Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC

Après le port du Collet on peut continuer au pied de la digue ou par une petite route qui amène à un passage ouvert sur la mer : la pointe de la Coupelasse. A marée basse, les ostréiculteurs sont affairés autour de leurs installations avec camion et tracteurs....

Marais Breton-Vendéen et Bouin

 A peine 1 km plus loin on arrive au port des Brochets. Il est dans le style de celui du Collet avec une rangée de lampadaire "modern style" d'il y a trente ans !

Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin

Le plus intéressant se trouve en amont : toute une rangée de pêcheries et des hangars d'ostréiculteurs.

Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin

Les filets sont à peine éclairés par la lumière du matin. Leur enfilade est l'occasion d'étranges et fascinants effets graphiques...

Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin

Dans le lointain, du côté de la zone ostréicole de la Louppe, les grandes ailes des éoliennes sont au repos. Pas assez d'air. Ce qui fait l'agrément du promeneur n'enrichit pas EDF !...

Marais Breton-Vendéen et Bouin

Si l'on s'enfonce un peu dans les terres on arrive au bourg de Bouin sur les terres vendéennes (ou de nombreux vendéens furent massacrés pendant les guerres de Vendée). Les 51 mètres de son magnifique clocher rappellent que la cité fut riche autrefois grâce au commerce du sel. Il sert même d'amer pour les marins de la baie !

Marais Breton-Vendéen et Bouin
Marais Breton-Vendéen et Bouin

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC
Balade dans le marais au petit matin
Balade dans le marais au petit matin

 à l'est, on aperçoit le clocher de Bourgneuf qui s'élève au-dessus des salines abandonnées !...

Balade dans le marais au petit matin

En aval, vers l'ouest, on remarque l'écluse du port du Collet, les pontons et quelques bateaux. Ce port fut autrefois très actif, mais l'envasement de la baie en a fait aujourd'hui, un petit havre pour pêcheurs amateurs et quelques professionnels ostréiculteurs.

Balade dans le marais au petit matin
Balade dans le marais au petit matin
Balade dans le marais au petit matin

Après le pont s'étendent des champs cultivés à l'abri de la digue qui a été surélevée après les grandes inondations de la tempête Xinthia.

Balade dans le marais au petit matin
Balade dans le marais au petit matin

Retour vers les pêcheurs. L'un a pêché une anguille. Il me la montre fièrement ! Bravo les gars !

Balade dans le marais au petit matin

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
fleurs de pommier d'ornement en macro

En macrophoto parfois, le monde est plus beau ! Des détails que l'on remarque à peine à l'oeil nu prennent une toute autre ampleur et révèlent leur beauté. C'est le cas pour le pommier décoratif, arbre magnifique qui est en fleur actuellement...

fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro
fleurs de pommier d'ornement en macro

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)

Les désaccords dans notre pays n’opposent plus seulement droite et gauche mais ceux qui veulent fermer plus ou moins nos frontières pour empêcher les produits étrangers de nous concurrencer et ceux qui, au contraire, voient dans l'ouverture de ces mêmes frontières une formidable chance de conquérir de nouveaux marchés.

D’un côté on peut placer Le Pen (extrême droite) et Mélenchon (extrême gauche) qui sont favorables tous deux au protectionnisme, soi-disant “intelligent” pour l’une et soit-disant “solidaire” pour l’autre et ceux qui vivent la mondialisation comme une occasion de faire progresser le pays : Macron (social libéral) et Fillon (droite).

Qui a tort ? De la même façon qu’on ne parle pas des trains qui arrivent à l’heure mais seulement de ceux qui arrivent en retard, on s’insurge violemment quand une usine disparaît mais on ne remarque pas les emplois qui se créent et l’on oublie les progrès apparus depuis quelques dizaines d’années dont une part importante est due à la mondialisation. La plupart d’entre nous n’imagineraient même pas, par exemple de vivre sans télévision, sans téléphone portable et sans internet (et sans chauffage dans les chambres comme l’ont connu les plus anciens)..

En réalité personne n’a réellement envie de refuser les progrès issus de la mondialisation, mais il ne faut pas non plus sous-estimer les dégâts. C’est un devoir d’accompagner ceux qui en sont momentanément les victimes, développer de nouvelles compétences par l’éducation pour s’adapter aux changements et favoriser l’adaptation et la création de nouvelles entreprises.

La vieille distinction entre droite et gauche, après avoir opposé royalistes et républicains puis divisé ceux qui privilégiaient la liberté (plutôt à droite) a ceux qui privilégiaient l’égalité (plutôt à gauche) perd de son importance. La période actuelle oppose plutôt les protectionnistes à ceux qui ne redoutent pas la liberté de se déplacer, d’échanger et de commercer.

Il faut ajouter une troisième force aux deux premières qui tiraillent la société française, l’écologie : doit-on privilégier une production de masse au risque de sacrifier la qualité des produits et l’environnement ou est-il préférable de privilégier leur qualité et l’environnement au risque de ralentir la production et d’augmenter les prix sachant que la population mondiale augmente d’un quart de million par jour (environ 90 millions par an) ?

Ces questions n’ont rien de simple et l’on comprend la confusion dans laquelle se trouvent les vieux partis qui ne sont pas équipés intellectuellement pour y répondre. Une époque de changements intenses comme celle que nous vivons peut être vécue d’une manière exaltante ou redoutable suivant notre personnalité et la place que nous occupons dans la société. Au-delà des insultes, des injures, des anathèmes, des postures, des coups tordus, des coups fourrés et, éventuellement des coups de poing, il faut reconnaître que c’est à chacun d’examiner calmement la situation instable dans laquelle nous nous trouvons. Il n’y aura pas assez de l’intelligence de tous pour commencer à envisager une solution et progresser au milieu des écueils !..

La droite, la gauche et les autres...

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
Au ras des pâquerettes
Au ras des pâquerettes

Les pâquerettes (ou fleurs de Pâques) se trouvent en abondance sur nos pelouses grâce à un effet de sélection opéré par la tondeuse à gazon ! Elles poussent suffisamment bas pour que la tonte ne les atteignent. Dans un jardin, la tondeuse à gazon est le pire ennemi de la biodiversité. Peu de fleurs résistent aux lames de l'impitoyable faucheuse sauf....les humbles pâquerettes qui repoussent toujours puis, se trouvant sans concurrence, croissent et se multiplient.

Au ras des pâquerettes
Au ras des pâquerettes
Au ras des pâquerettes

C'est ainsi que l'on peut comprendre l'expression "au ras des pâquerettes"....Une façon péjorative de dire que l'on n'arrive pas à s'élever au-dessus du sujet.....

Dans un sens plus positif, les pâquerettes semblent aussi nous indiquer que parfois il faut savoir rester humble, ne pas trop se prendre la grosse tête ni plâner dans les hauteurs et se contenter du petit coeur jaune d'une pâquerette voisine pour embellir sa vie !....

Au ras des pâquerettes

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC

Au basket tout va très vite : en 30 secondes, 3 paniers sont marqués (voir vidéo) alors qu'au foot, il arrive qu'aucun but ne soit marqué pendant 1H et demi !

 

 

Les actions se déroulent tellement vite que l'on voudrait parfois arrêter le temps pour les regarder. C'est ce que j'ai essayé de faire pour cette première fois où je photographiais un match. Le défi n'est pas simple car la lumière est relativement faible et la vitesse des joueurs fantastique, mais c'est un plaisir de les voir évoluer...

Résultat du match :Pornic  82, Rezé 69.

match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé
match de basket Pornic - Rezé

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #La playmouette du dimanche
La playmouette dans la lumière de l'esprit

Les oiseaux sont souvent le symbole de la liberté, de la légèreté, de l'esprit. La playmouette, aujourd'hui, plane dans la lumière sereine de l'esprit ....

La playmouette dans la lumière de l'esprit
La playmouette dans la lumière de l'esprit

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #ppp (Petite Psychologie de Poche

C'est un problème qui touche une personne sur cent. La plupart du temps on préfère ne pas voir la schizophrénie. On la regarde avec crainte comme le symbole de la folie et pourtant oser la regarder en face, c'est le début de la solution, d'une amélioration et d'une réintégration dans la société et dans le monde du travail. Il n'y a pas de fatalité...

Nicolas Barré vous apportera les éléments pour comprendre cette maladie et les façons de faire pour améliorer les choses, samedi de 14H30 à 16H30 à Rezé, salle Chêne Gala, 99 rue Jean-Baptiste Vigier

----------------------------------------------------------------------------------------

Ouverture des portes à 14h15 (vous pouvez venir prendre un café ou discuter tout simplement si vous le souhaitez un peu avant).

Voici le programme :

- 14h15 : Accueil du public

- 14h30 : début de la conférence

- 15h30 : petite pause café (un coin buvette est prévu), vous pourrez aussi acheter ou vous faire dédicacer les livres de Nicolas Barré Trochery et de Danielle Thiébaud qui sera présente et pourra aussi vous dédicacer ses livres.

- 15h45 : Questions et débat avec le public

- 16h30/17h : Fin de la conférence

 

 

Nicolas Barré : conférence sur la schizophrénie
Nicolas Barré : conférence sur la schizophrénie

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat : Claude Chauvin, roi du fou-rire !

Claude Chauvin, roi du fou-rire, ce conteur n’avait de cesse de nous amuser et de nous faire sourire

L’écrivain de la joie

La première fois que j’ai rencontré Claude Chauvin, c’était en 1997 et tout de suite j’avais senti que j’allais vivre avec lui de nombreux moments remplis de joie et de drôlerie. Le « bonhomme » était inlassable : à tout instant il sortait une rigolade, un jeu de mots astucieux, parfois une bouffonnerie. Ce qui était sûr, c’est qu’en l’écoutant et le regardant nous avions continuellement, ainsi que le décrit si bien avec pertinence le langage populaire, une « banane » au milieu du visage. Pour lui tout était motif pour nous faire rire.

Ce sens de l’humour, Claude avait aussi du génie pour le « fixer » par écrit. Ce professeur de collège technique était aussi un écrivain qui excellait dans des histoires drôles à mourir de rire ! Véritables scénarios de films, il nous transportait dans des situations les plus loufoques. Et nous y prenions bien du plaisir !

La commune libre de la Birochère

Ce « rigolard » était bien implanté dans la vie pornicaise. Il était l’un des acteurs de la « commune libre de la Birochère ». Le grand ordonnateur de cette institution illustre était Jacky Née, restaurateur, propriétaire de l’établissement l’Aiglon. Ce restaurant était devenu la « mairie » de la commune libre. Et chaque année, des milliers d’habitants du quartier, des Pornicais mais aussi des visiteurs et passants s’y réunissaient pour participer à une grande fête populaire, en l’honneur de la commune libre. C’était toujours au début de l’automne.

En effet, l’Aiglon, aujourd’hui malheureusement totalement disparu, avait une immense terrasse recouverte d’une treille de plus de 100 m². Cette vigne était exceptionnelle et très généreuse : son raisin était un délice ! Et chaque année, pour fêter la commune libre une grande fête des vendanges y était organisée en respectant intégralement les coutumes des temps passés. Il y avait d’abord les vendangeurs avec leur tablier et leur sécateur, montés sur de petites échelles et des « vigneronnes », joliment habillées, leur tendaient un seau pour récupérer les grappes. Les grains étaient versés dans un fût en bois sans couvercle. Ensuite, c’était un moment folklorique : pieds nus, des hommes foulaient les grappes pour en extraire le jus. Claude était l’un des premiers à participer à cet exercice qui provoquait de l’admiration et de nombreux sourires. Bien entendu, boissons, gourmandises et chansons apportaient encore plus de joie à l’événement. Ce qui est triste c’est que Jacky a tragiquement disparu : le restaurant a été vendu, puis démoli. Nous sommes bien nombreux à le regretter. Plus jamais, le rond-point de la Birochère qui avait connu une vie si intense n’amusera les Pornicais.

Sculpture de Bès, le joyeux Dieu égyptien

Claude était aussi un sculpteur de talent. En effet au moment où je préparais ma première édition des Dictéefolies je lui avais indiqué que le thème serait « Heureuses les filles et femmes égyptiennes ». J’avais réussi à lui transmettre mon enthousiasme pour cette civilisation exemplaire et je lui avais montré plusieurs de mes livres sur l’Égypte et particulièrement sur l’un de mes Dieux égyptiens préférés : Bès. Sa figuration est un Dieu nain. C’est une divinité protectrice, souvent portée en amulette, apportant joie, amour et bonheur. L’accouchement et ses suites, de même que l’art de la parure et de la musique étaient de son ressort. Avec Bès, Claude a retrouvé un « ami d’enfance » : ce dieu convenait parfaitement à sa personnalité. Coup de foudre pour ce Dieu étrange, au visage pouvant rappeler l’art chinois. Ce qui est sûr c’est que si tous les foyers avaient ce dieu dans leur demeure le monde en serait meilleur !!! Claude m’a fait une proposition : « Michel, je vais faire une sculpture du Dieu Bès que j’offrirai comme lot pour les Dictéefolies ». Ainsi fut fait ! Mon enthousiasme pour ce Dieu a été constant et connu de tous. Tant et si bien, qu’à mon départ en retraite collègues et parents d’élèves m’avaient offert un séjour d’une semaine en Égypte. J’étais comblé et j’en avais profité pour trouver une reproduction de la statue de Bès : ce fut le cas et aujourd’hui je suis fier de montrer cet exemplaire à mes visiteurs.

Au Sandier : le vénérable Chêne de la Tocnaye

L’imagination ne tarissait pas dans l’esprit de Claude. Observant le paysage rural pornicais proche de chez lui, il avait remarqué un très vieux et immense chêne. Les riverains l’appelaient le chêne de La Tocnaye. Claude avait appris qu’il allait être abattu. Cela l’avait considérablement attristé. Comment sauver cette sculpture naturelle si typée et donner une vie « éternelle » à ce très vénérable patriarche. Il a soumis une idée au conseil municipal : « Si vous êtes d’accord, je retravaillerai la forme de ce chêne et lui donnerai l’aspect d’un vieillard dans une attitude débonnaire, montrant qu’au-delà de sa faiblesse transparaît une grande bonté ».Cela rappelait totalement le caractère du Dieu Bès. Les conseillers ont accepté le projet et aujourd’hui cette sculpture en bois trône sur le rond-point du Sandier. Elle est vue chaque jour par des milliers d’habitants. C’est une consécration pour Claude et Bès. Quand vous passez par là, rien ne vous empêche de lever le bras gauche pour saluer Claude, ce faiseur de joie, malheureusement disparu.

La chronique de Michel Bordat : Claude Chauvin, roi du fou-rire !
La chronique de Michel Bordat : Claude Chauvin, roi du fou-rire !
La chronique de Michel Bordat : Claude Chauvin, roi du fou-rire !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
cerisier du japon

Les cerisiers du Japon sont en fleurs. Dans ce pays ils sont l’occasion d’une fête. C’est vrai qu’ils la méritent !... Après les rudesses de l’hiver ils nous font voir la vie en rose. En France on fêtera le renouveau plutôt avec les jonquilles ou d'autres fleurs. Dans tous les cas c’est la fête du printemps retrouvé, des jours qui s'allongent, de la sève et de l’espoir qui reverdissent…

cerisier du japon
cerisier du japon
cerisier du japon
cerisier du japon

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog