Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog alain Barré

le blog alain Barré

Un peu de poésie dans ce monde de brutes, un peu de réalité dans la poésie !

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Ateliers d'artistes...
Une année avec RENOIR à Pornic et Noirmoutier

Renoir est venu à Pornic en 1892 pour des raisons de santé de son petit Pierre qui avait une santé fragile et de là il a fait quelques incursions à Noirmoutier. Comme partout où il allait, Renoir peignait. Il l'a fait dans la joie et le tourment car il avait franchi une étape qui l'éloignait de l'impressionnisme dont il était le créateur avec Monet et que la peinture de paysages en plein air ne lui plaisait plus ! Après une longue période de doute et de remise en question parfois dramatiques pour lui, il commençait à trouver enfin une nouvelle voie, une période de nus à la chair nacrée qui allait le rendre de nouveau célèbre !

Conférence organisée par le collectif BOZ'ART, à Pornic, le samedi 18 février, 17h30, à la Maison des Arts (près des halles)

Une année avec RENOIR à Pornic et Noirmoutier

Le collectif BoZ'Art vous propose sa seconde conférence en forme de rétrospective sur 1892, l'année où Renoir est venu à Pornic et à Noirmoutier. Conférencier: Alain Barré
Venez vous régaler!
50 places, réservation conseillée à bozart.44210@gmail.com
5€/ gratuit pour les adhérents

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #MACROphotographie et autres PHOTOS
Le merle noir

On dirait qu'il est toujours en habit de cérémonie : frac noir, bec jaune et petites lunettes rondes cerclées de la même couleur. La classe, la très grande classe internationale !...

Toujours au top et en plus il chante, crooner ou bel canto, c'est un charmeur, c'est un dragueur des bosquets et jardins...

Le merle noir
Le merle noir
Le merle noir

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat : ‘’Monsieur 100 000 volts’’ (François Effling ) a créé à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique

À Pornic tout le monde connaît et apprécie beaucoup François. Personnellement je partage totalement ce sentiment unanime : François répond toujours présent quand on lui sollicite un conseil ou une aide. Il déborde d’imagination et est d’une activité incroyable. C’est un merveilleux passionné et nous nous sommes toujours parfaitement entendus.

Ainsi François, un jour de fin mai 1 981, m’avait fait une annonce inattendue : ’’Michel, je vais organiser à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique ! Ainsi qu’un semi-Marathon ! ’’

J’ai tout de suite adhéré à son projet et en tant qu’ami et correspondant de Ouest-France, je lui ai posé de nombreuses questions pour qu’il me présente tous les détails de cette formidable animation.

- Quand aura lieu ce Marathon ?

- Le 16 juillet 1 981 !

- Quels seront les participants ?

- C’est ouvert à tous ! Tous les volontaires pourront s’y essayer !

- En as-tu parlé à la Fédération Française d’Athlétisme ?

- Non ! C’est une affaire de Pornicais ! Nous organisons un challenge local !

- As-tu eu une autorisation municipale ?

- C’est mi-oui mi-non ! Difficile à expliquer ! Parce que c’est moi qui étais l’inventeur du projet. Donc j’étais responsable ! La mairie, un peu dubitative, dirigée alors par le maire Joseph Girard, ne m’a pas mis de bâton dans les roues, ce qui était très positif ! Du coup j’ai pu avancer dans mon projet ! J’en ai assuré toute l’organisation !’’

- As-tu reçu beaucoup d’aide ?

- Une centaine de bénévoles m’ont rejoint et les cibistes ont apporté toute leur logistique. Deux médecins pornicais m’ont promis d’être sur le circuit pour intervenir si nécessaire.

Je dois avouer que j’étais très heureux de constater que la population me soutenait.

- Alors, le circuit a peut-être posé des problèmes ?

- Non ! Nous avons prévu une boucle pour le semi-Marathon et ceux qui le feraient dans sa totalité feront 2 boucles soit 42,195 km. Nous partirons du nouveau port, direction les quais du vieux port, passage sous la route bleue, petit tour à la Mossardière, puis Huchepie, camping de Tabardière, route de la Plaine et pour finir salle du canal à Pornic ou chacun pourra se doucher !

- Les gendarmes ont-ils été prévenus ?

- Non ! Mais ils m’ont fait une drôle de surprise ! Dans la nuit du 15 au 16 juillet, jour du départ, vers 2 h du matin, nous étions quelques-uns à finir la préparation quand nous avons entendu frapper à la porte. C’était les gendarmes qui s’inquiétaient sur notre autorisation. Je leur avais répondu que nous étions libres d’organiser notre Marathon car, comme tout citoyen, nous en prenions la totale responsabilité. Ils n’ont pas contesté et nous ont compris ! Ouf !

- Alors, comment s’est passé cette course homérique ?

- Ce fut un formidable succès. Nous avons eu 495 coureurs. Tous sont arrivés, ils avaient le choix entre semi ou Marathon entier. La participation de chacun était de 10 francs. Tous ont reçu une médaille et un maillot offert par une entreprise de Sainte-Pazanne.

Ce qui est extraordinaire c’est que 7 autres Marathons à Pornic ont suivis avec succès. François manifestait son contentement : « J’étais vraiment très satisfait ! À la fin je me suis arrêté, j’étais fatigué. Mais ce qui m’a le plus plu c’est de voir que d’anciens marathoniens ont pris le relais et se sont investis dans « Courir à Pornic », cette grande manifestation de course qui se déroule tous les étés’’.

Tout comme tous les Pornicais, je suis resté admiratif devant l’enthousiasme de François, organisateur hors pair de grandes manifestations festives à Pornic (comme la course des garçons de café, la balade des Solex, son action de démarrage du jumelage avec Linz ou l’action pour que le Casino de Pornic rouvre ses portes…), manifestations sur lesquelles je reviendrai.

La chronique de Michel Bordat : ‘’Monsieur 100 000 volts’’ (François Effling ) a créé à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique
La chronique de Michel Bordat : ‘’Monsieur 100 000 volts’’ (François Effling ) a créé à Pornic le 1er Marathon de Loire-Atlantique

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....

Samedi matin, petite tempête sur Pornic, mais magnifique lumière sur le mur ouest de la Noëveillard ! Cela m'a donné l'occasion de quelques prises de vues originales et de délires symétriques !....

Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....
Petite tempête, grande lumière !....

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #La playmouette du dimanche

Attention, ça éclabousse ! Un goéland fait sa toilette dans le vieux port de Pornic. Pas de savonnette, mais de l'énergie...et vas-y que je te secoue les plumes et que je te trempe la tête dans l'eau et que je la retrempe et que je me secoue encore les plumes... et si vous tendez bien l'oreille, je crois qu'on l'entend chanter sous la douche !

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PePoPo (Petite Politique de Poche)
Le petit journal des élections. Que préférez-vous : diminuer la pauvreté ou réduire les inégalités ?

On est tenté de dire les deux ! Or, les deux sont incompatibles. La pauvreté a beaucoup diminué dans le monde. La FAO observe que le nombre de personnes souffrant de la faim est passé de 23% à 15% entre 1990 et 2015, malgré une hausse continuelle de la population.

Rappel : comment la pauvreté est-elle définie ? On se réfère au revenu médian (médian car la moitié de la population touche plus et la moitié touche moins). Quand on touche moins de 60% du revenu médian on est considéré comme pauvre.

Problème : si les revenus des pauvres augmentent, ceux des riches aussi et avec un effet démultiplicateur, du coup, l’écart se creuse. Constatant cela, certains réclament que l’on confisque le surplus de richesse des plus riches (c’est ce que Hollande a fait au début de son quinquennat en les taxant à 75%). Le résultat obtenu est l’inverse de celui qu'il avait espéré. Des riches ont quitté le pays et d’autres ont refusé d’y installer leurs entreprises. en définitive le pays s’est plutôt appauvri !

Certains dénoncent la mondialisation et l’accusent de tous les maux. C’est vrai, elle a des effets pervers, mais si l’on fait une balance positif / négatif, on constate qu’elle a diminué la pauvreté dans le monde et augmenté le pouvoir d’achat dans les pays occidentaux, en particulier en diminuant d’une façon spectaculaire le prix de certains produits.

On l’accuse aussi d’avoir provoqué des délocalisations et la fermeture d’entreprises. Ce n’est vrai que pour une part, en réalité le plus grand responsable est l’innovation technique qui détruit, pour l'instant, plus d’emplois qu’elle n’en crée.

Dans l'état actuel du monde, la tâche essentielle me paraît être de réduire la pauvreté tout en protégeant l'environnement y compris dans notre pays mais il ne faut pas abandonner la réduction des inégalités.

Pour réduire les inégalités, deux moyens principaux :

- L'impôt, sachant qu'au delà d'un certain seuil il perd de son efficacité.

- L'incitation altruiste ou la charité (pour les croyants). De nombreux milliardaires américains font don d'une partie de leur fortune, à titre d'exemple Bill Gates donne 95 % de sa fortune a une fondation qui lutte contre la pauvreté, le sida et le paludisme et qui promeut l'éducation dans des pays en développement. Des personnes infiniment plus nombreuses encore donnent de leur temps et de leur argent dans le cadre d'association d'aide.

Ces deux formes de lutte contre l'inégalité, l'impôt et le don, me semblent utiles et complémentaires et à privilégier tant que l'humanité n'aura pas trouver une autre solution.

Par contre l'égalité absolue telle qu'elle a été tentée par le communisme pendant près d'un siècle a montré qu'elle était une fausse bonne idée en augmentant la pauvreté et les internements de masse dans les goulags. L'égalité ne doit pas consister à couper les têtes qui dépassent mais veiller à ce que dans la chaîne humaine l'entraide soit suffisante pour qu'il n'y ait pas de maillon qui lâche....

Le petit journal des élections. Que préférez-vous : diminuer la pauvreté ou réduire les inégalités ?

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC
(La famille de Gilles Leroux et des membres de l'association devant le tumulus des Mousseaux)
(La famille de Gilles Leroux et des membres de l'association devant le tumulus des Mousseaux)

(La famille de Gilles Leroux et des membres de l'association devant le tumulus des Mousseaux)

  • En 1840 premières fouilles et déblaiement du tumulus des Mousseaux (à Pornic), on y trouve des poteries brisées, des ossements, des dents d’animaux et deux haches polies.

  • Dans les années 1975-77, une première restauration est entreprise, mais elle reste incomplète et le site se dégrade.

  • En 2002, Gilles Leroux, un simple particulier qui aime ce tumulus où il a joué quand il était enfant, crée avec quelques membres de sa famille et des amis l’ARDJB Association, Restauration, Dolmen, Jade, Breton,et il entreprend de restaurer, bénévolement, le dolmen des Mousseaux et celui de la Joselière sous le contrôle du service archéologique de la région. Pendant des soirs, après son travail, Gilles, sa famille et ses amis donnent de leur temps pour cette oeuvre de sauvegarde du patrimoine pornicais. Déblayage, apport de 35 tonnes de pierres et 25 tonnes de sable de carrière, puis taillage et calage précis des pierres.
  • Le résultat est là, aujourd’hui le tumulus des Mousseaux à retrouvé une partie de sa splendeur d’antan.
(la photo sous la neige est de Gilles Leroux, 2004)
(la photo sous la neige est de Gilles Leroux, 2004)
(la photo sous la neige est de Gilles Leroux, 2004)

(la photo sous la neige est de Gilles Leroux, 2004)

Le tumulus des Mousseaux il y a un siècle : dessin de H. Chouppe et carte postale.

Gilles Leroux et la restauration du tumulus des Mousseaux
Gilles Leroux et la restauration du tumulus des Mousseaux

à quoi ressemblait le tumulus des Mousseaux à l'origine ? On peut penser qu'il était recouvert d'un monticule de terre comme celui de Dissignac, situé à une trentaine de kilomètres de là, sur la commune de Saint-Nazaire. Nos ancêtres néolithiques qui vivaient ici il y a 5 à 6000 ans avaient la même cultures sur cette portion de territoire.

tumulus de DISSIGNAC (Saint-Nazaire)

tumulus de DISSIGNAC (Saint-Nazaire)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC
étranges cabanes dans le brouillard

Dans le fond de la baie de Bourgneuf, la richesse des eaux se prête à l'ostréiculture et à la vie de nombreux petits poissons...

Les pêcheries y sont nombreuses et dressent leurs étranges entrelacs de piliers au-dessus des eaux. Le pont suspendu pour les rejoindre est d'autant plus long que le fond est plat presque dépourvu de pente et que la mer se retire très loin...

Le brouillard qui les entoure contribue à leur donner un air encore plus étrange que d'habitude... mystérieuse, abracadabrantesques cabanes dans le brouillard !...

étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard
étranges cabanes dans le brouillard

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #PORNIC

La tempête du 27 février à la Noëveillard, comme si vous y étiez. Attention, ça décoiffe, prenez vos bottes et votre ciré !....
(Noëveillard, côte ouest, France, Pornic)

Voir les commentaires

Publié le par alain BARRE
Publié dans : #Chroniques Michel BORDAT
La chronique de Michel Bordat : Trois semaines de bonheur vécues avec mon ami le frelon

D’une façon générale j’adore les animaux et j’aime raconter leur vie, leurs mœurs et je fais beaucoup d’effort pour réhabiliter la désastreuse opinion qu’on se fait parfois sur le comportement de certains. Un animal, quel qu’il soit, n’a jamais choisi sa façon de vivre. Il est entièrement dépendant de ses gènes et ce n’est pas à nous d’en juger ! J’ai de très nombreuses histoires à conter sur les animaux. Beaucoup sont savoureuses et mes élèves adoraient. Aujourd’hui ce sera l’inattendue et incroyable cohabitation avec un frelon !

Cette aventure a duré 3 semaines dans mon jardin quand j’étais directeur de l’école André Rouzel (aujourd’hui Kerlor). Tous les après-midis je m’installais sur une chaise longue pour lire quelques revues ou romans. Je me trouvais tout proche d’un vieux poteau en bois qui servait de support pour faire sécher le linge. Je me souviens de ma première rencontre avec le frelon. Plongé dans ma lecture j’ai été intrigué par un bruit curieux : une sorte de grignotement continu, maladroit et persistant, pratiquement au-dessus de ma tête. J’ai levé les yeux et horreur : un frelon faisait sa récolte de sciure qu’il avait produite avec ses mandibules. Je dois l’avouer :je n’en menais pas large. Je suis resté totalement immobile : le frelon s’est envolé emportant son précieux butin. Ouf ! Mais une minute plus tard le voilà qui revient ! Et tout de suite il se remit à grignoter ! Je n’ai pas bougé, je l’ai observé. De toute évidence, l’insecte avait un comportement pacifique. Cela n’était pas pour me déplaire. On dit tant de mal des frelons. Il semblerait que 3 piqûres suffiraient pour tuer un cheval. C’est ce qu’on dit parfois ! Celui-ci semblait inoffensif. Mais sait-on jamais ! Je pensais que si chacun restait calme et non agressif, on pourrait se supporter. Je crois que le frelon m’ignorait royalement. Et moi j’essayais de faire même. Tant que je ne faisais aucun mouvement brusque je ne représentais aucune menace pour lui ! Finalement nous avons vécu 3 semaines ensemble en toute amitié.

Le drame est arrivé après. Pas celui auquel on aurait pensé ! Et c’est bien triste aussi. La fin du mois d’août approchait à grands pas ! L’école allait reprendre. Pour moi c’était un cas de conscience. Les élèves allaient envahir la cour, à 4 mètres du fameux poteau en bois qui était le délice du frelon. Il y avait un véritable risque pour les enfants. Il m’a fallu prendre une affreuse décision mais impossible de faire autrement. Je devais assurer la sécurité des élèves. Je suis allé voir les pompiers et leur ai demandé de trouver une solution au problème. Ce qu’ils firent avec diligence : échelle pour atteindre le toit, projection de produit pour détruire les frelons qui se trouvaient en réalité sous le toit, dans les combles abritant les chambres mansardées de mes enfants alors absents. Pendant longtemps l’odeur épouvantable s’était répandue et avait imprégné les deux chambres ! Heureusement mes enfants étaient internes, loin de Pornic !

Je ne sais pas si cette histoire finit bien. D’une certaine façon j’ai des regrets. Mais pouvait-on faire autrement ? Je ne crois pas !

 

La chronique de Michel Bordat : Trois semaines de bonheur vécues avec mon ami le frelon
La chronique de Michel Bordat : Trois semaines de bonheur vécues avec mon ami le frelon

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog