Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC
Pêche à la grande chevrotière
Pêche à la grande chevrotière

C'était il y a quelques jours, au pied de la falaise entre Monval et la Boutinardière. La marée était basse et il ne faisait que quelques degrés au-dessus de zéro ; brouillard léger et soleil timide d'un matin d'hiver... Surprise ! en bas de la falaise, au pied d'une pêcherie, un pêcheur à pied surgit, une grande chevrotière sur l'épaule, cuissardes et petit panier d'osier tressé sur le côté. Il avance d'un pas décidé et s'enfonce profondément dans la baie....

Pêche à la grande chevrotière
Pêche à la grande chevrotière
Pêche à la grande chevrotière

Il dépasse les murets abandonnés des immenses écluses à poissons et fait s'envoler les mouettes sur son passage....

Pêche à la grande chevrotière
Pêche à la grande chevrotière

Il a marché 7 ou 800 mètres et il a maintenant de l'eau jusqu'à mi-jambes et il commence à pêcher.

Pas facile car il faut pousser la grande chevrotière dans laquelle non seulement des crevettes mais aussi des algues s'accumulent et la résistance de l'eau oblige à des efforts de sportif !

Pêche à la grande chevrotière

Heureusement, la récompense est là quand il relève sa grande chevrotière ! Il met les crevettes dans son panier, enlève quelques algues et repart avec vaillance !...

Pêche à la grande chevrotière

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

On peut s’entraîner et apprendre le bonheur comme on apprend le malheur et la désespérance !

- Des études sur 4000 paires de jumeaux vrais et faux, élevés séparément ou ensemble montrent que :

- nous sommes bien prédisposés au bonheur ou à la déprime, mais que cela ne joue, au mieux, que pour 50%

- que le fait d’être riche ou pauvre, beau ou laid, jeune ou vieux, fort ou faible, joue très peu (10%)

- Le reste, soit 40%, doit tout à notre façon de penser et à ce que nous faisons. La marge est donc grande pour devenir plus heureux !

 

Le secret ? Le bonheur ne réside pas essentiellement dans l’AVOIR, mais dans l'ÊTRE. Car nous sommes d'éternels insatisfaits et lorsque nous avons enfin obtenu ce que nous voulions, nous nous en lassons et bientôt le désenchantement apparaît ainsi que l’envie d'autre chose. C'est ce que chante Souchon dans "Foule sentimentale".

Des psychologues positifs ont détecté que ce qui permet de développer notre bonheur consiste :

  • à développer de bonnes relations en couple, en famille, avec notre entourage proche

  • à savoir apprécier ce que l’on a, à se réjouir de ce que l’on vit, à exprimer sa gratitude, à s’émerveiller de ce qu’il y a autour de nous

  • à éviter de se comparer à autrui

  • à se montrer généreux, même par de petits actes, à apprendre à pardonner

  • à cultiver l’estime de soi

  • à cultiver et entretenir consciemment l’amitié….

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas et... elle cause pas non plus !
Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas et... elle cause pas non plus !
Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas et... elle cause pas non plus !

Elle est à 1 mètre de moi... elle mange des baies...elle fait comme si elle ne m'avait pas vu ou bien elle me prend pour un gros oiseau : casquette à visière noire sur la tête, à la place du bec, le gros tube cylindrique de l'objectif et une doudoune rouge en guise de plumage ! Drôle d'oiseau tout de même !... Mais ça ne la gène pas et elle picore, s'enfonce dans les branches, ressort ailleurs pour tout visiter et ne rien laisser ! Le grand jeu, quoi ! du beau spectacle et je suis aux premières loges....

Ne pas bouger... je respire à peine et j'ai envie de lui dire un immense merci !...

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.

Avec le naufrage de l’Erika, le 12 décembre 1 999, le littoral de la Côte de Jade avait été entièrement souillé et il avait fallu un travail gigantesque et beaucoup de temps pour que ce coin coquet de la côte française retrouve sa ‘’virginité’’.

Les habitants se sont grandement investis pour nettoyer rochers et plages. La ville avait proposé des pelles, brouettes et sacs pour aider au ramassage du mazout. Pour des raisons de prudence et de santé les pompiers et les services de l’état avaient pris le relais. De nombreuses personnalités nationales avaient apporté leur soutien. Ce fut le cas de Michel Field, grand journaliste à la télévision Française qui, invité par Alain Huet, l’ancien patron du Papagayo (aujourd’hui détruit), avait passé toute une soirée sur la plage du Portmain, pour apporter son soutien moral et sa gentillesse aux habitants de la Côte de Jade.

Le drame

Tout avait commencé en pleine mer, c’était le 11 décembre, face à la pointe de Penmarc’h, en dessous de la Pointe du Raz. Le vieux pétrolier, l’Erika, avait une fuite de fuel. Malgré la forte tempête (vent de force 9 à 10) le navire avait eu l’interdiction de rejoindre le port de Saint-Nazaire. Beaucoup de ‘’discussions négatives’’ au niveau des compagnies d’assurances ont entraîné malheureusement une perte de temps pour secourir le vieux pétrolier !! Tout s’aggrava et le navire, le 12 décembre, se coupa en son milieu, libérant une grande partie de son fuel. Celui-ci, peu à peu poussé par le vent, se mit à dériver vers l’est, se déposant sur le littoral. Les journaux du Finistère et du Morbihan ainsi que ceux de Loire-Atlantique avaient relaté les faits. Mais le drame s’était passé à 400 km de Saint-Nazaire et personne n’avait encore imaginé que le fuel pouvait venir souiller la côte de Loire-Atlantique et particulièrement celle du Pays de Retz !!! Personnellement j’étais très vigilant. J’avais étudié les cartes marines et avait anticipé l’avancement du fuel en observant la configuration du littoral et la direction des vents dominants (Ils soufflaient de l’ouest). Et très vite j’en ai déduit que nos rivages seraient atteints dans peu de jours. Comme j’en avais l’habitude j’avais écrit, avant le drame, un article à ma façon, avec mes propres mots comme j’aimais le faire, en annonçant ce qu’il allait arriver : ’’Inutile de lire dans le marc de café ou être un devin ! D’ici 3 à 4 jours le fuel atteindra notre côte !!!’’ L’article est paru le 22 décembre. J’étais allé dans le Nord-Loire passer Noël avec mes enfants. Pendant toute la nuit du 24 au 25 décembre la tempête a été d’une rare violence et a fait de très nombreux dégâts.

Le matin je me suis levé tôt pour rejoindre Pornic, très inquiet pour ma maison : je suis passé devant et tout avait l’air normal. Du coup j’ai poussé jusqu’à la plage de l’Étang et je suis descendu dans une crique que je connaissais bien. J’avais craint le pire et le pire est bien arrivé comme je l’avais pressenti : horrible découverte, des pastilles de mazout étaient mêlées au sable. Tout-à-coup j’ai entendu une voiture qui s’est arrêtée au-dessus de moi. Un homme est descendu et je l’ai tout de suite reconnu : ’’Bonjour Pierre ! ’’-‘’Bonjour Michel !’’ C’était Pierre Hériaud l’ancien maire adjoint de Sainte-Marie et député de notre secteur. Il est descendu dans la crique, tout comme moi, pour évaluer la situation. Il était navré et désolé ! ‘’Le fuel est bien arrivé et il y en a partout ! Nous sommes, tous les deux, les premiers à le constater !!! ‘’ s’exclama Pierre.

Ensuite ce fut un désastre écologique sans précédent dont l’aspect le plus impressionnant et significatif était situé au pied de la Thalasso, à la plage de la Source : il y avait entre 20 cm et 40 cm de mazout !!! L’horreur absolue !

La soirée Michel Field

Assis à la terrasse du Papagayo avec Michel Field, nous avons passé tous deux, dans la nuit, plus de deux heures à commenter l’événement. L’homme de télévision avait adopté le style qui marquait alors son identité, celui de l’émission :au cœur de la nuit. Plus de mille habitants, souvent en famille, étaient présents. De temps en temps ils s’adressaient au grand reporter de la télévision, celui-ci répondant avec beaucoup de gentillesse à chacun. C’était un véritable moment de ‘’veillée nocturne’’ où régnait une grande émotion et beaucoup de respect. J’ai vécu intensément cette soirée avec Michel Field et en garde un profond souvenir. J’avais aussi beaucoup admiré le comportement exemplaire et plein de retenue des habitants au cours de cette soirée de recueillement.

La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.
La chronique de Michel Bordat : Marée noire, Michel Field est venu apporter un soutien moral aux habitants de la Côte de Jade.

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #La playmouette du dimanche

L'envol de la playmouette saisi en mode rafale (2 images par seconde environ) permet de mieux admirer le gracieux coup d'aile de cet oiseau et de détailler la "mécanique" du vol comme ont essayé de le faire les pionniers de l'aviation il y a plus d'un siècle !.... Quel chemin parcouru depuis !....

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Récits
Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !

 

Un rouge-gorge a remarqué les graines dans la mangeoire, il sautille de branche en branche pour s’en approcher, mais un matou du quartier a repéré le manège et se met en embuscade au pied de l’arbuste.

Du rififi dans le jardin !

Tigrou fulmine derrière la vitre : “comment ça, un étranger qui n’est même pas d’ici veut chasser mon oiseau ! Tonnerre de Brest. Je lui ouvre la porte et il bondit sur l’intrus. Miaulements...C’est une affaire d’hommes, on se tourne autour en hérissant les poils du dos et en montrant ses dents et ses muscles…

 
Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !

Tout à coup, Tigrou s’énerve...l’intrus qui a pigé que ça sent le roussi, bondit dans le buisson…

Pendant ce temps le petit rouge-gorge vient visiter la mangeoire… pique et pique, tout en surveillant les deux fauves du coin de l’oeil !

Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !
Du rififi dans le jardin !

Mimine, cachée dans un buisson observe la scène avec un grand intérêt et semble se dire, "c'est moi qui en profiterai la prochaine fois !" !

Affaire classée : le rouge-gorge a déjeuné et résultat du match : 1-0 pour Tigrou qui sort vainqueur de la confrontation. Non, mais des fois, on ne peut plus être maître chez soi !...

 
Du rififi dans le jardin !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche
psychologie positive et propos sur le bonheur du philosophe ALAIN

- Un célèbre psychologue américain, Seligman, raconte qu’il jardinait un jour avec sa fille de 5 ans qui s’amusait entre les salades au lieu d’arracher les mauvaises herbes, il la gronde. Celle-ci lui répond «Papa, tu te souviens comme j'étais une pleurnicheuse quand j'étais petite ? Quand j'ai eu 5 ans, j'ai décidé d'arrêter. Ben si moi j'ai pu arrêter de pleurnicher, toi tu peux arrêter d'être grognon.»

Cette phrase interpelle en lui non seulement le père mais aussi le thérapeute qui a passé des années à essayer de réparer ce qui va mal dans l’âme humaine. Il réalise alors une chose incroyable : «Nous, psychologues, ne voyons plus les êtres humains que comme les hôtes passifs de pulsions inconscientes, de conflits remontant à l'enfance (pour les freudiens), ou de réactions automatiques à des stimuli (pour les behavioristes). Nous avions oublié les forces intérieures qui nous protègent contre la maladie mentale.» Et si nous nous appuyions sur ce qui va bien plutôt que d’essayer de lutter continuellement contre ce qui va mal : la force de caractère, l'altruisme, le bien-être ressenti quand on réussit dans la tâche que l’on a entrepris, la clémence, la compassion, l'esprit civique et à la résultante de tous ces facteurs : le bonheur ! On peut s’entraîner et apprendre le bonheur comme on apprend le malheur et l’impuissance !

C’est ainsi qu’est née une nouvelle étape majeure dans l’histoire des thérapies et des troubles de l’âme : la psychologie positive, la psychologie du bonheur. Aujourd’hui on en entend partout parler, dans les journaux, à la radio. Elle a développé de nouvelles approches dont l’efficacité est prouvée pour le maintien de la santé mentale et encore plus pour éviter les rechutes après le traitement d’un trouble psychologique comme la dépression par exemple. L’une des approches des plus connues en France est “la méditation en plein conscience”, popularisée, par le moine bouddhiste Matthieu Ricard, mais surtout par le thérapeute Christophe André et il en existe bien d'autres !

Le grand philosophe ALAIN qui a écrit les célèbres “PROPOS SUR LE BONHEUR” dans la première moitié du siècle dernier, doit sourire de là haut, sur son petit nuage !

 

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Ateliers d'artistes...
Une année avec RENOIR à Pornic et Noirmoutier

Renoir est venu à Pornic en 1892 pour des raisons de santé de son petit Pierre qui avait une santé fragile et de là il a fait quelques incursions à Noirmoutier. Comme partout où il allait, Renoir peignait. Il l'a fait dans la joie et le tourment car il avait franchi une étape qui l'éloignait de l'impressionnisme dont il était le créateur avec Monet et que la peinture de paysages en plein air ne lui plaisait plus ! Après une longue période de doute et de remise en question parfois dramatiques pour lui, il commençait à trouver enfin une nouvelle voie, une période de nus à la chair nacrée qui allait le rendre de nouveau célèbre !

Conférence organisée par le collectif BOZ'ART, à Pornic, le samedi 18 février, 17h30, à la Maison des Arts (près des halles)

Une année avec RENOIR à Pornic et Noirmoutier

Le collectif BoZ'Art vous propose sa seconde conférence en forme de rétrospective sur 1892, l'année où Renoir est venu à Pornic et à Noirmoutier. Conférencier: Alain Barré
Venez vous régaler!
50 places, réservation conseillée à bozart.44210@gmail.com
5€/ gratuit pour les adhérents

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
Le merle noir

On dirait qu'il est toujours en habit de cérémonie : frac noir, bec jaune et petites lunettes rondes cerclées de la même couleur. La classe, la très grande classe internationale !...

Toujours au top et en plus il chante, crooner ou bel canto, c'est un charmeur, c'est un dragueur des bosquets et jardins...

Le merle noir
Le merle noir
Le merle noir

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat : ‘’Monsieur 100 000 volts’’ (François Effling ) a créé à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique

À Pornic tout le monde connaît et apprécie beaucoup François. Personnellement je partage totalement ce sentiment unanime : François répond toujours présent quand on lui sollicite un conseil ou une aide. Il déborde d’imagination et est d’une activité incroyable. C’est un merveilleux passionné et nous nous sommes toujours parfaitement entendus.

Ainsi François, un jour de fin mai 1 981, m’avait fait une annonce inattendue : ’’Michel, je vais organiser à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique ! Ainsi qu’un semi-Marathon ! ’’

J’ai tout de suite adhéré à son projet et en tant qu’ami et correspondant de Ouest-France, je lui ai posé de nombreuses questions pour qu’il me présente tous les détails de cette formidable animation.

- Quand aura lieu ce Marathon ?

- Le 16 juillet 1 981 !

- Quels seront les participants ?

- C’est ouvert à tous ! Tous les volontaires pourront s’y essayer !

- En as-tu parlé à la Fédération Française d’Athlétisme ?

- Non ! C’est une affaire de Pornicais ! Nous organisons un challenge local !

- As-tu eu une autorisation municipale ?

- C’est mi-oui mi-non ! Difficile à expliquer ! Parce que c’est moi qui étais l’inventeur du projet. Donc j’étais responsable ! La mairie, un peu dubitative, dirigée alors par le maire Joseph Girard, ne m’a pas mis de bâton dans les roues, ce qui était très positif ! Du coup j’ai pu avancer dans mon projet ! J’en ai assuré toute l’organisation !’’

- As-tu reçu beaucoup d’aide ?

- Une centaine de bénévoles m’ont rejoint et les cibistes ont apporté toute leur logistique. Deux médecins pornicais m’ont promis d’être sur le circuit pour intervenir si nécessaire.

Je dois avouer que j’étais très heureux de constater que la population me soutenait.

- Alors, le circuit a peut-être posé des problèmes ?

- Non ! Nous avons prévu une boucle pour le semi-Marathon et ceux qui le feraient dans sa totalité feront 2 boucles soit 42,195 km. Nous partirons du nouveau port, direction les quais du vieux port, passage sous la route bleue, petit tour à la Mossardière, puis Huchepie, camping de Tabardière, route de la Plaine et pour finir salle du canal à Pornic ou chacun pourra se doucher !

- Les gendarmes ont-ils été prévenus ?

- Non ! Mais ils m’ont fait une drôle de surprise ! Dans la nuit du 15 au 16 juillet, jour du départ, vers 2 h du matin, nous étions quelques-uns à finir la préparation quand nous avons entendu frapper à la porte. C’était les gendarmes qui s’inquiétaient sur notre autorisation. Je leur avais répondu que nous étions libres d’organiser notre Marathon car, comme tout citoyen, nous en prenions la totale responsabilité. Ils n’ont pas contesté et nous ont compris ! Ouf !

- Alors, comment s’est passé cette course homérique ?

- Ce fut un formidable succès. Nous avons eu 495 coureurs. Tous sont arrivés, ils avaient le choix entre semi ou Marathon entier. La participation de chacun était de 10 francs. Tous ont reçu une médaille et un maillot offert par une entreprise de Sainte-Pazanne.

Ce qui est extraordinaire c’est que 7 autres Marathons à Pornic ont suivis avec succès. François manifestait son contentement : « J’étais vraiment très satisfait ! À la fin je me suis arrêté, j’étais fatigué. Mais ce qui m’a le plus plu c’est de voir que d’anciens marathoniens ont pris le relais et se sont investis dans « Courir à Pornic », cette grande manifestation de course qui se déroule tous les étés’’.

Tout comme tous les Pornicais, je suis resté admiratif devant l’enthousiasme de François, organisateur hors pair de grandes manifestations festives à Pornic (comme la course des garçons de café, la balade des Solex, son action de démarrage du jumelage avec Linz ou l’action pour que le Casino de Pornic rouvre ses portes…), manifestations sur lesquelles je reviendrai.

La chronique de Michel Bordat : ‘’Monsieur 100 000 volts’’ (François Effling ) a créé à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique
La chronique de Michel Bordat : ‘’Monsieur 100 000 volts’’ (François Effling ) a créé à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog