Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

L'association "Bleu Cameroun" essaie, un peu à l'image de Mohamed Younous pour le Bangladesh, de promouvoir les micro-crédits et de soutenir les tontines dans un quartier de Douala : "Total Abselour". Si vous souhaitez soutenir cette action, vous pouvez adhérer à l'association en envoyant un chéque de 10 € à l'ordre de l'association "Bleu Cameroun", Trochery, Galop, 19100 brive-la-gaillarde. Vous pouvez vous engager plus dans cette action si vous le souhaitez( renseignements complémentaires auprès de l'association)

Suite au voyage à Douala, de Eric Mialhe, Coordinateur Scientifique, l'association a redéfini ses priorités. 3 axes d'intervention se dessinnent :

1°) mettre en place d'urgence un dispensaire dans ce quartier car il n'y en a pas et les gens ne peuvent pas se soigner ! Une famille met à disposition un local qu'il faut un peu rénover et aménager,  un médecin militaire qui habite pas trop loin accepterait de donner des soins avec l'aide d'une infirmière qu'il connaît ! Coût de ce projet : 600 €  + une subvention mensuelle de 250 € pendant 6 mois environ. Une liste de matériel et de médicaments génériques nous sera transmise par le médecin ; si qqu'un a des possibilités pour se procurer ces produits, merci de nous en faire part !

2°) Mise en place de micro-crédits pour des femmes qui ont des projets économiques. Par exemple, 2 femmes veulent vendre des fruits et légumes dans le quartier ! il leur faut un petit stock pour acheter puis renvendre : besoins de 100 € environ que nous pouvons leur prêter et qu'elles rembourseront au fur et à mesure de leurs recettes ! C'est une pratique qui peut être très stimulante pour le quartier et qui permet à des personnes sans emploi (5 sur 6 dans ce quartier) de créer son emploi et de devenir autonome ! Nous avons une personne très fiable qui va pouvoir gérer cette action sur le quartier; elle a déjà lancé le système des tontines pour que les familles puissent survivre (10 femmes mettent leurs économies en commun et une fois par semaine, à tour de rôle, une femme ramasse l'argent pour faire le plein de provisions pour nourrir sa famille !) 

Pour ces 2 axes,  nous avons besoin de qqs finances et nous proposons de lancer un système de parrainage 30 €uros par mois (+ ou - selon les possibilités de chacun)

3°) Création de fermes familiales d'élevages de  crevettes ; projet en plusieurs parties et qui va assez rapidement se mettre en place car Eric a également reçu un accueil chaleureux de la part des autorités Camerounaises( Ministère des Pêches, représentant de ministres etc...) de l'Ambassade de France, des Universitaires et Scientifiques qu'il a rencontrés ! Un terrain va nous être mis à disposition grâcieusement par un Chef de village, sur la côte,  Eric ira le voir lors de son prochain voyage) et si tout va bien,  dès cet été nous allons créer les premiers bassins d'expérimentation !

Une convention va être signée entre nous et l'Université de Dschang qui va rassembler tous les enseignants concernés et une vingtaine d'élèves qui suivront les cours d'Aquaculture que nous avons prévus ; il nous est également demandé de donner un cours international, car les pays de cette région rencontre de gros problèmes en aquaculture ! Or le poisson est la source principale de nourriture pour les Africains ! Et il semblerait que l'équipe d'Eric dispose du  savoir-faire pour les aider à régler leurs problèmes !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

C'est entendu, le CPE était un coup de poignard dans le dos et les jeunes ont eu raison de se révolter ! Mais il ne faut pas confondre, ce n'est pas d'une révolution dont nous avons besoin mais de réformes. Pas d'une mais de nombreuses réformes dans toutes sortes de domaines. Comment justifier les salaires mirobolants de certains grands patrons, footballeurs, artistes ? Comment accepter que certains, simplement parce qu'ils ont fait l'effort de naître dans une famille nantie, héritent de fortunes qui les dispensent de travailler ? Comment accepter que les transactions financières en bourse, rapportent plus que le travail lui-même ? J'en passe et des pires ! Cela ne signifie pas que les privilèges de certains salariés ne doivent pas être abolis. Quand 70 % des jeunes plébiscitent un travail de fonctionnaire on se doute qu'il y a bien là une niche d'inégalité, de même il est compréhensible qu'un entrepreneur ait besoin d'embaucher quand il a des contrats et de licencier quand il n'a plus de travail mais pas sans contreparties. Idem on peut se douter que l'on ne diminuera pas le chômage en travaillant moins et en vendant plus cher que les autres ! Une chose est certaine : toujours et partout ceux qui ont promis le paradis ont menti. Il reste un vaste chantier à entreprendre. espérons que ces jeunes, que l'on croyaient endormis et qui se sont frottés avec brio aux batailles sociales et politiques, ne s'abîmeront pas dans les délices stériles de l'idéologie mais s'affronteront avec courage à ce difficile chantier des réformes.

Tout est politique évidemment

Mais la politique n'est pas tout !

Tout est religieux évidemment

Mais la religion n'est pas tout !

Tout est dans Tout

Et inversement !

Et inversement !

Mais le Tout n'est pas Tout

Et souvent il ne vaut

Pas plus que de la peau de toutou !

A chercher partout impatiemment le grand Tout

On risque parfois de passer

A côté des changements salutaires

Nul besoin de lois ou décrets à deux sous

Mais de vrais réformes concertées qui changent tout !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

...Il y a aussi les téléphones cellulaires ! Quand on est perdu dans un petit village oublié du Bangladesh on aimerait aussi pouvoir téléphoner au fils, au frère, à la famille partis chercher du travail au loin. Mais un téléphone ça coûte cher ! mohamed Younous, toujours lui, a eu l'idée de louer des téléphones cellulaires à des femmes dans ces villages. Elles jouent ainsi le rôle de téléphoniste et empochent une petite commission au passage. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des tiers-mondes possibles si les mollahs ne voyaient pas d'un mauvais oeil grandir ainsi le prestige de ces femmes au détriment du leur ! Mais avec l'appui de Younous et de ses 3 millions d'actionnaires féminines dans les banques grameen, elles tiennent bon ! L'oppression des femmes seraient-elles solubles (en partie bien sûr) dans la modernité ?

 

Vous trouverez cet exemple, ainsi que bien d'autres et beaucoup d'études éclairantes sur divers pays musulmans, dans l'ouvrage de Guy SORMAN : "les enfants de Rifaa, musulmans et modernes". Cet auteur est allé interviewé, pendant un an, diverses personnalités dans de nombreux pays musulmans : Maroc, Turquie, Arabie, Koweit, etc? Il a recherché, en particulier, ce qui pourrait amener ces pays a évoluer. Un ouvrage simple à lire et passionnant. Je vois le Maroc et la Turquie différemment après avoir lu cet ouvrage.

Livre de poche, 6,18 €

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Si vous voulez voir une situation complètement, absolument, indiscutablement gelée allez sur le site suivant :

http://paysage-photo.ch/geneva_on_ice/pages_php/go_galerie.php

...Renseignements pris, on me dit aujourd'hui que la glace a fondu et que même les propriétaires de voitures ont pu récupérer leurs précieux moyens de transport. Voyez que tout espoir n'est jamais complètement perdu !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Au Bangladesh, dans les villages, pour survivre, des femmes fabriquaient des tabourets en osier. Comme elles n'avaient pas de réserve d’argent, elles achetaient la matière première, au jour le jour, à des fournisseurs qui la leur vendaient à un prix prohibitif. Un économiste, Mohamed Younous, décide de créer une banque qui ne prêtera qu’aux pauvres, la banque GRAMEEN. Le prêt n’est accordé qu’à des regroupements d’au moins 5 femmes, qui deviennent automatiquement actionnaires. Aujourd’hui, la banque compte près de 3 millions de femmes. Ce micro-crédit, développé par la banque grameen à grande échelle, existait déjà mais sous une forme très locale et ponctuelle en Afrique et en Asie sous le nom de « tontine ».

 

Digne d'un don !

 

Le don c’est bon

Pour celui qui n’a pas besoin de recevoir.

Etre digne d’un don

N’est-ce pas cloche ?

Une banque de Dons Tescendaient la rivière…

Et beaucoup se noyaient.

Non ! Pas les banques petits frères, pas les banques !

 

 

 

Prends tout ça

D’abord je n’en ai pas besoin

Et puis ça n’était pas à moi

Et puis ça ne me servait à rien

Et puis c’est déjà à toi que je l’avais volé !

Et les ONG dans tout ça me direz-vous ?...

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Etape n° 1 : Les gaulois organisent une élection. En lice, un candidat de droite, un candidat de gauche, et quelques autres concurrents.

Etape n° 2 : Beaucoup de jeunes gaulois pensent que les élections « c’est un piège à cons », soit ils ne votent pas, soit ils manifestent leur opposition en votant pour des candidats folkloriques.

Etape n° 3 : Un grand méchant loup d’extrême droite est en position d’être élu !

Etape n° 4 : Comme un seul homme, jeunes et vieux votent pour le candidat de droite (à 80 % !).

Etape n° 5 : Chose complètement extraordinaire, le candidat de droite fait une politique de droite !

 Etape n° 6 : Les jeunes gaulois ne comprennent pas, ils sont scandalisés, révoltés, écoeurés. Ils ne vont pas se laisser faire. Ils bloquent les facs, les lycées, les rues, ils défilent… ils sont prêts à tout pour empêcher cela. Heureusement leurs aînés, qui se souviennent des belles manifs du passé, sont là pour leur donner un coup de main…intéressé.

Conclusion 1 : en France on ne sait toujours pas ce que c’est la démocratie (mais on se soigne…)

Conclusion 2 : ça ne nous empêche toujours pas de vouloir faire la leçon au monde entier (Ah ces connards d’américains, ah ces pourris d’autrichiens, ah ces minables anglais !...)

 

 

 

A mardi prochain !

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Poèmes

Certains parlent

D’autres ne parlent pas !

Certains prennent la parole

Et ne la rendent pas !

Ils parlent et le flot de leurs discours

Ecrase tout alentour.

 

Certains parlent et d’autres se taisent

Parfois c’est peur de se découvrir

Souvent ils n’ont droit que d’obéir

Muets comme des statues incas

Et parfois leur silence est fracas !...


Un jour l’immense bulle

De rancoeurs refoulées

De mots longtemps enfouis

Crèvera dans la nuit

Et les mots trop longtemps asservis

Verberont le désir et la vie

Tout comme hier ils ont servi

A maquiller le mensonge et l’ennui. ..

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Mon frère me faisait remarquer il y a quelques temps que les supermarchés étaient devenus les cathédrales modernes. On va de moins en moins à la messe mais on ne louperait pas la cérémonie des courses du samedi, les chansons à tue-tête dans une langue incompréhensible (ce n’est plus le latin mais l’anglais), les génuflexions devant les rayons, l’adoration devant les derniers joujoux…sans oublier la quête traditionnelle à la sortie (et là on ne se contente pas de boutons de culotte) !

 A QUOI BON REVER D’AMOUR DANS UN SUPERMARCHE

Ca ne s’achète ni ne se vend

On ne sait pas si c’est petit ou si c’est grand

A emballer c’est embêtant !

Pourquoi rêver d’amour dans un supermarché ?

Mieux vaut acheter

Quelque chose de tout préparé

Tout empaqueté, tout étiqueté

Et ne pas s’attarder dans les rayons trop longtemps

Pour ne pas gêner les autres clients.

Pourquoi rêver d’amour dans un supermarché ?

Devant cette formidable masse de richesse étalée

Conditionnée, enveloppée, promotionnée.

Mieux vaut se précipiter pour remplir son panier

Et la fois d’après… la fois d’après, eh bien… recommencer !

 Et puis tout à coup on en a assez

 

Comme une tenace impression de se faire blouser.

Alors on sort, les mains dans les poches

Vaguement écoeuré, comme un peu saoulé

Sans avoir rien acheté

A la recherche de quelque chose

Qui ne pourrait jamais

S’empaqueter, s’étiqueter, se peser, se monnayer

A la recherche d’un peu d’air pur

D’espace

D’amour

De liberté…

 

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #alain barré

Je reviens sur quelques règles utilisées aussi bien par les peintres que par les photographes.

 

 

Sur cette photo, la ligne d'horizon partage le ciel et la mer en deux moitiés à  peu près égales. Un bateau, au milieu, attire le regard. Cette composition est essentiellement symétrique. Le problème c'est que le regard, qui a été capté par l'élément central, ne le quitte plus. Le reste de la photo ne sera pas exploré ! Ce type de composition plaît, en général, aux enfants car il élimine toute ambiguïté. Il n'ont pas à se poser ce questions sur ce qu'il y a à regarder. les adultes l'apprécient parfois mais assez rapidement elle suscite l'ennui !

 

1/3 pour le ciel, 2/3 pour la mer et les bateaux décalés sur la droite. Ce type de composition est souvent appréciée par les adultes car elle introduit un déséquilibre qui amène le regard à parcourir l'image : Les bateaux, les nuages, la mer... L'ordre peut être différent, mais le regard bouge, le cerveau analyse et est satisfait de trouver des repères faciles à mémoriser.

 

 

1/3 pour la mer, 2/3 pour le ciel et les bateaux décalés. Cette composition est également intéressante pour les mêmes raisons que précédemment. L'importance de la mer, sur la deuxième photo, incite peut-être plus au rêve, alors que le ciel nuageux, sur la dernière photo, à tendance à écraser les bateaux ?

 

Quand je parle d'un retour au sensoriel, c'est de cela qu'il s'agit : s'appuyer sur quelques règles simples qui ont leurs prémisses dans le fonctionnement naturel du cerveau. On les retrouve ainsi dans toutes les cultures.

Voir les commentaires

Publié le par alain barré
Publié dans : #Poèmes

Dans les mots d’aujourd’hui, les cris ultramodernes

J’entends l’écho sauvage des cavernes

Toutes ces voix fortes ou ténues qui se nient se répondent

Filent, tissent et déchirent l’humaine symphonie

Le linge de la vie.

La mousse du jazz et les tempos du rock

Débordent des studios, remplissent les plateaux

Chamboulent les cerveaux

Et pendant ce temps la jeunesse sur terre

Se rassemble en foule immense

Pour hurler « l’insoutenable légèreté de l’être »*

Et pendant ce temps d’autres en fracs et habits

Ou bien jeans et baskets

-Car les deux se font maintenant dans la jet set-

Font profession de se moquer

Font étalage de leur pouvoir et de leur ennui !

A les entendre ils seraient au parfum

Et sauraient mieux que nous tout ce qui nous convient !

Ils échangent par millions des paquets d’actions

Et de vagues propos lénifiants sur Internet

Tout en trempant leurs mains dans des affaires pas très nettes.

Mais sous leurs visages sereins hurle la même chienne.

Puisse les dieux de l’amour et non ceux de la haine

Leur faire comprendre un jour

Que les Autres ne sont pas de vagues troupeaux

Que l’on peut tondre et exploiter

Et puis soudain partir et rejeter !

 * Titre d’un ouvrage de Milan KUNDERA (première édition : 1987), porté à l’écran avec comme actrice vedette une très émouvante Juliette BINOCHE. Un double DVD est sorti en 2003.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog