bien. Cela était très réconfortant. Tout dernièrement j’ai interrogé ses élèves et leur ai posé la question : « Que pensez-vous de votre maîtresse ? » Les réponses étaient unanimes et toutes allaient dans le même sens : «Elle a toujours été très gentille et juste avec tout le monde. C’est une bonne maîtresse. Elle nous a bien appris ! Elle a toujours le sourire. Elle est très sympathique. Elle est correcte. Elle est stricte mais aussi tolérante. Elle n’interroge pas toujours les mêmes élèves et ça c’est bien ! Elle ne se moque pas de nous. Par contre elle a raison quand elle ne répète pas les explications aux élèves qui n’ont pas écouté. C’est à eux de faire des efforts. Elle est juste avec tous les élèves. Parfois elle est un peu sévère mais c’est à nous de faire des efforts, même si on n’ est pas toujours d’accord ! Elle aide toujours les élèves en difficulté .Elle ne nous gronde que quand nous le méritons .Ce que j’aime c’est qu’elle nous apprend beaucoup de choses très intéressantes et on y prend goût !Moi je l’aime beaucoup ! »

Une action publique très appréciée

Cécile a multiplié ses actions en direction pédagogique et dans sa vie publique. Éducation physique aussi bien en individuel que scolairement. Installation et initiation d’ateliers mathématiques. Participation à la chorale de l’école. Histoire des arts. Collaboration en mettant en place le travail en équipe. Si Cécile avait de bons rapports avec le personnel communal elle apportait aussi beaucoup d’amitié à ses collègues. Sa passion aussi c’était le basket. Elle était très accroc et faisait partie régulièrement d’une équipe loisir où elle apportait sa bonne humeur et abandonna pour des raisons de santé. Pour elle, ces soirées basket furent de formidables moments de convivialité et par l’esprit et par le cœur. Cécile a aussi éprouvé beaucoup de bonheur à Pornic en y élevant ses deux garçons, dont la gentillesse, tout comme celle de leur maman, fait l’unanimité !!!

La grande prêtresse des Dictéefolies

Cécile se souvient parfaitement quand l’idée des fameuses Dictéefolie a germé et m’a raconté ses souvenirs: « C’était au cours d’une fête de fin d’année qui se déroulait à la salle dite du Canal. Tes élèves avaient écrit, à leur façon, le même texte mais phonétiquement, donc rempli de fautes !!Il y avait 8 moutures différentes et avec tes élèves tu les avais affichées sur le mur du fond de la salle municipale. Et 8 tables d’écoliers avaient été installées. Le but c’étaient que les parents devaient réécrire sans faute le texte bourré de fautes, puisqu’écrit phonétiquement. Ce sont 25 personnes qui se sont prêtés au jeu dont Catherine Pasquier la première adjointe. Du coup, les Dictéefolies qui ne portait pas encore cette appellation étaient nées.»

Ensuite ce fut la grande épopée des Dictéefolies :cette aventure a duré 15 ans et 5300 personnes se sont déplacées au lycée du Pays de Retz et se sont affrontées à cet exercice très redoutable dont le niveau était supérieur aux dictées de Bernard Pivot (Le super champion des 20 ans de Bernard Pivot est venu 3 fois à Pornic pour récrire des textes farfelus et chaque fois il est tombé dans les pièges que j’avais tendus). Nous avions besoin d’aide et j’avais une équipe bien structurée pour réussir l’organisation. Cécile faisait partie des acteurs de l’événement. Elle avait une tâche redoutable : c’est elle qui avait la responsabilité de la grande salle des adultes qui participaient par équipe de 2 ne rendant qu’une copie. Après la dictée folle une dictée traditionnelle était proposée et c’est Cécile qui officiait avec une lecture majestueuse et avec aisance. « Je la relisais plusieurs fois toute seule pour m’entraîner à donner le ton tout en repérant les mots que je ne connaissais pas afin de les prononcer correctement. A la fin de la dictée des participants faisaient leurs commentaires sur le sens de certains mots. Une seule fois il y a eu des contestations. C’était la dictée sur le thème de la musique. Particulièrement sur « Jojo » la si belle chanson de Jacques Brel qui avait inventé le verbe si rempli de sens « Jojo tu frères encore ». Protestation d’une participante : « Madame le verbe frèrer n’existe pas ! ». Certes mais il est si beau et rempli de tant d’humanité et de sensibilité !! »

J’avais donné entièrement raison à Cécile que j’avais baptisé la « Grande Prêtresse des Dictéefolies.» En effet, elle menait sa tâche d’animatrice avec un talent inégalé, maîtrisant plus d’une centaine d’adultes, avec beaucoup de gentillesse et de compréhension, d’une main de fer.

Cécile, tu pars à Marseille mais aussi, pour nous tu « Frèreras » toujours à Pornic !

Cécile, la si gentille maîtresse et la grande prêtresse des Dictéefolies, quitte Pornic.
Cécile, la si gentille maîtresse et la grande prêtresse des Dictéefolies, quitte Pornic.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog